Des articles

La participation de la noblesse à la reconquête et aux ordres militaires

La participation de la noblesse à la reconquête et aux ordres militaires

La participation de la noblesse à la reconquête et aux ordres militaires

Par José Augusto de Sotto, maire Pizarro

Journal électronique d'histoire portugaise, Vol.4: 1 (2006)

Résumé: Partant du cadre général des croisades et de la reconquête de la péninsule ibérique, ainsi que de l'implication de la noblesse dans ces deux processus, l'auteur cherche à clarifier dans quelle mesure la participation de la noblesse portugaise - exaltée par certains chroniqueurs et sources littéraires - à la fois dans la Reconquête et les ordres militaires a été effectivement matérialisée par des sources diplomatiques et généalogiques des XIIIe et XIVe siècles.

Des études antérieures ont permis de conclure que, malgré son adoption du système de la lignée, la noblesse portugaise n'a pas favorisé l'exclusion des seconds-nés de l'héritage paternel. Cela affaiblit l'idée qu'une proportion substantielle d'entre eux a rejoint les rangs des ordres militaires, de sorte qu'il est possible que les mêmes ordres aient également incorporé des vilains-chevaliers et des membres des aristocraties urbaines.

Introduction:

Lorsque le pape Urbain II prononça son fameux discours au concile de Clermont en 1095, exhortant la chrétienté à libérer les lieux saints en Palestine, il était loin d'imaginer la dimension et les conséquences du phénomène auquel ses paroles allaient donner lieu. Le mouvement des croisades a en effet pris des proportions vraiment exceptionnelles. C'est surtout devenu une question d'expansion, à la fois en termes territoriaux en étendant les frontières de la chrétienté au Proche-Orient, et en y fondant divers royaumes chrétiens, et comme il est évident, en termes humains et en termes de diffusion de la foi. Pourtant, en plus de la conquête et de l'expansion, les croisades ont également donné naissance à de nouvelles réalités et structures. Parmi ceux-ci, il faut, je crois, mettre inévitablement en évidence des contacts plus étroits établis entre l'Occident et l'Orient, avec des répercussions indéniables sur les plans économique, culturel, artistique et intellectuel. Au niveau des structures, je dois souligner la création des royaumes chrétiens au Proche-Orient et l'apparition des ordres militaires. Incarnation de l'idée de milice christi, les ordres militaires sont apparus précisément dans le contexte des croisades comme la main légitimement et canoniquement armée du christianisme.

A ce niveau, on ne peut manquer d'accorder une grande importance au cas emblématique de l'ordre militaire le plus ancien et le plus prestigieux, lié encore aujourd'hui aux principes qui sous-tendent sa genèse désormais lointaine. En fait, l'Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte est apparu initialement (en 1080) comme une institution créée pour l'hébergement et la fourniture d'une assistance hospitalière à tous ceux qui, dans leur quête de rédemption, ont fait leur chemin vers les lieux saints de Palestine. Comme chacun sait, après la prise de Jérusalem en 1099, il était nécessaire de protéger les foules de pèlerins qui y convergeaient de toute l'Europe, ce qui a nécessité la création d'institutions capables de garantir une telle protection et de fournir un soutien militaire à la conquête et occupation ultérieures du territoire.


Voir la vidéo: Commandement militaire (Octobre 2021).