Des articles

La chanson de Roland était-elle une satire militaire?

La chanson de Roland était-elle une satire militaire?

La chanson de Roland était-elle une satire militaire?

Par Bernard S. Bachrach

Papier remis à la Première guerre médiévale session à la 46e Congrès international d'études médiévales (2011)

Le professeur Bachrach a examiné le célèbre poème du XIIe siècle Le Chant de Roland. Le manuscrit le plus ancien de cette œuvre est Digby 23 à la Bodleian Library, qui est probablement copié d'un manuscrit du début du 12ème siècle (datant peut-être du règne d'Henri Ier). Le poème de 4000 lignes est écrit en français normand, et Bachrach note que le public de cette pièce aurait été des nobles vivant en Angleterre et en Normandie. Ils auraient écouté la chanson à travers une série de sessions, et auraient été familiers avec de nombreuses scènes, telles que les questions judiciaires.

Certains chercheurs ont suggéré que la chanson de Roland aurait eu une valeur éducative pour les jeunes chevaliers écoutant - des questions telles que la tactique et la stratégie sont discutées, mais Bachrach souligne que dans le poème les personnages font souvent la mauvaise chose, un fait cela ne serait pas passé inaperçu des soldats plus expérimentés qui faisaient partie de l'auditoire.

Par exemple, dans une scène du Cantique de Roland, les chevaliers font une charge où la chevauchée est aussi rapide qu'ils le peuvent - ce n'est pas la bonne façon de faire les charges pendant la guerre au Haut Moyen Âge. L'auteur du texte demande même ostensiblement à ce stade: «Que pourraient-ils faire d'autre?» comme s'il invitait son public à noter comment les accusations et les attaques devraient être faites.

La chanson de Roland décrit également l'armée musulmane comme vêtue d'une armure lourde et chevauchant de gros chevaux de guerre, alors que tout chevalier qui avait pris part aux croisades aurait bien compris que les soldats musulmans étaient légèrement blindés. Les descriptions des musulmans tués étaient également absurdement exagérées, y compris celles qui ont été coupées en deux par des épées. Bachrach demande était-il l'auteur de la chanson simplement ignorant, ou donnait-il des indices à son public pour qu'ils traitent cette histoire comme étant plus une comédie qu'un récit sérieux?

Le plus révélateur pour Bachrach est que le poème dépeint Roland comme un échec, qui à cause de son imprudence a été vaincu et tué à Roncevaux. Il a été héroïque en tuant de nombreux musulmans dans cette bataille, mais Bachrach explique que le but de la guerre n'était pas de tuer autant d'ennemis que possible, mais de gagner.

Pour Bachrach, la chanson de Roland se lit plus comme une satire, où les héros ne peuvent pas se battre correctement et commettre des erreurs cruciales qui aboutissent à leur mort. Il ajoute que ces personnages principaux étaient français et que le public normand aurait vu ces gens comme leurs ennemis - il n'est donc pas surprenant que l'œuvre ait en fait été une satire destinée à se moquer du français maladroit, au grand amusement des Normands.


Voir la vidéo: ROLANDSKVADET - Norwegian ballade - THE SPELLMÄNS FOLK (Octobre 2021).