Des articles

Les sages-femmes, la médecine et le corps de la femme reproductive à Manosque, 1289-1500

Les sages-femmes, la médecine et le corps de la femme reproductive à Manosque, 1289-1500

Les sages-femmes, la médecine et le corps de la femme reproductive à Manosque, 1289-1500

Par Caley McCarthy

Mémoire de maîtrise, Université de Waterloo, 2011

Résumé: Cet article examine les sages-femmes et leur pratique dans les casiers judiciaires et notariaux de la ville provençale post-médiévale de Manosque. Cette ville comptait parmi ses 5 000 habitants juifs et chrétiens un nombre relativement élevé de médecins; ces pratiquants ont comparu fréquemment devant le tribunal pénal pour offrir des témoignages et demander une protection professionnelle.

Si l'absence apparente à Manosque d'une réglementation de la pratique sage-femme comme celle présente dans le nord de la France rend plus difficile la définition des responsabilités exactes des sages-femmes, leur comparution devant les tribunaux aux côtés d'autres médecins suggère qu'ils possédaient une expertise reconnue du corps de la femme reproductive. Cet article situe les sages-femmes dans le milieu socio-médical dont elles sont souvent séparées dans l'historiographie actuelle.

Un examen des cas impliquant les organes reproducteurs des femmes dans le contexte plus large de la médecine manosquine révèle que le genre dictait la production et l'application des connaissances sur ce sujet, mais pas sur la base de l'essentialisme biologique. Au contraire, comme le révèlent les cas de conception, d'avortement et de césariennes post-mortem, le professionnalisme masculinisé de la médecine post-médiévale accordait aux praticiens de sexe masculin une autorité croissante dans les domaines de la reproduction et de la grossesse. Bien que cela permette aux hommes d'accéder aux «secrets des femmes», les notions dominantes de propriété féminine ont empêché leurs connaissances théoriques de se transformer en application pratique ou en examen des «lieux secrets» des femmes. Cela plaçait l'accouchement sans complication et ses accompagnateurs en marge de la médecine médiévale.

Cela rendait également les sages-femmes indispensables non seulement aux femmes qu'elle fréquentait lors de l'accouchement, mais aussi aux institutions qui cherchaient à étendre leur autorité sur ces préoccupations auxquelles la société leur refusait autrement l'accès. Les cas de Manosque d'adultère, de grossesse illégitime et de virginité dans lesquels apparaissent des sages-femmes révèlent que le concept de propriété féminine accordait simultanément aux sages-femmes l'autorité sur le corps reproducteur physique des femmes et en faisait des instruments devant les tribunaux de réglementation du corps féminin. Ces affaires illustrent donc la capacité du tribunal à légitimer et à réglementer par une relation symbiotique entre l'institution et la société.


Voir la vidéo: SAGE-FEMME: Cest quoi? Je vous parle de mon métier (Janvier 2022).