Des articles

Karl Koch : Allemagne nazie

Karl Koch : Allemagne nazie

Karl Koch est né à Darmstadt, en Allemagne, en 1897. Il était employé de banque avant de rejoindre l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale. Il a été capturé par l'armée britannique et a été détenu comme prisonnier de guerre jusqu'en octobre 1919.

Koch a rejoint le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) en 1930. Plus tard, il est devenu membre du Schutz Staffeinel (SS). En 1934, Koch est devenu un haut fonctionnaire du camp de concentration de Lichtenburg. Deux ans plus tard, il devient commandant du camp de concentration de Sachsenhausen.

En mai 1937, Koch épousa Ilse Koch, l'une des gardiennes du camp. Plus tard cette année-là, Koch fut nommé commandant de Buchenwald et sa femme devint SS-Aufseherin (surveillant) au camp. Connue sous le nom de « chienne de Buchenwald », elle aimait se promener dans le camp où elle sélectionnait des prisonniers qui lui déplaisaient pour se faire fouetter par les gardes de Schutz Staffeinel (SS). Elle a également collectionné des abat-jour et des gants fabriqués à partir de peaux tatouées de détenus des camps de concentration spécialement assassinés.

En septembre 1941, Koch est nommé commandant de Majdanek, un camp de prisonniers de guerre soviétique dirigé par les Waffen SS. En août 1943, Koch est arrêté par la Gestapo et accusé de détournement de fonds et de faux. Reconnu coupable, il fut exécuté en avril 1945.


Karl Otto Koch

Karl Koch est né à Darmstadt, en Allemagne, en 1897. Il était employé de banque avant de rejoindre l'armée allemande pendant la Première Guerre mondiale. Il a été capturé par l'armée britannique et a été détenu comme prisonnier de guerre jusqu'en octobre 1919.

Koch a rejoint le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) en 1930. Plus tard, il est devenu membre du Schutz Staffeinel (SS). En 1934, Koch est devenu un haut fonctionnaire du camp de concentration de Lichtenburg. Deux ans plus tard, il devient commandant du camp de concentration de Sachsenhausen.

En mai 1937, Koch épousa Ilse Koch, l'une des gardiennes du camp. Plus tard cette année-là, Koch a été nommé commandant de Buchenwald et sa femme est devenue SS-Aufseherin (surveillant) au camp.

Karl Otto Koch, colonel de la Schutzstaffel (SS) allemande, fut le premier commandant de Buchenwald (de 1937 à 1941). En 1942, Otto et sa femme Ilse ont reçu un transfert punitif à Majdanek. En août 1943, Karl Koch est arrêté par la Gestapo à la demande du juge SS Josias Prince de Waldeck-Pyrmont. Karl Otto a été accusé du meurtre non autorisé de trois prisonniers, tandis qu'Ilse a été accusé du détournement de plus de 700 000 RM. Bien qu'Ilse ait été acquitté, Karl Otto a été condamné et abattu en avril 1945.

Sources:What-Means.Com Encyclopédie du Troisième Reich, Macmillan, New York, 1991 Hitler's Women Spartacus. photo de Spartacus.

Téléchargez notre application mobile pour accéder en déplacement à la bibliothèque virtuelle juive


Top 15 des nazis les plus méchants

Le Troisième Reich, qui a duré de 1933 à 1945, était sans doute le régime le plus odieux de l'histoire. Composée de personnages tout aussi malveillants, cette administration était responsable du déclenchement de la guerre la plus grande et la plus coûteuse que l'humanité ait jamais connue, et a perpétré l'un des plus grands actes de génocide au monde, maintenant appelé l'Holocauste. Cette liste aurait pu être plus longue, mais je me suis installé sur ces 15 (principalement) membres du NSDAP.

Vétéran de la Première Guerre mondiale, le Reichsmarschall était à la tête de la Luftwaffe et le fondateur de la Gestapo. Après la chute de la France, il a volé des millions de livres d'art aux Juifs et a amassé une fortune personnelle. Goering a participé au putsch de la brasserie de 1923 et a été blessé à l'aine. Par la suite, prenant de la morphine pour soulager la douleur, il est devenu accro à la drogue pour le reste de sa vie. En 1940, le maréchal a ordonné le bombardement de la population civile de Grande-Bretagne (le Blitz) et a participé à la planification de l'holocauste. Goering était l'accusé le plus haut placé lors du procès de Nuremberg. Condamné à la pendaison, il s'est suicidé dans sa cellule la veille de son exécution par ingestion de cyanure.

Cet homme a causé la mort de millions de personnes. Apprenez-en plus sur sa vie en achetant Goering : The Rise and Fall of the Notorious Nazi Leader sur Amazon.com !

Connue sous le nom de &ldquoBitch of Buchenwald&rdquo en raison de sa cruauté sadique envers les prisonniers, Ilse Koch était mariée à un autre SS nazi méchant, Karl Otto Koch, mais l'a surpassé dans le mépris dépravé et inhumain pour la vie qui était sa marque de fabrique. Elle a utilisé ses prouesses sexuelles en errant nue dans les camps, avec un fouet, et si un homme la regardait, elle les ferait fusiller sur place. L'accusation la plus tristement célèbre contre Ilse Koch était qu'elle avait sélectionné des détenus avec des tatouages ​​intéressants à tuer, afin que leurs peaux puissent être transformées en abat-jour pour sa maison (bien que, malheureusement, aucune preuve de ces abat-jour n'ait été trouvée). Après la guerre, elle a été arrêtée et a passé du temps en prison pour différents chefs d'accusation, avant de se pendre dans sa cellule en 1967, apparemment rongée par la culpabilité.

Le Dr Paul Josef Goebbels était le ministre de la Propagande du Reich et un antisémite véhément. Les discours de haine de Goebbels contre les Juifs ont sans doute initié la solution finale et ont sans aucun doute contribué à influencer l'opinion publique au détriment du peuple juif. Souffrant de polio, Goebbels avait un pied bot, mais cela n'a pas affecté sa position de deuxième meilleur orateur du Reich. Il a inventé l'expression « guerre totale » et a contribué à convaincre la nation de se battre longtemps après que la guerre ait été effectivement perdue. À la fin de la guerre, un Goebbels dévoué est resté à Berlin avec Hitler et s'est suicidé, avec sa femme Magda et leurs six jeunes enfants.

Né en Autriche, Stangl était commandant des camps d'extermination de Sobibor et Treblinka. En 1940, grâce à un ordre direct de Heinrich Himmler, Stangl devint directeur du programme d'euthanasie T-4 à l'Institut d'euthanasie du château de Hartheim, où les personnes handicapées mentales et physiques étaient envoyées pour être tuées. Stangl a accepté et s'est habitué au meurtre de Juifs, percevant les prisonniers non pas comme des humains mais simplement comme un "cargo". avec des ordures pourries?&rsquo cela m'a fait penser à eux comme une cargaison. Stangl a fui l'Allemagne après la guerre et a finalement été arrêté au Brésil, en 1967. Il a été jugé pour la mort d'environ 900 000 personnes. Il a admis ces meurtres, mais a soutenu : &ldquoMa conscience est claire. Je faisais simplement mon devoir. » Il est mort d'une crise cardiaque en 1971, alors qu'il purgeait une peine d'emprisonnement à perpétuité.

Pendant l'invasion allemande de l'Union soviétique, Blobel commandait le Sonderkommando 4a de l'Einsatzgruppe C, qui était actif en Ukraine. Après les troupes de la Wehrmacht en Ukraine, les Einsatzgruppen seraient chargés de liquider les indésirables politiques et raciaux. Blobel était principalement responsable du massacre de Babi Yar à Kiev. Jusqu'à 59 018 exécutions sont attribuables à Blobel, bien qu'au cours de son témoignage, il ait été soupçonné d'avoir tué 10 000 à 15 000 personnes. Il a ensuite été condamné à mort par le tribunal militaire américain de Nuremberg dans le procès Einsatzgruppen. Il a été pendu à la prison de Landsberg le 8 juin 1951.

Kramer était le commandant du camp de concentration de Bergen-Belsen. Surnommé « la bête de Belsen » par les détenus du camp, il était un criminel de guerre nazi notoire, directement responsable de la mort de milliers de personnes. Kramer a adopté sa propre politique draconienne à Auschwitz et à Belsen et, avec Irma Grese, il a terrorisé ses prisonniers sans remords. Après la guerre, il a été reconnu coupable de crimes de guerre et pendu à la prison de Hameln par le célèbre bourreau britannique Albert Pierrepoint. Pendant son procès, il a déclaré son manque de sentiments car il "suivait simplement les ordres".

Né en Autriche, Kaltenbrunner était chef de la sécurité du Reich où il remplaça Reinhard Heydrich. Il a été président d'Interpol de 1943 à 1945, et était là pour détruire les ennemis au sein du Reich. Kaltenbrunner était un homme physiquement imposant avec des cicatrices sur les joues, ce qui le faisait ressembler au tyran qu'il était vraiment. Kaltenbrunner était l'un des principaux auteurs de l'holocauste et il a été pendu après le procès de Nuremberg le 16 octobre 1946. Il était le SS le plus haut placé à être pendu.

Jeckeln dirigeait l'une des plus grandes collections d'Einsatzgruppen et était personnellement responsable de la mort de plus de 100 000 Juifs, Slaves, Roms et autres « quoundésirables » du Troisième Reich, dans l'Union soviétique occupée pendant la Seconde Guerre mondiale. Jeckeln a développé ses propres méthodes pour tuer un grand nombre de personnes, qui sont devenues connues sous le nom de &ldquoJeckeln System&rdquo pendant les massacres de Rumbula, Babi Yar et Kamianets-Podilskyi. Après la guerre, il fut jugé et pendu par les Russes à Riga le 3 février 1946.

Le vétéran de la Première Guerre mondiale, le Dr Oskar Dirlewanger, a dirigé la tristement célèbre brigade SS Dirlewanger, un bataillon pénal composé des criminels les plus malades et les plus vicieux du Riech. Dirlwanger a violé deux filles de 13 ans à plusieurs reprises dans les années 1930 et a perdu son titre de docteur après avoir été emprisonné, pour le retrouver après sa bravoure au combat pendant la guerre civile espagnole. Il s'est porté volontaire pour les SS au début de la Seconde Guerre mondiale et a reçu son propre bataillon en raison de son excellente armée. L'unité Dirlewanger a été employée dans des opérations contre les partisans de l'Union soviétique occupée, mais lui et ses soldats sont largement soupçonnés d'avoir torturé, violé et assassiné des civils (y compris des enfants) et il aurait nourri des femmes otages avec de la strychnine afin de divertir ses soldats pendant qu'ils mouraient à l'agonie. Dirlewanger a été capturé par les Français dans un hôpital après avoir été blessé au front alors qu'il avait toujours mené ses soldats au combat. Les Français l'ont remis aux Polonais, qui l'ont enfermé, battu et torturé au cours des jours suivants. Il décède des suites des blessures infligées par les gardes polonais vers le 5 juin 1945.

Odilo Globocnik était un éminent nazi autrichien, et plus tard un chef SS. Il était l'un des hommes les plus responsables du meurtre de millions de personnes pendant l'Holocauste. Globocnik était responsable de la liquidation du ghetto de Varsovie, qui contenait environ 500 000 Juifs, la plus grande communauté juive d'Europe et la deuxième au monde, après New York. Il est également connu pour avoir liquidé le ghetto de Bialystok, qui se distinguait par sa forte résistance à l'occupation allemande et réinstallé une grande quantité de Polonais sous le prétexte du nettoyage ethnique. Il était en charge de la mise en œuvre et de la supervision de la réserve de Lublin, vers laquelle 95 000 Juifs ont été déportés, avec son réseau adjacent de camps de travaux forcés dans le district de Lublin. Il était également responsable de plus de 45 000 ouvriers juifs. Le 21 mai, peu de temps après sa capture, Globocnik s'est suicidé au moyen d'une capsule de cyanure cachée dans sa bouche.

Jetez un œil à l'une des périodes les plus horribles de l'histoire de l'humanité avec Doctors From Hell : The Horrific Account of Nazi Experiments on Humans sur Amazon.com !

Eichmann était le talent organisationnel qui a orchestré la déportation massive des Juifs de leurs pays vers des ghettos et des camps d'extermination en attente. Un prodige de Heydrich, il est parfois appelé "l'architecte de l'Holocauste". la vie dans les ghettos. A la fin de la guerre, il faisait de même avec les juifs hongrois et, s'il n'y avait eu l'intervention de Raoul Wallenberg, le nombre de victimes de l'holocauste aurait été bien plus élevé. Il a fui l'Allemagne à la fin de la guerre via une ligne de rat vers l'Amérique du Sud et a été capturé par le Mossad en Argentine. Il a été extradé vers Israël et exécuté par pendaison en 1962, à l'issue d'un procès très médiatisé. La mort d'Eichmann était, et est, la seule exécution civile jamais effectuée en Israël.

Mengele a d'abord acquis une notoriété pour être l'un des médecins SS qui ont supervisé la sélection des transports de prisonniers arrivant, déterminant qui devait être tué et qui devait devenir un travailleur forcé, mais est beaucoup plus tristement célèbre pour avoir effectué des expériences humaines macabres sur les détenus du camp, pour lequel Mengele a été appelé l'"Ange de la mort". Ses crimes étaient mauvais et nombreux. Lorsqu'il a été signalé qu'un bloc hospitalier était infesté de poux, Mengele a gazé chacune des 750 femmes qui lui étaient assignées. Mengele a utilisé Auschwitz comme une opportunité pour poursuivre ses recherches sur l'hérédité, en utilisant des détenus pour des expérimentations humaines. Il s'intéressait particulièrement aux jumeaux identiques. Les expériences de Mengele comprenaient des tentatives pour prendre un globe oculaire jumeau et les attacher à l'arrière de l'autre tête jumelle, changer la couleur des yeux en injectant des produits chimiques dans les yeux des enfants, diverses amputations de membres et d'autres chirurgies brutales. Il a survécu à la guerre et après une période de vie incognito en Allemagne, il s'est enfui en Amérique du Sud, où il a échappé à la capture pour le reste de sa vie, bien qu'il ait été pourchassé en tant que criminel de guerre nazi.

Heydrich est nommé Protecteur de Bohême et de Moravie. En août 1940, il est nommé et devient président d'Interpol. Heydrich a présidé la Conférence de Wannsee de 1942, qui a discuté des plans de déportation et d'extermination de tous les Juifs dans le territoire allemand occupé, étant ainsi le cerveau de l'holocauste. Il a été attaqué par des agents tchèques entraînés britanniques le 27 mai 1942, envoyés pour l'assassiner à Prague. Il est décédé un peu plus d'une semaine plus tard des suites de complications liées à ses blessures. Les bases du génocide ont été posées par Heydrich et menées dans l'opération Reinhard en son nom.


L'histoire cachée des frères Koch retrace leur enfance et leur ascension politique

David Koch prend la parole lors du sommet Defending the American Dream en 2015. Lui et son frère Charles dirigent un réseau politique conservateur qui prévoit de dépenser des centaines de millions de dollars pour les élections de 2016. Paul Vernon/AP masquer la légende

David Koch prend la parole lors du sommet Defending the American Dream en 2015. Lui et son frère Charles dirigent un réseau politique conservateur qui prévoit de dépenser des centaines de millions de dollars pour les élections de 2016.

En janvier 2015, lors d'une conférence privée à Palm Springs, en Californie, le réseau politique dirigé par les milliardaires conservateurs Charles et David Koch a annoncé son intention de dépenser 889 millions de dollars lors des élections de 2016. L'organisation se compose presque entièrement de groupes qui ne s'inscrivent pas en vertu des lois sur le financement des campagnes électorales et n'identifient donc pas publiquement leurs donateurs.

La journaliste Jane Mayer retrace l'influence croissante des frères Koch et d'autres riches donateurs conservateurs dans son nouveau livre, Dark Money: L'histoire cachée des milliardaires derrière la montée de la droite radicale. Selon Mayer, les Koch et d'autres conservateurs ont créé des entités philanthropiques qui leur permettent de poursuivre agressivement un programme libertaire de baisse des impôts, de déréglementation des affaires et de déni du changement climatique.

Parce qu'ils sont considérés comme des œuvres caritatives, les groupes philanthropiques "n'ont pas besoin de divulguer les noms de leurs donateurs", a déclaré Mayer. de l'air frais Dave Davies. "Ce sont les groupes qu'on appelle" les groupes d'argent noir ", et ils deviennent ainsi des sortes de banques secrètes qui affectent énormément la politique américaine sans que la plupart des gens comprennent qui est derrière eux."

Il est très inquiétant pour de nombreux Américains de penser que l'idéal d'un homme, une voix pourrait être dépassé par 400 des personnes les plus riches de toutes les convictions politiques choisissant le prochain chef pour eux.

Mayer prévient qu'une telle influence et un tel secret sapent la démocratie : « Il est très inquiétant pour de nombreux Américains de penser que tout l'idéal d'un homme, une voix pourrait être dépassé par 400 des personnes les plus riches de toutes les convictions politiques, choisissant le prochain chef pour eux. mais pas comment la démocratie est censée fonctionner.

Faits saillants de l'entrevue

Sur le secret des Koch, séminaires semestriels

Ils ont tellement veillé au secret lors de ces réunions, qui ont lieu deux fois par an dans les stations balnéaires, qu'à un moment ils se sont même donné la peine d'ériger des machines à bruit blanc qui créeraient de la statique face à l'extérieur, afin que personne ne puisse espionner sur eux. Ils refusent systématiquement de divulguer les noms des donateurs qui viennent à ces événements, mais à un moment donné, une liste d'invités a été laissée pour compte, ce qui a fourni la liste complète d'invités de l'un de ces événements. Ce que vous pouvez voir, c'est qu'il y a environ entre 400 et 450 des conservateurs les plus riches d'Amérique qui se réunissent pour planifier comment utiliser leur fortune pour influencer la politique américaine. .

Je pense que le génie des Koch est le tour de magie qu'ils ont vraiment compris, c'est-à-dire que ce n'est pas seulement leur argent qui finance cela, ils ont créé un consortium. C'est un club où vous avez peut-être 400 personnes qui sont cumulativement extrêmement riches. J'ai essayé de déterminer à un moment donné combien de milliardaires étaient impliqués uniquement pendant le premier mandat de la présidence d'Obama, parce qu'ils finançaient une grande partie de l'opposition à Obama, et je suis arrivé à un décompte de 18 milliardaires connus et dont la valeur nette ensemble, s'élevait à 214 milliards de dollars. Maintenant, évidemment, ils ne dépensent pas tout en politique, mais cela vous donne une idée du poids de ce petit groupe concentré de personnes.

Sur la façon dont le père des frères Koch a construit des raffineries de pétrole pour Hitler et Staline

Fred Koch, le patriarche de la famille, était un expert dans la construction de raffineries de pétrole, et lui et un ami nommé William Rhodes Davis ont proposé d'en construire une en Allemagne en 1934-1935, cette période là-bas. En 1933, Adolf Hitler est devenu chancelier du Troisième Reich en Allemagne, cela signifiait donc travailler sous le Troisième Reich. Et pour obtenir la permission, ils devaient en fait aller voir Hitler lui-même, et William Rhodes Davis a fait le "Heil Hitler" pour saluer Hitler, et finalement ils ont obtenu qu'Hitler donne son feu vert à cette proposition afin qu'ils puissent construire une raffinerie de pétrole à Hambourg.

L'histoire cachée des milliardaires derrière la montée de la droite radicale

Acheter un livre en vedette

Votre achat aide à prendre en charge la programmation NPR. Comment?

Et la raffinerie de pétrole de Hambourg, construite par la Winkler-Koch Co., est devenue la clé, selon plusieurs historiens allemands à qui j'ai parlé, des efforts de guerre d'Hitler. Au moment où ils l'ont construit, il était déjà clair qu'Hitler avait de très grandes ambitions militaires, mais l'une des choses qu'il était incapable de faire était de raffiner du pétrole à indice d'octane élevé pour les avions de guerre. Cette usine a créé cette capacité et a finalement fourni une grande partie du carburant nécessaire à la Luftwaffe d'Hitler.

Ce n'était pas un nazi, et je ne le suggère certainement pas dans le livre, mais ce qu'il était était un homme d'affaires américain à la recherche d'une bonne affaire, et il cherchait partout dans le monde pour voir comment il pourrait gagner de l'argent. Curieusement, et ce que l'on sait auparavant, c'est qu'avant de travailler sous le Troisième Reich d'Hitler, Fred Koch avait travaillé pour Staline, où – dans le cadre du premier plan quinquennal de Staline – Fred Koch a aidé à construire les raffineries de pétrole russes et soviétiques et a vraiment donné un énorme muscle à l'industrie pétrolière de l'Union soviétique.

Sur l'éducation des quatre frères Koch

Je pense que leurs parents semblent s'être beaucoup souciés d'eux, mais c'était le genre de parents qui étaient partis la plupart du temps. Le père était parti faire des affaires et la mère était une mondaine très active et était absente la plupart du temps, alors elle et le père ont confié l'éducation de l'enfant à une nounou embauchée.

Là encore, vous obtenez cette étrange récurrence d'une sorte de petite touche d'Allemagne nazie, parce que . Charles et Frederick, les fils aînés, ont été confiés à une nounou allemande qui a été décrite par d'autres membres de la famille comme un nazi fervent. Elle était si fervente partisane d'Hitler que finalement, après cinq ans de travail pour la famille, elle est partie de son plein gré en 1940 lorsque Hitler est entré en France parce qu'elle voulait célébrer avec le Führer.

Sur trois des frères tentant de faire chanter l'aîné, Frederick, alors qu'ils soupçonnaient qu'il était gay

Vous devez vous rappeler que c'était il y a très longtemps, lorsque l'idée d'être gay était considérée comme scandaleuse dans une famille, en particulier une famille d'hommes du pétrole bruts et autodidactes à Wichita, Kan. C'était considéré comme un sombre secret que d'abord -fils né Frederick pourrait avoir été gay. À un moment donné, lorsque Frederick avait la vingtaine, les quatre fils avaient alors des actions dans l'entreprise familiale. Et ce que les trois autres frères ont fait, c'est qu'ils ont créé une sorte de tribunal kangourou. de sorte que [Frederick] est entré dans une pièce, a trouvé ses trois autres frères assis là sur des chaises face à lui, et ils l'ont confronté et ont mené une enquête pour voir s'il était gay. Et ils ont ensuite dit que s'il l'était, ils allaient le dire à leur père à moins qu'il ne leur remette sa part dans l'entreprise. .

La rumeur court depuis des années dans d'autres articles sur les Koch, et il y a eu diverses descriptions de personnes le niant, mais j'ai en fait mis la main sur une déposition scellée dans laquelle l'un des frères, Bill Koch, décrit le tout. au fur et à mesure qu'il se déroulait. Le frère qu'ils accusaient — Frédéric, qui était l'aîné — se leva, les regarda, dit : « Je ne veux plus jamais entendre parler de cela », et sortit de la pièce. Cela n'a pas fonctionné. Mais en tant que stratagème, je pense que cela vous donne une idée d'une famille qui n'est pas la famille confortable et entièrement américaine habituelle.

Sur l'entreprise familiale Koch Industries, mise en examen pour avoir empoché des millions de pétrole dans des réserves indiennes


Ilse Koch : La "sorcière de Buchenwald" était l'un des méchants les plus diaboliques de l'Holocauste

Koch a rejoint le parti nazi en 1932 et quatre ans plus tard, il a épousé le commandant du camp de concentration nazi de Buchenwald, Karl-Otto Koch. Ils vivaient dans une élégante maison sur le terrain de Buchenwald et ressemblaient à n'importe quel couple ordinaire avec trois enfants. Cependant, leur mariage et leur vie quotidienne étaient loin d'être normaux.

Ilse Koch, épouse de Karl Koch qui était le commandant du camp de concentration de Buchenwald Crédit photo

Ilse était une nymphomane qui torturait les prisonniers dans le camp de concentration. Elle est devenue connue pour son comportement pervers et sadique qu'elle a exprimé en battant les prisonniers et en les forçant à avoir des activités sexuelles pour son amusement.

Outre la torture incessante des prisonniers, elle a sélectionné ceux qui avaient des tatouages ​​distinctifs et les a écorchés. Son passe-temps était de collectionner des abat-jour, des gants et des couvertures de livres, mais les articles de sa collection avaient une touche spéciale. Elle a recouvert les livres de la peau tatouée des prisonniers. Certains disent qu'elle avait même un sac à main fait de peau tatouée humaine et qu'elle était particulièrement fière de sa collection de trophées cannibales, qui comprenait également des organes de prisonniers.

Buchenwald 16 avril 1945. Une collection d'organes internes de prisonniers&# 8217 Crédit photo

Ilse a gagné de nombreux surnoms au cours de son séjour dans les camps de concentration, tels que “La sorcière de Buchenwald,” “The Concentration Camps’ Killer,” “La Sorcière Rouge de Buchenwald,”Le Boucher” Veuve 8217s :, et la “chienne de Buchenwald.”

Heureusement, elle a été arrêtée en 1943 avec son mari. Otto a été accusé de corruption et de vol de grandes quantités d'objets de valeur et d'argent aux Juifs assassinés. Il est exécuté par les SS le 5 avril 1945.

Ilse a été emprisonnée jusqu'en 1944 quand elle a été libérée faute de preuves. Cependant, à la fin de la guerre, elle et 30 autres ouvriers sont arrêtés le 30 juin 1945 par les autorités américaines. Elle a été accusée de "participation à un plan criminel pour avoir aidé, encouragé et participé aux meurtres de Buchenwald".

Pour échapper à la prison, elle a annoncé au tribunal qu'elle était enceinte. Cependant, ils savaient que son mari était mort, alors ils ont commencé à soupçonner qu'elle avait eu des relations amoureuses avec d'autres travailleurs avant et après la mort de son mari, pour qui elle avait autrefois prétendu être homosexuelle.

Ilse Koch au tribunal militaire américain à Dachau, 1947 Crédit photo

Koch a finalement été condamné à une peine de prison pour violation des lois et coutumes de la guerre, le 19 août 1947.

Elle s'est suicidée en 1967, dans l'illusion que les prisonniers survivants du camp viendraient la maltraiter dans sa cellule. Son corps a été enterré dans une tombe anonyme dans le cimetière de la prison pour femmes d'Aichach, en Allemagne.


Le nazi derrière le rôle de Winslet dans le film est révélé

La femme que Kate Winslet joue dans le film primé aux Oscars The Reader s'est révélée être l'un des criminels de guerre les plus notoires d'Allemagne.

Connue sous le nom de « Chienne de Buchenwald », la gardienne du camp de concentration Ilse Koch a été condamnée à la réclusion à perpétuité avant de se suicider, tout comme Hanna Schmitz, le personnage fictif joué par Winslet.

Bernhard Schlink, dont le livre controversé examinant la culpabilité allemande d'après-guerre a été adapté pour le film, a toujours refusé de révéler la base du personnage de Schmitz. Mais le professeur Bill Niven de l'Université de Nottingham Trent, une autorité sur Schlink et sur son livre, estime que les parallèles entre Schmitz et Koch sont indubitables. "Aucune autre gardienne de camp connue n'est proche de rivaliser avec Schmitz", a-t-il déclaré.

Dans le film, qui commence en 1958, l'adolescent allemand Michael Berg rencontre le conducteur de tramway Schmitz. Le couple a une liaison passionnée, Schmitz devenant abusif. Puis elle disparaît et Michael reste obsédé par leur relation. Huit ans plus tard, Michael assiste à un procès pour crimes de guerre au cours duquel un certain nombre de femmes allemandes sont traduites en justice pour leurs actions en tant que gardiennes de camp de concentration. À la grande horreur de Michael, Schmitz est l'un des accusés et est condamné à la prison à vie. Michael commence à envoyer des livres enregistrés à l'illettré Schmitz. La veille de sa sortie de prison, Schmitz se suicide.

Koch s'est également suicidée alors qu'elle purgeait une peine d'emprisonnement à perpétuité. Elle avait récemment retrouvé son fils illégitime, Uwe, qui venait tout juste de découvrir sa véritable identité et sa culpabilité. Niven, un expert de l'histoire et de la littérature allemandes contemporaines, a déclaré : « On nous dit que le fils d'Ilse lui a écrit des poèmes en prison et que Michael et Hanna étaient unis par la lecture. Ce qui m'a également frappé, c'est qu'Ilse a été accusée d'avoir utilisé une cravache. pour frapper des prisonniers et Hanna, dans le livre, frappe Michael avec une ceinture. Cette violence gratuite se retrouve également dans le fait que Hanna et Ilse ont toutes deux choisi des prisonniers pour l'exécution, et qu'il y avait un élément sexuel suggéré sous-jacent à cela. Ilse a été accusé de avoir des aventures avec des prisonniers, tandis qu'Hanna était soupçonnée par les détenus de son camp d'avoir choisi des prisonnières pour avoir des relations sexuelles. »

Comme Schmitz, Koch est issue d'un milieu pauvre et est devenue l'une des premières fidèles d'Hitler, rejoignant le parti nazi en 1932. Himmler l'a désignée comme une bonne épouse "aryenne" pour son ami proche Karl Koch, qu'elle a épousé en 1936.

Au camp de concentration de Sachsenhausen, le sadisme de Koch en tant que commandant l'a désigné pour une promotion et il a été transféré à Buchenwald. Ilse Koch y a suivi son mari et ils ont construit une luxueuse maison pour leur famille. Karl Koch a ensuite acheté une voiture de luxe et a ouvert des comptes bancaires suisses avec de l'argent extorqué aux prisonniers. Sa femme était une visiteuse régulière à l'intérieur du camp et supervisait les gardiennes. Des témoins l'ont vue traverser des prisonniers sur son cheval, les fouetter avec un fouet et, à une autre occasion, ont donné à plusieurs reprises des coups de pied au visage d'un homme.

William Gellinick, un prisonnier qui avait travaillé dans les laboratoires de pathologie de Buchenwald, a déclaré avoir entendu une fois Ilse Koch dire à son mari : « Mon petit pigeon. Je pense qu'il est temps pour ce vieil homme [dans un groupe de travail] de ramper un peu. " La victime a été obligée de monter et descendre une colline à plusieurs reprises, souffrant de blessures qui ont contribué à sa mort. Les prisonniers ont affirmé qu'Ilse Koch aimait regarder et infliger des punitions.

En 1943, les SS furent suffisamment alarmés par les allégations d'extorsion non autorisée pour que les Kochs soient jugés par un juge SS. Bien qu'Ilse Koch ait été acquittée, son mari ne l'a pas été et en avril 1945 - quelques jours avant la libération du camp - il a été exécuté par un peloton d'exécution. Sa femme s'était enfuie, mais fut arrêtée par les Américains plus tard dans l'année et jugée en 1947.

Son procès a choqué le monde. Gellinick a affirmé qu'il avait vu de la peau humaine importée et transformée pour en faire des abat-jours à présenter au mari de Koch. Elle aurait sélectionné des prisonniers tatoués à tuer pour les produire.

Elle a été condamnée à la réclusion à perpétuité en 1947 par le tribunal américain des crimes de guerre, mais il est apparu qu'elle était enceinte, probablement par un codétenu. Son fils, Uwe Kohler, lui a été enlevé à la naissance et adopté. Elle a finalement été condamnée par les autorités allemandes à une peine d'emprisonnement à vie et incarcérée à la prison d'Aichach. Uwe Kohler lui a rendu visite dans sa prison bavaroise mais a disparu après sa mort.


Mort et cimetière de Koch, Ilse.

Elle a été saisie par l'hystérie du temps où Koch s'est suicidée en se pendant avec des draps dans sa cellule à la prison pour femmes d'Aichach le 01-09-1967, elle avait 60 ans. Elle a eu 4 enfants, Artwin, Gisel, Gudrun et Uwe. Uwe est née en prison en octobre 1947 et le père est encore inconnu, mais elle a probablement été engendrée par un codétenu, Fritz Schäffer., Uwe a été adoptée et a entendu pour la première fois en 1966 qui était sa mère biologique, il gagne bien sa vie en vendant de l'assurance maintenant. La fille Gudrun est décédée à l'improviste, à l'âge d'un an, lors des vacances au ski de ses parents et la sœur d'Ilse Koch, Erna, était sa nounou à l'époque.

Lors d'une de ses visites programmées, le fils d'Ilse, Artwin a été stupéfaite d'apprendre qu'elle s'était suicidée la veille Le corps de Koch est enterré dans une tombe anonyme et non entretenue dans le cimetière d'Aichach . Selon Joseph Halow, auteur d'Innocent à Dachau, son fils a disparu après avoir appris le suicide de sa mère, mais vivant à Bonn, il a dit "Je veux effacer le nom de ma mère",


IMPACT IMMÉDIAT DE L'INCENDIE DU REICHSTAG

Quelques heures après l'incendie du Reichstag, alors que la propagande nazie répandait les craintes d'une révolte communiste, Hitler a convaincu Hindenburg d'invoquer l'article 48 de la Constitution de Weimar, qui a donné au président des pouvoirs dictatoriaux et lui a permis de faire des lois pour tous les États territoriaux de l'Allemagne&# x2019s .

Hitler et le cabinet ont rapidement rédigé un décret plus permanent et plus étendu pour la protection du peuple et de l'État (connu sous le nom de décret sur les incendies du Reichstag), qui suspendait le droit de réunion, la liberté de la presse, la liberté d'expression et d'autres protections constitutionnelles. au sein de l'Allemagne.

Le décret a également supprimé toutes les restrictions aux enquêtes policières, permettant aux nazis d'arrêter et d'emprisonner leurs opposants politiques sans discrimination. Cette nuit-là, les stormtroopers du Sturmabteilung (SA) ont rassemblé quelque 4 000 personnes, dont beaucoup ont été torturées et emprisonnées.

La réponse rapide et brutale à l'incendie du Reichstag a renforcé l'image d'Hitler comme l'Allemagne, le sauveur résolu du redouté &# x201CBolchevisme.&# x201D

Le 23 mars, réuni à l'Opéra Kroll de Berlin, le Reichstag a adopté la loi d'habilitation, donnant les pleins pouvoirs à Hitler. La réunion, qui aurait marqué l'union du national-socialisme avec Hindenburg et l'establishment allemand, a essentiellement livré le pays aux nazis.

À la fin de l'année, tous les partis politiques, syndicats et autres organisations non nazis avaient cessé d'exister. When Hindenburg died in 1934, the German Army sanctioned Hitler’s decision to combine the posts of president and chancellor, cementing his absolute power in Germany.


Karl Koch : Nazi Germany - History

Ilse Koch
The Bitch of Buchenwald
[loose translation of camp-era nickname "Hexe"=witch, used by English press during trial]

This page was created by Angela Mesna, a senior English major at UCSB (link to author page). I became interested in Ilse because of her nickname and decided to more research on her. Most of my information came mainly from various Internet sources (sources).
[note Feb. 1, 2009: a reader brought to my attention that Holocaust denier used some vagueness and a single typo on this page as part of his effort to dispute the veracity of the Holocaust itself. I (Prof. Marcuse) have responded to that video in bracketed comments like these--most of them are irrelevant and mere smokescreen intended to confuse viewers. The original denier video can be viewed at:
www.onethirdoftheholocaust.com/Buchenwald/videos/6.wmv]

There is little known about the early years of Ilse Koch. She was born in Dresden Germany in 1906. She worked in the Sachsenhausen concentration camp before marrying her husband Karl Koch in 1937. When her husband was appointed to be commandant at the Buchenwald concentration camp she willingly went with him.

Ilse did not opt for the removed position of a wife of a camp official but rather became an SS Aufseherin (overseer) of the camp. Ilse used the position to express her sadistic and cruel nature. She was known for riding her horse through the camp and whipping and beating any prisoner who caught her particular interest. She would also ride through the camp and select specific prisoners with tattooed skin or interesting skin markings. She had these individuals killed and their skins tanned in order to make lampshades and other household items.

This is a picture of a lampshade made of human skin found in Koch's apartment.
[actually, we don't know exactly where within the Buchenwald camp it was found,
and the Kommandant's villa was not within the prisoners' camp]
The drawing is a tattoo that was on the man's chest.

It was not altogether uncommon for officers to have lampshades made of human skin, but as one witness recounts, her handbag was made of human flesh, and her extreme pride in it was very disturbing. [a more recent detailed discussion of the human skin objects can be found on scrapbookpages.com]

Karl was arrested shortly before the end of the war in 1944 for his exploitation of camp workers [he was so greedy and corrupt that the Nazis themselves arrested and executed him!] and Ilse was arrested when the camp was liberated. Karl was charged and executed in 1945. Ilse was also found guilty of "participating in the atrocities at Buchenwald" and was given a life sentence. She only served two years of this sentence. She was later re-arrested for killing German nationals and again given a life sentence. Ilse Koch committed suicide on September 1, 1947 [typo corrected Feb. 1, 2009]: 1967. [again, see scrapbookpages.com for more details]

It is difficult to determine whether Ilse Koch was a product of Nazi ideology and anti-Semitism or rather found the Holocaust as an opportunity to divulge in her already sadistic nature. Because there is little available on her childhood and early childhood behaviors, it is difficult to attempt to make a definitive answer. What is clear is that this woman found, under the rule of Hitler, the capacity in herself to brutally torture her prisoners and keep pieces of them for her personal decoration.


Aktion T4 the Nazi euthanasia programme that killed 300,000

The first to die was a five-month-old baby boy called Gerhard Kretschmar. Gerhard’s father, Richard Kretschmar, considered his severely disabled child to be a ‘monster’, and he soon approached his local physician with the request that the baby be ‘put to sleep’ for his own good. After the doctor refused, Kretschmar wrote directly to Adolf Hitler, asking the Führer to overrule the doctor.

Hitler, who had long been in favour of ‘mercy killing’ the severely disabled, dispatched his personal physician, Karl Brandt, to the village of Pommsen near Leipzig to examine the child. Hitler told Brandt that if the baby was as severely disabled as the father claimed, Brandt had his permission to kill the child.

Brandt duly examined Gerhard and concluded that the child was beyond help. With Hitler’s blessing, the child was killed, probably by lethal injection on the 25th of July 1939. His death would mark the start of one of the most hideous programmes of the Second World War – the mass murder of the mentally ill and the physically disabled throughout Germany and some of its occupied territories. The programme would come to be known as Aktion T4.

The death of little Gerhard Kretschmar was therefore seen as a ‘trial run’ for what would follow

The road to the mass killing of the mentally ill and the disabled began in 1933 with the passing of the ‘Law for the Prevention of Hereditarily Diseased Offspring’. This made sterilisation compulsory for anyone suffering from conditions considered to be hereditary at the time. These conditions included schizophrenia and epilepsy – afflictions that the Nazis, obsessed with racial purity as they were, did not want passing down through the generations. By sterilising people with conditions such as Huntingdon’s chorea, the vaguely labelled ‘imbecility’ and even chronic alcoholism, the Nazis sought to remove these illnesses from the national gene pool, thus creating a stronger, purer race.

Hitler wanted to go further than merely sterilising people. As early as 1933, he was already expressing the view to both his physician Karl Brandt and the head of the Reich Chancellery, Hans Lammers, that his regime should go further and kill those in society the Nazis considered useless. The death of little Gerhard Kretschmar was therefore seen as a ‘trial run’ for what would follow. After the child’s death, Hitler told Brandt to treat all similar cases the same. It was the start of something truly monstrous.

Three weeks after Gerhard Kretschmar’s death, the Nazis set up the Reich Committee for the Scientific Registering of Hereditary and Congenital Illnesses. The committee registered the births of all babies born with defects identified by physicians. The mass killing of infants began soon after. By 1941, over 5,000 children identified by the committee had been murdered with the blessings of the state.

Of course, the state was conscious of the fact that parents wouldn’t take likely to the government killing their children. To prevent mass revolt, deception was deployed. Parents of disabled children were told that their offspring were being sent to ‘Special Sections’ where they were to receive advanced medical attention. In reality, the children were sent to extermination centres housed in psychiatric hospitals where they were killed by lethal injection. The parents would then be informed that their children had died from something else, usually pneumonia. Children sent to the Am Spiegelgrund institute in Austria were not just killed by lethal injection. Some were gassed and others died after being subjected to physical abuse. Once dead, the children’s brains were removed for further study without the parents being informed. Grotesquely, some of these preserved brains sat in private collections into the 21st Century.

Across Poland, asylums were emptied by members of the SS and the patients shot.

It wasn’t just disabled children that the Nazis decided to exterminate. The outbreak of war in September 1939 meant not only the targeting of mentally and physically disabled Germans adults sights were set on the vulnerable of conquered territories such as Poland and Czechoslovakia as well.

Polish patients were the first to be targeted soon after the Nazi conquest of the country. Across Poland, asylums were emptied by members of the SS and the patients shot. It wasn’t long before a more cost-efficient method of killing the physically and mentally ill was being sought out, and as early as December 1939 patients were being gassed to death. Heinrich Himmler witnessed one such gassing. He liked what he saw, and gassing would later become the extermination method of choice during the Final Solution.

The programme of killing adults suffering from mental and physical disabilities quickly spread back into neighbouring Germany. Regional governors were eager to clear out their institutions to make way for wounded soldiers, and having seen what was going on in Poland, they jumped at the chance to implement similar programmes on the home front. 8,000 vulnerable Germans were murdered in the first wave of killing. They would by no means be the last.

What had begun as a regional solution to hospital overcrowding soon spread across Germany. By 1940, all Jews had been removed from German institutions and killed, and orders went out to nursing homes, mental institutions, hospitals, old people’s homes and sanatoria to register anyone who had been interned for five years or more with a range of conditions ranging from being ‘criminally insane’ to syphilis, senile dementia and epilepsy. Those who fell into these categories were removed from their institutions by special ambulances driven by SS men dressed in white coats. They would then be taken to extermination centres and usually killed within 24 hours. Death certificates with false causes of death were then drawn up and sent to relatives.

Of course, the mass killing of German adults and children didn’t go unnoticed. The deaths were hardly a state secret, and many people and doctors who objected to Aktion T4 went out of their way to remove their relatives and patients from institutions before the SS came for them. Protests broke out across Germany. Both the Protestant and Catholic churches objected to the morality of the programme. Despite these objections, patients under both churches’ care were routinely removed and murdered – often, and to these churches’ eternal shame, with priests’ consent.

The Nazi euthanasia programme was officially suspended indefinitely in 1941 in the face of both public and official protest. Sadly, the killings would continue right up to the end of the war as fanatical Nazis carried on the programme regardless. The last child to be euthanized was Richard Jenne in the town of Kaufberen in Bavaria. Incredibly, the town had already been occupied by American troops for three weeks when the boy’s murder took place.

In total, Aktion T4 killed between 275,000 and 300,000 innocent people. The method of death by gassing that was developed for the programme would later be transferred to the mass killing of Jews, Poles, Roma, homosexuals and other targeted groups in the extermination camps that sprang up across the occupied territories.

After the war, many prominent participants in the programme including Karl Brandt were tried at Nuremberg in what became known as the ‘Doctor’s Trial’. Many were hanged for their crimes against humanity. Among those sentenced to death were Viktor Brack, an enthusiastic Nazi who cut his teeth on the euthanasia programme before going on to gas thousands of Jews, and Kurt Blome, a scientist who experimented on live human subjects as well as committing euthanasia. Brandt, the man who kickstarted the programme with the death of little Gerhard Kretschmar in 1939, was hanged on the 2nd of June 1948.

Aktion T4 was but one of many appalling crimes against humanity committed by the Nazis during the Second World War. “The moral test of government is how that government treats those who are in the dawn of life, the children those who are in the twilight of life, the elderly those who are in the shadows of life, the sick, the needy and the handicapped.” Those were the words of the former US Vice President, Hubert H. Humphrey. As with everything they did, the Nazis failed this test.


Voir la vidéo: La Marina Alemana se rinde -1918 (Décembre 2021).