Des articles

Fraxinetum: un État frontière islamique en Provence du Xe siècle

Fraxinetum: un État frontière islamique en Provence du Xe siècle

Fraxinetum: un État frontière islamique en Provence du Xe siècle

Par Mohamad Ballan

Comitatus: un journal d'études médiévales et de la Renaissance, Vol. 41 (2010)

Résumé: L'objectif principal de cet article est une reconsidération du Fraxinetum en tant qu'Etat frontière islamique dans la Provence du Xe siècle. La recherche traditionnelle sur Fraxinetum a interprété la présence musulmane en Provence dans le contexte de la piraterie. L'interprétation de Fraxinetum comme une base pirate se concentre largement sur l'interprétation des documents primaires et la réplication des arguments des chroniqueurs latins au sein de l'érudition moderne. Cherchant à contester l'opinion selon laquelle les musulmans de Francia n'étaient que des bandits, à travers une réévaluation des sources primaires et une analyse de certaines preuves non textuelles, cet article démontre que Fraxinetum était le centre politique, militaire et économique d'un État frontière islamique en Provence qui était largement peuplée de ghäzis ou mujähidin (Guerriers de la frontière islamique) d'Al-Andalus. Reconceptualiser le Fraxinetum en tant qu'Etat frontière islamique ne doit pas être compris comme signifiant que l'activité musulmane en Provence était administrée de manière centralisée, mais entend transmettre que Jihad, ainsi que certaines motivations économiques, ont joué un rôle crucial dans ce règlement militaire frontalier et, à ce titre, doivent être bien compris. Cela permettra aux chercheurs de mieux comprendre la nature du Fraxinetum, apportant un éclairage supplémentaire sur la présence musulmane en Provence et contribuant à la compréhension du phénomène des États frontaliers islamiques plus largement au cours du Xe siècle.

Introduction: Des bourses d'études remarquablement limitées ont été consacrées à l'histoire de l'islam en Francie au début du Moyen Âge. De nombreux érudits de l'Europe médiévale et du monde islamique considèrent la défaite décisive d'une force omeyyade dirigée par Abdurrahman al-Ghâfiqî par une armée franque commandée par Charles Martel à la bataille de Tours-Poitiers en 732 - et la conquête ultérieure de Narbonne face aux Arabes en 759 - pour marquer le point culminant de l'implication musulmane en Francie. En fait, contrairement à cette perspective, le Xe siècle a été témoin d'un rétablissement de l'autorité musulmane dans le sud-est de la Francie, bien que d'une nature différente de l'occupation deux siècles auparavant, soulignant l'interconnectivité dynamique entre les événements dans la péninsule ibérique, la Méditerranée et L'Europe chrétienne pendant cette période. Cet article décrira comment un État-frontière islamique, centré autour du Fraxinetum en Provence, est né à la fin du IXe siècle et a permis aux Andalousïs de jouer un rôle plus important dans le sud de la Francie tout au long du Xe siècle qu'on ne le croyait traditionnellement. Une réévaluation des documents primaires et des preuves archéologiques récentes révélera également que la présence militaire, culturelle et religieuse musulmane en Gaule n’a vraiment pris fin que dans les dernières décennies du Xe siècle, près de 250 ans après la victoire de Charles Martel à Tours.


Voir la vidéo: Présentation de pièces de monnaie Royale rare (Janvier 2022).