Des articles

Peary DD-226 - Histoire

Peary DD-226 - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Peary DD-226

Peary(DD-226 : dp. 1190 ; 1. 314'4"; né. 31'9"; dr. 9'3"; s. 35 k.;cpl. 101; a. 4 4", 1 3" , 12 21" tt., cl. Clemson). Peary (DD-226) a été établi par William Cramp and Sons Philadelphia, Penn., 9 septembre 1919, lancé le 6 avril 1920; parrainé par Mme Edward Stafford fille de l'amiral Peary; commandé le 22 octobre 1920. Peary a servi dans le Far Elast à partir de 1922. Avec la Yangtze Patrol Force de 1923 à 1931, elle a effectué des déploiements annuels dans les eaux chinoises protégeant les intérêts américains de 1931 au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Peary était amarrée à Cavite, PI, lorsque la nouvelle du raid de Pearl Harbor lui est parvenue et a été capturée dans le raid sur le Cavite Navy Yard, aux Philippines, deux jours plus tard. Au début de l'après-midi du 10 décembre, plus de 50 bombardiers bimoteurs de haut niveau sont apparus au-dessus de Cavite et, naviguant tranquillement au-dessus de la portée des tirs antiaériens, ont détruit pratiquement toute la base. Peary, amarré à une petite jetée, a pris une bombe avant qui a criblé la superstructure et la pile et a tué 8 de son équipage. Elle s'est retrouvée dans une position très précaire, car des incendies ont commencé à déclencher des ogives de torpilles dans un atelier de révision de torpilles sur le quai à côté d'elle. Heureusement, le dragueur de mines Whippoorwill l'a remorquée. Whippoorwill et Pillsbury (DD-227) se sont approchés et leurs lances à incendie ont éteint l'incendie en cinq minutes. Son commandant, le Comdr. H. H Keith a été blessé dans cet engagement et a été relevé par le Comdr. JM Bermingham. Le 26 décembre 1941, Peary était en route lorsque les Japonais sont revenus et ont largué plusieurs bombes près du navire. Le matin du 27, Peary était dans la baie de Campomanes, sur l'île de Negros, où elle a décidé de passer la journée Son équipage l'a camouflée avec de la peinture verte et des feuilles de palmier, espérant échapper aux bombardiers de patrouille japonais. Cinq sont passés au-dessus sans repérer le navire ce matin-là et quand l'obscurité est tombée, elle s'est mise en route à travers la mer de Célèbes pour le détroit de Makassar. attaque de deux heures. Les avions ont largué des bombes de 500 livres et ont ensuite lancé deux torpilles à seulement 500 mètres du navire. Peary recula rapidement sur un moteur et les deux torpilles manquèrent de peu la proue. Quelques secondes plus tard, deux autres ratèrent la poupe de dix mètres. Les bombardiers se sont ensuite retirés. La nouvelle année a trouvé Peary à Darwin, en Australie. Pendant le janvier et une partie de février, elle a opéré de Darwin principalement sur la patrouille anti-sous-marine. Vers 10 h 45, le 19 février, Peary est attaqué par des bombardiers en piqué japonais monomoteurs et fait 80 morts et 13 blessés. La première bombe a explosé sur le fantail, la seconde, un incendiaire sur le galley deek house ; le troisième n'a pas explosé ; le quatrième a frappé vers l'avant et a déclenché les magasins de munitions à l'avant ; le cinquième, un autre incendiaire, a explosé dans la salle des machines arrière. Une mitrailleuse de calibre .30 sur le rouf arrière et une mitrailleuse de calibre .50 sur le rouf de la cuisine ont tiré jusqu'à ce que le dernier avion ennemi s'envole. Peary a coulé la poupe en premier vers 13 heures. Elle a été frappée de la Liste Marine le 8 mai 1942. Peary a reçu une étoile de bataille pour le service de Seconde Guerre mondiale.


Robert Peary

Robert Edwin Peary Sr. ( / ˈ p ɪər i / 6 mai 1856 - 20 février 1920) était un explorateur américain et officier de la marine américaine qui a effectué plusieurs expéditions dans l'Arctique à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Il est surtout connu pour avoir affirmé avoir atteint le pôle Nord géographique avec son expédition le 6 avril 1909. Il l'a achevé avec son collègue explorateur Matthew Henson, qui aurait atteint ce qu'ils croyaient être le pôle Nord peu avant Peary.

Peary est né à Cresson, en Pennsylvanie, mais après la mort de son père à un jeune âge, il a grandi à Portland, dans le Maine. Il a fréquenté le Bowdoin College, puis a rejoint le National Geodetic Survey en tant que dessinateur. Peary s'est enrôlé dans la marine en 1881, en tant qu'ingénieur civil. En 1885, il est nommé chef de l'arpentage du canal du Nicaragua (qui n'a jamais été construit). Peary a visité l'Arctique pour la première fois en 1886, faisant une tentative infructueuse de traverser le Groenland en traîneau à chiens. Il revint en 1891 beaucoup mieux préparé, et en atteignant le fjord de l'Indépendance (dans ce qui est maintenant connu sous le nom de Peary Land) prouva de manière concluante que le Groenland était une île. Il a été l'un des premiers explorateurs de l'Arctique à étudier les techniques de survie des Inuits. Au cours d'une expédition en 1894, il a été le premier explorateur occidental à atteindre la météorite du cap York et ses fragments, qui ont ensuite été prélevés sur la population inuite indigène qui s'en était servie pour créer des outils. Au cours de cette même expédition, Peary a trompé six indigènes, dont Minik Wallace, pour qu'ils voyagent en Amérique avec lui en promettant qu'ils pourraient revenir avec des outils, des armes et des cadeaux dans l'année. Cette promesse ne serait pas tenue, avec quatre des six décès de maladies en quelques mois. [1]

Lors de son expédition de 1898-1902, Peary établit un nouveau record du « plus grand nord » en atteignant le point le plus septentrional du Groenland, le cap Morris Jesup. Peary a fait deux autres expéditions dans l'Arctique, en 1905-1906 et en 1908-1909. Au cours de cette dernière, il a affirmé avoir atteint le pôle Nord. Peary a reçu un certain nombre de prix de sociétés géographiques au cours de sa vie et, en 1911, a reçu les remerciements du Congrès et a été promu contre-amiral. Il a servi deux mandats en tant que président de The Explorers Club et a pris sa retraite.

L'affirmation de Peary d'avoir atteint le pôle Nord a été largement débattue dans les journaux contemporains (avec une affirmation concurrente faite par Frederick Cook), mais a finalement été largement acceptée. En 1989, l'explorateur britannique Wally Herbert a conclu que Peary n'avait pas atteint le pôle, bien qu'il ait pu être aussi proche que 60 mi (97 km). Ses conclusions ont été largement acceptées, bien que contestées par certaines autorités.


Peary DD-226 - Histoire

L'article suivant est paru dans le journal local à la suite du 60e anniversaire du premier bombardement sur Darwin le 19 février 1942.

Il y a eu deux attaques aériennes contre Darwin ce jour-là, planifiées par le même homme qui avait planifié l'attaque précédente sur Pearl Harbour, et utilisant bon nombre des mêmes avions et aviateurs.

Les attaques impliquaient 54 bombardiers terrestres et environ 188 avions d'attaque lancés depuis quatre porte-avions japonais dans la mer de Timor. Lors de la première attaque, qui a commencé juste avant 10 heures du matin, des bombardiers lourds ont bombardé le port et des bombardiers en piqué de la ville escortés par des chasseurs Zero, puis ont attaqué la navigation dans le port, les aérodromes militaires et civils et l'hôpital de Berrimah. L'attaque a cessé après environ 40 minutes. La deuxième attaque, qui a commencé une heure plus tard, a impliqué un bombardement à haute altitude de la base de la RAAF à Parap et a duré environ 20 minutes. Les deux raids ont tué au moins 243 personnes et entre 300 et 400 ont été blessés. Vingt avions militaires ont été détruits, 8 navires ancrés dans le port ont été coulés et la plupart des installations civiles et militaires de Darwin ont été détruites.

L'un des navires coulés était le destroyer USS Peary. Le Peary de 1215 tonnes avait été construit en 1919, un destroyer de classe Clemson, désigné DD 126 lors de son lancement et de sa mise en service en 1920. Avec un équipage de 115 hommes, il avait été amarré à Cavite dans la baie de Manille lorsque l'avion japonais avait attaqué le 10 décembre 1941. A cette occasion, seules les actions courageuses du dragueur de mines Whippoorwill l'avaient tiré de sous les bombes japonaises. Son commandant, Harry Keith, avait été grièvement blessé lors de l'attaque et avait été remplacé par le Lt Cdr Bermingham qui l'avait emmenée au sud de Java, sortant de la baie de Manille le 27 décembre. De nouveau attaqué par les airs la veille de son départ, Peary était comme un aimant pour les aviateurs japonais, de nouveau sous le feu à Campomanes Bay sur l'île de Negros, et marqué jusqu'à la mer de Célèbes par des avions lance-torpilles. Puis, alors qu'elle se dirigeait vers le sud à travers le passage des Moluques, les bombardiers de la RAAF Hudson l'ont attaquée par erreur. Dans le cadre de la force navale alliée, elle a servi d'escorte pour l'USS Houston dans le cadre d'une force navale envoyée pour renforcer le Timor. Mais Timor était au-delà de toute aide et le convoi était retourné à Port Darwin pour se ravitailler le matin du 18 février, la veille de l'attaque aérienne du 19 février 1942. Houston et Peary ont ensuite quitté le port ce soir-là après le ravitaillement, mais Peary a ramassé un contact sous-marin à l'extérieur du port et après l'avoir poursuivi pendant une grande partie de la nuit, il reçut l'ordre de retourner à Darwin une fois de plus pour faire le plein de carburant. L'USS Houston s'est dirigé seul vers l'ouest, pour être coulé la dernière nuit de février dans le détroit de la Sonde aux côtés du croiseur australien HMAS Perth.


Apparemment pris dans le port de Darwin le matin du 19 février 1942

Dans le port de Darwin, Peary attendait son sort avec un certain nombre de cargos, un transport de troupes et un pétrolier. L'ancien destroyer Preston, désormais ravitailleur d'hydravions, et le Peary ont riposté de toutes leurs forces. Le commandant du Preston, Etheridge Grant, avait mis la main sur un certain nombre de Brownings de calibre .30 et .50 et les avait installés sur le pont arrière en tant qu'armement antiaérien ajouté et a abattu deux bombardiers en piqué essayant de le couler. Deux autres bombardiers ont percé le barrage, l'un frappant Preston, faisant sauter le commandant par-dessus bord, mais le navire était l'un des rares à avoir survécu à l'assaut.

Mais ce n'était pas le cas du Peary, qui zigzaguait maintenant à travers le port encombré, tirant avec toutes ses armes. Deux bombes l'ont attrapée, l'une détruisant le fantail et arrachant les supports de grenades sous-marines et les protections d'hélice, inondant la salle des machines. La deuxième bombe était un incendiaire et elle s'est écrasée dans la cuisine mettant le feu au navire. C'était juste après 1000 et le navire se battait pour sa vie.

Les équipes de contrôle des dégâts et les artilleurs ont continué le combat pendant les trois heures suivantes alors que les avions continuaient à venir vers eux. Mais une autre bombe a frappé, mutilant une fois de plus le brave navire. Puis une quatrième bombe s'est écrasée sur le magasin avant et enfin une cinquième, une autre bombe incendiaire, frappant la salle des machines arrière. Traînant son fantail brisé, le Peary était maintenant mort dans l'eau et à 13h00, il s'est brisé et a coulé. Alors qu'elle descendait par la poupe, les mitrailleuses continuaient de marteler.

Dans les années 1950, l'un des canons de 4 pouces a été récupéré de l'épave par Carl Atkinson et restauré par la Royal Australian Navy. Il est maintenant affiché comme un mémorial aux 91 membres d'équipage qui ont coulé avec le navire, la plus grande perte de vie de l'US Navy dans les eaux australiennes. Melvin Duke et un autre survivant, Dallas Widick, ont assisté à l'inauguration du mémorial le 29 janvier 1992 avec un garde de couleur de la frégate de l'USN Robert E Peary.

Le même jour, Melvin Duke a rejoint ses camarades de bord, un autre survivant de Peary, Ben Greer est également retourné à Darwin. Son retour a également fait les journaux.

Le marin américain de la Seconde Guerre mondiale, Ben Greer, est de retour à Darwin avec une dernière mission à l'occasion du 60e anniversaire du premier bombardement de l'Australie.

Le survivant de l'USS Peary, qui s'est écrasé avec la perte de 91 coéquipiers, tient à dire un dernier merci aux héros australiens en fête qui l'ont arraché du port de Darwin.
Et découvrez si cet équipage du HMAS Southern Cross a déjà reçu une note de remerciement approximative griffonnée par un autre des 41 équipages secourus du Peary.

M. Greer, l'un des deux seuls membres d'équipage de Peary encore en vie, a été séduit par la joyeuse bravade des Australiens en organisant une fête d'anniversaire entre les deux bombardements japonais sur Darwin.
"Ils ne s'inquiétaient pas des bombes. J'aimais ces gars et je savais que j'aimerais les Australiens", a-t-il déclaré. À tel point qu'il a ramené chez lui une épouse de guerre australienne.

Hier soir, lors d'une réunion spéciale au quai de Darwin, M. Greer prévoyait de rejoindre le passionné d'histoire John Bradford pour retrouver l'équipage de Southern Cross et résoudre le mystère de la note.
Il a été écrit sur du papier de boucherie par James Pike, l'un des 12 Américains secourus par la Southern Cross.

"Au HMAS Southern Cross des survivants de Peary: Nous souhaitons féliciter les officiers et les hommes de votre navire pour leurs efforts héroïques pour nous sauver et pour la gentillesse et l'amitié dont nous avons fait preuve", peut-on lire dans la note. M. Greer, un maître de 3e classe, était sur le pont lorsque la première bombe a frappé et a été assommé alors qu'il tombait deux ponts plus bas.

Il a glissé du destroyer en flammes alors qu'il coulait en premier après avoir été touché par cinq bombes japonaises.
Il se souvient avoir vu ses coéquipiers piégés continuer à tirer sur des avions japonais alors que le navire coulait.
Il a été tiré à bord du Southern Cross une heure plus tard.

"Ensuite, ils ont dit:" Ne vous inquiétez pas, venez en bas, nous organisons une fête d'anniversaire "", a déclaré M. Greer, 83 ans.

"Ils avaient un gâteau là-bas pour un gars nommé Bluey. Ils chantaient joyeux anniversaire pendant qu'il soufflait toutes les bougies."

Photos de l'USS Peary
Source de référence : "US Destroyer Operations in WW2" Theodore Roscoe


À la recherche des noms de code radio de la Seconde Guerre mondiale des navires de guerre américains

Pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les navires ou les avions communiquaient entre eux sur des radios HF, ils utilisaient des noms de code plutôt que le nom réel du navire. Par exemple, le brouillage des chasseurs du Carrier Air Group 12 de l'USS Randolph par le transporteur en charge de la défense aérienne, l'USS Hornet. Les transmissions ont été immédiates. Le groupe aérien et les transporteurs ne transmettraient jamais leur véritable identité sur une onde aérienne. Comment trouver les noms de code des navires de guerre durant cette période ?

Re: Recherche de noms de code radio de navires de guerre américains pendant la Seconde Guerre mondiale

Ce que vous cherchez ne sera pas facile à trouver.  Les noms sont connus sous le nom de codes pour les appels de navires et sont promulgués par diverses autorités telles que l'officier du commandement tactique (OTC), le commandant de la force opérationnelle/du groupe de travail, le commandant de l'escadron/de la division , et ainsi de suite. 

Comme vous l'avez correctement noté, ces informations doivent être protégées, de sorte que les documents contenant ces informations seraient classés. Le problème avec les informations opérationnelles classifiées telles que celles-ci est que les informations sont facilement remplacées par de nouvelles promulgations et sont ensuite détruites, ce qui signifie que peu de documents de ce type ont survécu à la guerre.

Dans mon ancienne carrière d'archiviste de déclassification, j'ai eu la chance d'examiner quelques documents récupérés de l'épave de l'USS Peary (DD-226). Parmi les documents lisibles de cette collection figurait une liste rédigée le 23 décembre 1941. par le commandant de l'escadron de destroyers vingt-neuf répertoriant les appels pour tous les navires de la force de frappe de la flotte asiatique. 160 Trouver ce document particulier était un coup de chance. Il faisait partie de la collection des publications enregistrées de Peary et aurait été détruit lorsqu'il a été remplacé par une nouvelle édition du document. Cependant, Peary a été coulé avant que cela ne se produise.   Le contenu de ses publications enregistrées a été préservé d'une manière ou d'une autre, et la NARA détient désormais ces enregistrements.


Tir jusqu'au dernier

L'historien militaire, le Dr Tom Lewis, a déclaré que la découverte signifiait que le navire n'aurait pas pu durer longtemps après la chute de la première bombe sur Darwin à 9h58.

"Cela donne du crédit à l'idée qu'elle est tombée le plus tôt possible", a-t-il déclaré.

"On dirait qu'elle est descendue vers 10h10."

"Cela montre que l'histoire est toujours en train d'être réécrite."

M. Wells a déclaré que la découverte témoignait de la bravoure des marins, qui auraient su que leur sort était scellé.

"Cela souligne l'incroyable courage des membres d'équipage, qui, nous le savons, ont continué à tirer avec les canons du navire pour tenter de défendre le navire contre les attaques", a-t-il déclaré.

"Davantage d'enquêtes et de recherches devront être effectuées pour recréer les événements de la journée et localiser d'autres vestiges de Peary, qui pourrait être dispersé le long d'un couloir sur le sol du port d'où il a été touché pour la première fois, jusqu'à l'endroit où il s'est finalement immobilisé.

Fourni : Mémorial australien de la guerre


USS Peary (DD 226)


USS Peary avant la guerre

USS Peary (Lt.Cdr. Jean Michel Bermingham, USN) a été coulé par un porte-avions japonais au large de Darwin, en Australie, en position 12º30'S, 130º50'E, 93 de son équipage ont été perdus et 49 ont été secourus à la nage ou en bateau bien que 12 aient été secourus par le Southern Maid. Le commandant faisait partie des personnes tuées.

Commandes répertoriées pour l'USS Peary (DD 226)

Veuillez noter que nous travaillons toujours sur cette section.

Le commandantDeÀ
1Lt.Cdr. Guillaume George Lalor, USN8 mai 193928 déc. 1939
2Laurent Elliot Duvall, USN28 déc. 193928 décembre 1940
3Harry H. Keith, USN28 décembre 194010 décembre 1941
4Lt.Cdr. Jean Michel Bermingham, USN10 décembre 194119 février 1942 (+)

Vous pouvez aider à améliorer notre section de commandes
Cliquez ici pour soumettre des événements/commentaires/mises à jour pour ce navire.
Veuillez l'utiliser si vous repérez des erreurs ou si vous souhaitez améliorer cette page de navires.

Liens médias


USS Peary DD-226 (1920-1942)

Demandez une trousse GRATUITE et obtenez les meilleures informations et ressources sur le mésothéliome qui vous sont livrées du jour au lendemain.

Tout le contenu est protégé par le droit d'auteur 2021 | À propos de nous

Publicité d'avocat. Ce site Web est sponsorisé par Seeger Weiss LLP avec des bureaux à New York, New Jersey et Philadelphie. L'adresse principale et le numéro de téléphone de la société sont 55 Challenger Road, Ridgefield Park, New Jersey, (973) 639-9100. Les informations sur ce site Web sont fournies à titre informatif uniquement et ne sont pas destinées à fournir des conseils juridiques ou médicaux spécifiques. N'arrêtez pas de prendre un médicament prescrit sans d'abord consulter votre médecin. L'arrêt d'un médicament prescrit sans l'avis de votre médecin peut entraîner des blessures ou la mort. Les résultats antérieurs de Seeger Weiss LLP ou de ses avocats ne garantissent ni ne prédisent un résultat similaire en ce qui concerne toute question future. Si vous êtes un détenteur légal des droits d'auteur et pensez qu'une page de ce site dépasse les limites de « l'utilisation équitable » et enfreint les droits d'auteur de votre client, nous pouvons être contactés concernant les questions de droit d'auteur à l'adresse [email protected]


Laststandonzombieisland

Chez LSOZI, nous décollons tous les mercredis pour jeter un coup d'œil aux anciennes marines à vapeur/diesel de la période 1833-1946 et dresserons le profil d'un navire différent chaque semaine. Ces navires ont une vie, une histoire qui leur est propre, qui les emmène parfois dans les endroits les plus étranges. – Christophe Eger

Navire de guerre Mercredi 22 juillet 2020 : 73 jours difficiles

Photographie du département de la Marine américaine. N° de catalogue : NH 42868

Ici, nous voyons le Clemsondestroyer de classe « quatre cornemuseurs » USS Peary (DD-226) quelque part au début des années 1920. Cette humble chasse d'eau a été achevée trop tard pour une guerre mondiale, mais l'a compensée dans sa brève carrière de 10 semaines en une seconde.

L'une des flottes massives de Clemson-classe flush decker destroyers, comme la plupart de ses sœurs, Peary est venu trop tard pour aider à lécher le Kaiser. Une extension du presque identique les mèches-classe destroyers avec un tiers de capacité de carburant en plus pour leur permettre d'escorter un convoi à travers l'Atlantique sans ravitaillement, le Clemson étaient cruellement nécessaires pour lutter contre la menace pressante des sous-marins allemands de la Grande Guerre. À 1 200 tonnes et avec une vitesse de pointe de 35 nœuds, c'étaient des navires rapides prêts pour la tâche.

Le sujet de notre histoire aujourd'hui était le premier navire de guerre nommé d'après le RADM Robert Edwin Peary, célèbre pour ses explorations arctiques au cours desquelles il est entré dans les livres d'histoire comme étant le premier élan réussi vers le pôle Nord.

Peary mourut en février 1920, et sa traversée du barreau donna une inspiration naturelle à la nomination d'un nouveau destroyer en son honneur. USS Peary (DD-226) a été construit à William Cramp and Sons, Philadelphie, et lancé le 6 avril 1920, deux mois après le décès du célèbre explorateur parrainé par sa fille, Mme Edward Stafford. La nouvelle boîte de conserve a été mise en service le 22 octobre 1920.

USS Peary (DD-226) à l'ancre, vers 1921.NH 50902

Après le shakedown, Peary a traversé le fossé et a continué, affecté à la flotte asiatique pour le reste de son service. Avec son tirant d'eau peu profond, elle a passé la majeure partie de cette période à fournir du muscle à l'exotique "Force de patrouille des galets de sable" du Yangtze.

Voir le monde! Vue à Amoy, Chine prise de Kulangsoo montrant le port et les destroyers américains ancrés là-bas, vers 1928. Deux des navires identifiables sont l'USS PEARY (DD-226), à droite, et l'USS PRUITT (DD-347) à gauche. Les marins en crackerjacks et les Marines en robe bleue sont au premier plan. NH 50709

Ce service en temps de paix parfois tendu, qui a vu beaucoup de heurts contre des forces japonaises de plus en plus froides dans la région pendant la guerre non déclarée de ces dernières années avec la Chine, est devenu très chaud après le 7 décembre 1941.

Moins de 48 heures après l'attaque de Pearl Harbor, Peary a été pris dans le Cavite Naval Yard aux Philippines lors d'une frappe de bombardiers japonais à haute altitude sur le chantier.

Comme indiqué dans son rapport sur les dommages de l'incident, son mât de misaine a attrapé une bombe de 250 livres larguée d'environ 25 000 pieds. La bombe a explosé lors de l'impact avec le mât et a fait pleuvoir sur les ponts du navire une tempête mortelle d'éclats d'obus qui à son tour a déclenché un incendie qui a été rapidement éteint.

L'effet était de détruire son directeur de canon, son directeur de torpille, sa ceinture de démagnétisation, son équipement de son, ses récepteurs radio, ses ponts, ses cartes, ses sextants et son équipement de navigation, donc probablement la bombe de 250 livres la plus dévastatrice de l'histoire de la marine !

Le skipper et l'officier mécanicien du navire ont été grièvement blessés et envoyés à terre pour hospitalisation. Son XO était mort. À peine deux jours plus tard, son officier responsable des torpilles, le plus haut gradé à flot, la promenait dans le port sans défense pour éviter une autre attaque japonaise.

Le 14 décembre, le LCDR John Michael Bermingham (USNA 1929), l'ancien XO de la Peary’s navire jumeau, USS Stewart (DD-224), qui avait terminé sa tournée le 1er décembre et était à Manille en attente d'un transport pour rentrer chez lui., est devenu Peary’s nouveau patron. Le plan– déplacer et vivre pour combattre un autre jour.

Évadez-vous et regroupez-vous

Alors que les Japonais affluaient aux Philippines, la flotte asiatique était de plus en plus poussée à quitter les îles. Ordonné de se rendre en Australie pour réparation, Peary’s les mâts ont été retirés et le navire a été camouflé avec de la peinture verte et des feuilles de palmier afin d'éviter les bombardiers japonais sur le chemin. LT. William J. Catlett, Jr., un Mississippien et premier lieutenant du navire, a conservé son fanion de mise en service d'origine.

De cette manière, les dommages Peary réussi à survivre à des attaques aériennes très rapprochées les 26 et 27 décembre. Dans les deux incidents, elle aurait seulement évité les bombes et les torpilles ennemies qui sont passées aussi près que 10 mètres.

Au Nouvel An 1942, elle était en sécurité à Darwin. Eh bien, raisonnablement sûr de toute façon.

Raccommodée, elle s'est bientôt jointe à un effort malheureux par Tjilatjap et Koepang dans les Indes orientales néerlandaises pour réapprovisionner les forces australiennes sur Timor au début de février. La force se composait de la Northamptoncroiseur de classe “medium” USS Houston (CA-30) et les deux sloops australiens, HMAS Warrego et HMAS Cygne.

C 1942-02. La mer de Timor. USS Peary. La photographie a été prise du HMAS Swan par un membre de l'équipage probablement pendant le voyage avorté de Koepang. MN P01214.008

Darwin, NT. C.1942-02. USS Peary et USS Houston (CA-30) dans le port. Ces navires, avec le HMAS Swan et le HMAS Warrego, ont formé l'escorte navale du convoi qui a tenté en vain de renforcer la garnison de Timor. Houston a été coulé lors de la bataille de la mer de Java moins d'un mois après la prise de cette image. MN 134952

À la recherche de la corvette australienne de classe Bathurst, HMAS Warrnambool (J202), vers le croiseur lourd américain de classe Northampton, USS Houston (CA30) (à droite), avec le destroyer USS Peary (DD226) à côté. AWM P05303.011

Houston et Peary retourna vers Tjilatjap le 18 février, mais Peary bientôt rompu son escorte pour chasser un sous-marin présumé, et a brûlé tellement de pétrole en le faisant qu'elle a été détournée vers Darwin au lieu de continuer avec Houston retour à Java.

La boîte de conserve qui travaille dur est arrivée en Australie tard dans la soirée, avec son équipage sans doute désireux de passer une matinée tranquille le lendemain après avoir été en mer depuis le 10.

L'attaque de Darwin

Le raid aérien japonais sur Darwin le 19 février 1942, par l'artiste Keith Swain. Des avions japonais survolent le ciel, tandis que le tableau est centré sur la corvette de la Marine royale australienne HMAS Katoomba, en cale sèche, repoussant les attaques aériennes. Peary est visible au loin sur la droite. AWM ART28075

Le commandant Mitsuo Fuchida, qui avait également dirigé le raid japonais sur Pearl Harbor, était dans les airs au-dessus de Darwin 73 jours après.

Comme indiqué par le Mémorial australien de la guerre :

Tôt le matin du 19 février, 188 avions ont été aperçus par des observateurs sur les îles Bathurst et Melville jusqu'au nord de Darwin. L'attaque contre Darwin a commencé lorsque les chasseurs Zero ont commencé à mitrailler un dragueur de mines auxiliaire, Barre à canon HMAS, alors qu'il traversait le barrage protégeant l'entrée du port de Darwin. Bientôt, les navires dans le port et les bâtiments et installations à terre ont été attaqués. Pendant 40 minutes, l'avion a bombardé et mitraillé le port et la ville. Ils ont abattu neuf des 10 Warhawks P-40E de l'armée de l'air des États-Unis au-dessus de la ville et ont coulé huit des 47 navires dans le port, y compris le navire à moteur. Neptune. Sa cargaison comprenait 200 grenades sous-marines qui ont explosé alors que le navire se trouvait à côté du quai de Darwin. Une autre victime était le destroyer de la marine américaine USS Peary qui a coulé avec une grande perte de vie.

LCDR Bermingham, à bord Peary à l'époque, a réussi à jeter l'ancre et à mettre son navire en route. Le quatre cornemuseurs tenta de prendre de la vapeur et de manœuvrer dans les eaux restreintes du port pendant que son équipage remplissait l'air d'autant de plomb qu'il le pouvait, mais Peary a été touché par au moins cinq bombes. Incroyablement, sa poupe a peut-être été emportée très tôt dans l'action, car il a récemment été découvert que ses hélices et ses arbres se trouvaient à plusieurs kilomètres de l'endroit où il repose aujourd'hui sur le fond marin.

Néanmoins, de l'avis de tous, le navire condamné a continué à se battre.

USS PEARY (DD-226) en feu peu après avoir été attaqué. Avec l'aimable autorisation d'Arthur W. Thomas NH 43644

Raid de Darwin, 19 février 1942 Quai et SS NEPTUNIA brûlant à gauche. L'USS PEARY (DD-226) et le SS ZEALANDIA peuvent être vus faiblement à droite. Avec l'aimable autorisation d'Arthur W. Thomas NH 43657

USS PEARY (DD-226) en feu et commençant à dériver de l'endroit où il était amarré au moment de l'attaque. Le navire-hôpital australien MANUNDA est à droite. Avec l'aimable autorisation d'Arthur W. Thomas NH 43651

La description de DANFS raconte l'histoire comme :

Vers 10 h 45, le 19 février, Peary est attaqué par des bombardiers en piqué japonais monomoteurs et fait 80 morts et 13 blessés. La première bombe a explosé sur le fantail, la seconde, un incendiaire, sur le rouf de la cuisine la troisième n'a pas explosé la quatrième a touché vers l'avant et a déclenché les magasins de munitions avant la cinquième, un autre incendiaire, a explosé dans la salle des machines arrière. Une mitrailleuse de calibre .30 sur le pont arrière et une mitrailleuse de calibre .50 sur le rouf de la cuisine ont tiré jusqu'à ce que le dernier avion ennemi s'envole. Peary a coulé la poupe en premier vers 13h00.

Une mitrailleuse Lewis .30-06, récupérée dans l'épave et maintenant dans la collection du NHHC, pourrait très bien avoir été la mitrailleuse mentionnée ci-dessus.

Dans un journal de guerre de deux pages conservé dans la collection des Archives nationales, Peary’s les actions de l'équipage ont été décrites par des médecins sur le navire-hôpital australien voisin Manuda comme étant héroïque, en parlant des équipages de canons qui sont restés dans les stations tirant leurs canons anti-aériens jusqu'à ce que l'eau monte autour d'eux, puis s'est éloigné à la nage alors que le navire coulait. Aucun homme n'a abandonné le navire jusqu'à ce que le navire coule complètement sous eux.

Les conséquences

Des plus de 60 raids aériens japonais sur Darwin en 1942-1943, la frappe du 19 février est entrée dans l'histoire comme la plus meurtrière, considérée comme la plus grande attaque jamais menée par une puissance étrangère contre l'Australie.

Un tiers des morts étaient américains.

Kaname Harada, un pilote Zero qui a vu l'attaque de Peary, a déclaré plus tard : « C'était une attaque à la bombe en piqué à 5 000 m et le panache de fumée s'est élevé à 200 m dans les airs. Une fois la fumée partie, il ne restait plus rien. Harada serait abattu au-dessus de Guadalcanal et mourrait en 2016, à l'âge de 99 ans. Les quatre porte-avions japonais qui ont participé à l'attaque de Darwin dont les avions ont envoyé Peary vers le bas– Akagi, Kaga, Hiryū, et Sōryū— ont ensuite été “égratignés” à Midway.

Bermingham et au moins 80 Peary’s l'équipage a coulé avec le navire, ne laissant apparemment que 54 survivants, pour la plupart blessés, se débattant dans sa marée noire. La famille du capitaine défunt a reçu à titre posthume sa Croix de la Marine et un Evarts-classe destroyer d'escorte a été nommé en son honneur l'année suivante.

John Bermingham. Il est à noter que le récipiendaire de la Navy Cross était dans la même classe à Annapolis que Robert A. Heinlein.

En parlant d'héritage, Peary’s nom a été bientôt installé sur un nouveau Edsall-classe destroyer d'escorte (DE-132) avec LT. Catlett fournissant le fanion du vieux destroyer et la veuve de l'explorateur décédé brisant la bouteille. Après une carrière active, le DE-132 est mis au rebut en 1966.

En 1972, un Knox-classe destroyer d'escorte/frégate rapide, DE-1073/FF-1073, est devenu le troisième USS Richard E. Peary et a servi deux décennies avec les flottes du Pacifique, puis un autre quart de siècle avec la marine de Taiwan, n'ayant été utilisé que dans un exercice sous-marin la semaine dernière.

En 2008, un MSC de 40 000 tonnes avec équipage Lewis et Clark-classe cargo sec, USNS Robert E. Peary (T-AKE-5), a reçu le nom digne d'un destroyer.

Quant à ses sœurs, sept Clemson ont été perdus lors de la catastrophe de Honda Point en 1923, et 18 (dont six utilisés par les Britanniques) ont été perdus pendant la Seconde Guerre mondiale, dont un, USS Stewart (DD-224), qui a été célèbre par les Japonais et utilisé dans leur marine pour être repris par l'USN et remis dans une tombe aquatique après la guerre.

Celles Clemson non vendus dans les années 1930 ou envoyés à Davy Jones ont été mis au rebut en gros dans les mois qui ont immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale. Sœur USS Hatfield (DD-231) désarmé le 13 décembre 1946 et vendu à la ferraille le 9 mai 1947 à NASSCO, le dernier de son genre dans la Marine.

Le final Clemson à flot, USS Aulick (DD-258), a rejoint la Royal Navy en tant que HMS Burnham (H82) en 1940 dans le cadre de l'accord « Destroyers for Bases ». Désarmé en 1944, il est affecté à la démolition le 3 décembre 1948.

Aucune n'est préservée et seules les épaves éparses dans le Pacifique occidental, Honda Point, la Méditerranée et l'Atlantique perdurent.

Pour plus d'informations sur les Clemsons et leurs semblables, lisez le livre du CDR John Alden, "Flush Decks and Four Pipes" et/ou consultez la section de la Destroyer History Foundation sur les Flushdeckers.

En mémoire

Reposant dans seulement 87 pieds d'eau sur un fond marin limoneux, Peary a été largement récupéré, ironiquement, par une entreprise japonaise en 1959 et 1960. Aujourd'hui, cependant, les restes sont protégés par la loi australienne sur la conservation du patrimoine, qui impose de lourdes amendes (50 000 $) et des menaces de prison aux plongeurs à la recherche de souvenirs. .

À Darwin, un vaste mémorial dans le parc du bicentenaire de la ville s'est centré sur l'un des Peary’s Des canons de 4 pouces pointés vers le site où elle se trouve car une tombe de guerre a été érigée en 1992. L'événement a été suivi par une garde d'honneur fournie par le FF-1073.

De plus, en 2012, à l'occasion du 70e anniversaire de sa perte, une plaque a été posée sur le fond marin au-dessus de sa coque.

Les Peary mémorial est fréquenté par les forces américaines et australiennes.

Le commandant HMAS Coonawarra, le commandant Richard Donnelly, dépose une gerbe à la cérémonie commémorative de l'USS Peary. Le personnel de la défense se joint à des dignitaires locaux à Darwin pour commémorer les raids aériens japonais sur la ville le 19 février 1942, la plus grande attaque d'une force étrangère contre l'Australie. RAN Photo

Le lieutenant-colonel Matthew Puglisi, l'officier responsable, Marine Rotational Force - Darwin, Marine Corps Forces Pacific, dépose une couronne au monument USS Peary. L'USS Peary a perdu 89 de ses membres d'équipage après un raid aérien des forces japonaises dans le port de Darwin, le 19 février 1942. Photo USMC par le Sgt. Sarah Fiocco

Spécifications :

Profils in-bord et hors-bord pour un destroyer de classe Clemson de l'US Navy, dans ce cas, l'USS Doyen (DD-280)

Déplacement:
1 215 tonnes (normales)
1308 tonnes (pleine charge)
Longueur : 314 pi 4,5 po
Faisceau : 30 pi 11,5 po
Tirant d'eau : 9 pi 4 po
Propulsion:
4 × chaudières, 300 psi (2 100 kPa) vapeur saturée
2 turbines à vapeur à engrenages
27 600 ch (20 600 kW)
2 arbres
Vitesse : 35,5 nœuds
Portée : 4 900 nmi (9 100 km) à 15 nœuds
Équipage : (USN tel que commandé)
8 officiers
8 premiers maîtres
106 enrôlés
Armement:
(1920)
4- Pistolets 4″/51 cal
1 x 3″/23 cal AAA
Tubes lance-torpilles 12 × 21 pouces (4 × 3) (533 mm)

If you liked this column, please consider joining the International Naval Research Organization (INRO), Publishers of Warship International

They are possibly one of the best sources of naval study, images, and fellowship you can find. http://www.warship.org/membership.htm

The International Naval Research Organization is a non-profit corporation dedicated to the encouragement of the study of naval vessels and their histories, principally in the era of iron and steel warships (about 1860 to date). Its purpose is to provide information and a means of contact for those interested in warships.

With more than 50 years of scholarship, Warship International, the written tome of the INRO has published hundreds of articles, most of which are unique in their sweep and subject.


Peary DD-226 - History

The USS Peary DD-226 Memorial at Darwin, Australia. Commissioned on October 22, 1920, USS Peary, DD-226 a Clemson class destroyer, was stationed at the Cavite Naval Yard in Manila, Philippines, at the outbreak of war in the Pacific where, just 2 days after the attack on Pearl Harbour (December 10, 1941 local time), she too came under air attack. High-flying Japanese bombers inflicted severe damage on the naval base and scored a direct hit on the Peary causing damage to the superstructure and the loss of 8 crewmen killed.

On December 27 she again come under attack from Japanese bombers and torpedoes planes but escaped without further damage. December 28 again saw the Peary under attack, this time being lightly damaged by friendly fire from RAAF Hudson bombers who were unable to establish radio contact to confirm her identity.

The following day, while en route to Darwin, she endured further attack by Japanese bombers but sustained no additional damage. The Peary arrived in Darwin on New Year's Day 1942, from where she operated anti submarine patrols.

On February 15 she departed Darwin along with the cruiser USS Houston CA-30 escorting a convoy carrying reinforcements to Timor, which was expected to come under Japanese attack at any time. The convoy was shadowed by a Japanese Kawanishi H6K flying boat throughout the day and the following morning 35 bombers and 9 flying boats attacked. The Houston steamed clear of the convoy to draw fire upon herself but her intense and accurate anti aircraft fire kept the attackers at distance.

Without adequate air cover and fearing substantial losses, the convoy was recalled to Darwin, arriving on February 18. Both Houston and Peary were immediately refueled and departed for the Java Sea where the Peary, after making apparent contact with a Japanese submarine, expended so much fuel oil on successive high speed attacks and was again forced to return to Darwin for refueling, arriving in the early hours of February 19.

At 09:58hrs that morning a Japanese air armada of 188 aircraft comprising 81 naval 'Kate' bombers, 71 'Val' dive-bombers and 36 escorting 'Zero' fighters launched a surprise attack on the unprepared city - the first attack ever by a foreign power on Australian soil. These carrier-based planes were from the same Japanese carrier groups that had attacked Pearl Harbour just 10 weeks earlier. A second wave of 54 high flying land based 'Betty' bombers from the Celebes and Ambon arrived 2 hours later, concentrating their attacks on Darwin's airfields and remaining aircraft.

Upon sighting the first attackers, the Peary weighed anchor and attempted to move into open waters but was set upon by the attacking dive-bombers who scored 5 direct hits, sending the USS Peary stern first to the bottom of Darwin Harbour with the loss of 5 officers, including her captain Lt. Commander J. M. Bermingham, and 76 enlisted crewmen.

This 4-inch gun from the USS Peary was later salvaged, restored and mounted as a memorial to the ship and her crew. This is situated near the Darwin Cenotaph in Bicentennial Park, and points across Darwin Harbour to the ship's resting place.

A plaque (seen below), tells the story of what happened that day, a second plaque on the gun mount's southern face, lists those crew who lost their lives during the sinking.

The USS Peary DD-226 Memorial at Darwin, Australia.

A dedication plaque on the USS Peary DD-226 Memorial.

A STORY OF SACRIFICE
Darwin Harbour is the resting place for the US destroyer Peary sunk on 19th February 1942 by Japan's Pearl Harbour veterans. This 4 inch gun was salvaged from the Peary in the 1950's by diver Carl Atkinson (dec). It was restored by the RAN for the Northern Territories 1992 War Service Memorial Year and now points towards the Peary's grave.

This plaque was unveiled by Chief Minister the Hon Marshall Perron MLA on 29 th January 1992 in the presence of Peary survivors Dallas Widick and Melvin Duke and a coloured guard from the US frigate Robert E Peary. The wartime Peary came under repeated fire from December 1941 - February 1942. In her last action she sank with her guns still blazing and represents the US Navy's greatest loss of life in Australian waters. Her gallant sacrifice is forever part of Darwin's history.

(All photos and text courtesy of Peter F. Williams)
© 2009 Peter F. Williams all rights reserved

I was in the US Navy and was aboard the USS Robert E Peary FF 1073 and was assigned color guard duty while we visited Darwin Australia. I participated in a ceremony commemorating the memorial to the USS Robert E Peary DDG 226 during WWII. The local news filmed it and I was wondering if you had any other information about it? The date was around September 1989. Any information you may have would be appreciated even if you may know the news agency.


Laststandonzombieisland

Here at LSOZI, we take off every Wednesday for a look at the old steam/diesel navies of the 1833-1946 time period and will profile a different ship each week. These ships have a life, a tale all their own, which sometimes takes them to the strangest places. – Christopher Eger

Warship Wednesday, July 22, 2020: A Hard 73 Days

U.S. Navy Department Photograph. Catalog #: NH 42868

Here we see the Clemson-class “four-piper” destroyer USS Peary (DD-226) sometime during the early 1920s. This humble flush-decker was completed too late for one World War but made up for it in her brief 10-week career in a second.

One of the massive fleets of Clemson-class flush decker destroyers, like most of her sisters, Peary came too late to help lick the Kaiser. An expansion of the almost identical les mèches-class destroyers with a third more fuel capacity to enable them to escort a convoy across the Atlantic without refueling, the Clemsons were sorely needed to combat the pressing German submarine threat of the Great War. At 1,200-tons and with a top speed of 35 knots, they were brisk vessels ready for the task.

The subject of our story today was the first warship named after RADM Robert Edwin Peary, famed for his Arctic explorations in which he went down in the history books as being in the first successful dash to the North Pole.

Peary died in February 1920, and his crossing of the bar gave natural inspiration to the naming of a new destroyer in his honor. USS Peary (DD-226) was constructed at William Cramp and Sons, Philadelphia, and launched 6 April 1920– two months after the famed explorer’s passing– sponsored by his daughter, Mrs. Edward Stafford. The new tin can was commissioned on 22 October 1920.

USS Peary (DD-226) at anchor, circa 1921.NH 50902

Après le shakedown, Peary passed through the ditch and kept going, assigned to the Asiatic Fleet for the rest of her service. With her shallow draft, she spent most of that period providing the muscle to the exotic “Sand Pebbles” Yangtze Patrol Force.

See the world! View at Amoy, China taken from Kulangsoo showing the port and U.S. destroyers anchored there, circa 1928. Two of the ships identifiable are USS PEARY (DD-226), on right, and USS PRUITT (DD-347) on left. Sightseeing Sailors in crackerjacks and Marines in dress blues are on the foreground. NH 50709

This sometimes-tense peacetime service, which saw lots of bumping up against increasingly cold Japanese forces in the region during the latter’s undeclared war with China, turned very hot after 7 December 1941.

Less than 48 hours after the attack on Pearl Harbor, Peary was caught in Cavite Naval Yard in the Philippines during a Japanese high-altitude bomber strike on the yard.

As noted by her damage report of the incident her foremast caught a 250-pound bomb dropped from about 25,000 feet. The bomb detonated on impact with the mast and rained the vessel’s decks with a deadly storm of shrapnel which in turn started a fire that was quickly extinguished.

The effect was to destroy her gun director, torpedo director, degaussing girdle, sound gear, radio receivers, bridge overheads, charts, sextants, and navigational equipment– so possibly the most devastating 250-pound bomb in naval history!

The ship’s skipper and Engineer Officer were severely injured and sent ashore for hospitalization. Her XO was dead. Just two days later, her torpedo officer, the most senior afloat, was steaming her around the harbor without defenses to avoid another Japanese attack.

On 14 December, LCDR John Michael Bermingham (USNA 1929), the former XO of the Peary’s sister ship, USS Stewart (DD-224), who had completed his tour on 1 December and was in Manila waiting for transportation home., became Peary’s new skipper. The plan– displace and live to fight another day.

Escape and Regroup

As the Japanese poured into the Philippines, the Asiatic Fleet increasingly was pressured out of the islands. Ordered to proceed to Australia for repair, Peary’s masts were removed and the ship camouflaged with green paint and palm fronds in an effort to avoid Japanese bombardiers on the way. LT. William J. Catlett, Jr. a Mississippian and the ship’s First Lieutenant, held on to her original commissioning pennant.

In such a manner, the damaged Peary managed to survive very close air attacks on both the 26th and 27th of December. In both incidents, she reportedly only avoided enemy bombs and torpedoes which passed as close as 10 yards.

By New Year’s 1942, she was safe in Darwin. Well, reasonably safe anyway.

Patched up, she soon joined in an ill-fated effort by way of Tjilatjap and Koepang in the Dutch East Indies to resupply Australian forces on Timor in early February. The force consisted of the Northampton-class “medium” cruiser USS Houston (CA-30) and the two Australian sloops, HMAS Warrego et HMAS Swan.

C 1942-02. The Timor Sea. USS Peary. The photograph was taken from HMAS Swan by a member of the crew probably during the abortive Koepang voyage. AWM P01214.008

Darwin, Nt. C.1942-02. USS Peary and USS Houston (CA-30) in the Harbor. These Ships, together with HMAS Swan and HMAS Warrego Formed the Naval Escort of the Convoy Which Made an Unsuccessful Attempt to Reinforce the Timor Garrison. Houston was sunk in the Battle of the Java Sea less than a month after this image was taken. AWM 134952

Looking from the Australian Bathurst Class Corvette, HMAS Warrnambool (J202), towards the American Northampton class heavy cruiser, USS Houston (CA30) (right), with the Destroyer USS Peary (DD226) alongside. AWM P05303.011

Houston et Peary sailed back towards Tjilatjap on 18 February, but Peary soon broke off her escort to chase a suspected submarine, and burned up so much oil in doing so that she was diverted back to Darwin instead of continuing with Houston back to Java.

The hard-working tin can arrived in Australia late that evening, with her crew no doubt eager to have a quiet morning the next day after being at sea since the 10th.

The Attack on Darwin

The Japanese air raid on Darwin on 19 February 1942, by artist Keith Swain. Japanese aircraft fly overhead, while the focus of the painting is the Royal Australian Navy corvette HMAS Katoomba, in dry dock, fighting off the aerial attacks. Peary can be seen in the distance to the right. AWM ART28075

Commander Mitsuo Fuchida, who had also led the Japanese raid on Pearl Harbor, was in the air over Darwin 73 days after.

As noted by the Australian War Memorial:

Early on the morning of 19 February, 188 aircraft were sighted by observers on Bathurst and Melville islands to Darwin’s north. The attack on Darwin began when Zero fighters began strafing an auxiliary minesweeper, HMAS Gunbar, as it passed through the boom protecting the entrance to Darwin harbor. Soon, ships in the harbor and buildings and installations ashore came under attack. For 40 minutes the aircraft bombed and machine-gunned the harbor and town. They shot down nine of the 10 United States Army Air Force P-40E Warhawks over the town and sank eight of the 47 ships in the harbor, including the motor vessel Neptuna. Its cargo included 200 depth charges which exploded as the ship lay beside the Darwin wharf. Another victim was the US Navy destroyer USS Peary which sunk with great loss of life.

LCDR Bermingham, aboard Peary at the time, managed to slip anchor and get his ship underway. The four-piper tried to build up steam and maneuver in the restricted water of the harbor while her crew filled the air with as much lead as they could, but Peary was hit with at least five bombs. Incredibly, her stern may have been blown off very early in the action, as recently it was discovered that her props and shafts are several kilometers from where she rests today on the seafloor.

Nonetheless, by all accounts, the doomed ship kept fighting.

USS PEARY (DD-226) afire shortly after being attacked. Courtesy of Arthur W. Thomas NH 43644

Darwin Raid, 19 February 1942 Wharf and SS NEPTUNIA burning at left. USS PEARY (DD-226) and SS ZEALANDIA can be seen faintly at right. Courtesy of Arthur W. Thomas NH 43657

USS PEARY (DD-226) afire and beginning to drift from where she was moored at the time of the attack. Australian hospital ship MANUNDA is at right. Courtesy of Arthur W. Thomas NH 43651

The description from DANFS tells the tale as:

At about 10:45 a.m. on 19 February Peary was attacked by single-motored Japanese dive bombers and suffered 80 men killed and 13 wounded. The first bomb exploded on the fantail, the second, an incendiary, on the galley deckhouse the third did not explode the fourth hit forward and set off the forward ammunition magazines the fifth, another incendiary, exploded in the after engine room. A .30 caliber machine gun on the after-deck house and a .50 caliber machine gun on the galley deck house fired until the last enemy plane flew away. Peary sank stern first at about 1:00 p.m.

A .30-06 Lewis gun, recovered from the wreckage and now in the collection of the NHHC, may very well have been the above-mentioned machine gun.

In a two-page war diary held in the collection of the National Archives, Peary’s crew’s actions were described by doctors on the nearby Australian hospital ship Manuda as being heroic, speaking of “gun crews who remained at the stations firing their anti-aircraft guns until the water came up around them, and then swam away as the ship went down. No men abandoned ship until the ship sank completely under them.”

The Aftermath

Of the more than 60 Japanese air raids on Darwin in 1942-43, the 19 February strike went down in history as the most deadly, credited as the largest single attack ever mounted by a foreign power on Australia.

A third of the dead were American.

Kaname Harada, a Zero pilot who saw the attack on Peary, later said, “It was a dive-bomb attack from 5000m and the plume of smoke went up 200m in the air. When the smoke was gone, there was nothing left.” Harada would be shot down over Guadalcanal and died in 2016, aged 99. The four Japanese carriers that participated in the attack on Darwin whose planes sent Peary to the bottom– Akagi, Kaga, Hiryū, et Sōryū— were later “scratched” at Midway.

Bermingham and at least 80 of Peary’s crew went down with the ship, reportedly leaving just 54, mostly injured survivors, struggling in her oil slick. The late skipper’s family was posthumously presented his Navy Cross and an Evarts-class destroyer escort was named in his honor the next year.

John Bermingham. Of note, the Navy Cross recipient was in the same class at Annapolis with Robert A. Heinlein.

Speaking of legacies, Peary’s name was soon installed on a new Edsall-class destroyer escort (DE-132) with LT. Catlett providing the old destroyer’s pennant and the departed explorer’s widow breaking the bottle. After an active career, DE-132 was scrapped in 1966.

In 1972, a Knox-class destroyer escort/fast frigate, DE-1073/FF-1073, became the third USS Richard E. Peary and served two decades with the Pacific fleets then another quarter-century with the navy of Taiwan, only being expended in a submarine exercise last week.

In 2008, an MSC-crewed 40,000-ton Lewis and Clark-class dry cargo ship, USNS Robert E. Peary (T-AKE-5), received the name fit for a destroyer.

As for her sisters, seven Clemsons were lost at the disaster at Honda Point in 1923, and 18 (including six used by the British) were lost in WWII including one, USS Stewart (DD-224), which was famously raised by the Japanese and used in their Navy only to be recaptured by the USN and given a watery grave after the war.

Those Clemsons not sold off in the 1930s or otherwise sent to Davy Jones were scrapped wholesale in the months immediately after WWII. Sister USS Hatfield (DD-231) decommissioned 13 December 1946 and was sold for scrap 9 May 1947 to NASSCO, the last of her kind in the Navy.

Le final Clemson afloat, USS Aulick (DD-258), joined the Royal Navy as HMS Burnham (H82) in 1940 as part of the “Destroyers for Bases” deal. Laid up in 1944, she was allocated for scrapping on 3 December 1948.

None are preserved and only the scattered wrecks in the Western Pacific, Honda Point, the Med and Atlantic endure.

For more information on the Clemsons and their like, read CDR John Alden’s book, “Flush Decks and Four Pipes” and/or check out the Destroyer History Foundation’s section on Flushdeckers.

In memoriam

Resting in just 87 feet of water on a silty seabed, Peary was extensively salvaged– ironically by a Japanese firm– in 1959 and 1960. Today, however, the remains are protected by Australia’s Heritage Conservation Act which brings heavy fines ($50,000) and threats of jail time to souvenir-seeking skin divers.

In Darwin, an extensive memorial in the city’s Bicentennial Park– centered around one of the Peary’s 4-inch guns pointing towards the site where she remains as a war grave– was erected in 1992. The event was attended by an honor guard provided from FF-1073.

Further, in 2012 on the 70th anniversary of her loss, a plaque was lowered to the seabed over her hull.

Les Peary memorial is frequented by both U.S. and Australian forces.

Commanding Officer HMAS Coonawarra, Commander Richard Donnelly, lays a wreath at the USS Peary Memorial Ceremony. Defense personnel joins local dignitaries in Darwin to commemorate the Japanese air raids on the city on 19 February 1942, the largest single attack by a foreign force on Australia. RAN Photo

Lt. Col. Matthew Puglisi, the officer in charge, Marine Rotational Force – Darwin, Marine Corps Forces Pacific, places a wreath at the USS Peary monument. The USS Peary lost 89 of its crewmembers after an air raid by Japanese forces at Darwin Harbor, Feb. 19, 1942. USMC Photo by Sgt. Sarah Fiocco

Specs:

Inboard and outboard profiles for a U.S. Navy Clemson-class destroyer, in this case, USS Doyen (DD-280)

Déplacement:
1,215 tons (normal)
1,308 tons (full load)
Length: 314 ft. 4.5 in
Beam: 30 ft. 11.5 in
Draft: 9 ft. 4 in
Propulsion:
4 × boilers, 300 psi (2,100 kPa) saturated steam
2 geared steam turbines
27,600 hp (20,600 kW)
2 shafts
Speed: 35.5 knots
Range: 4,900 nmi (9,100 km) @ 15 knots
Crew: (USN as commissioned)
8 officers
8 chief petty officers
106 enlisted
Armement:
(1920)
4- 4″/51 cal guns
1 x 3″/23 cal AAA
12 × 21-inch torpedo tubes (4 × 3) (533 mm)

If you liked this column, please consider joining the International Naval Research Organization (INRO), Publishers of Warship International

They are possibly one of the best sources of naval study, images, and fellowship you can find. http://www.warship.org/membership.htm

The International Naval Research Organization is a non-profit corporation dedicated to the encouragement of the study of naval vessels and their histories, principally in the era of iron and steel warships (about 1860 to date). Its purpose is to provide information and a means of contact for those interested in warships.

With more than 50 years of scholarship, Warship International, the written tome of the INRO has published hundreds of articles, most of which are unique in their sweep and subject.


Voir la vidéo: Drakkar: Célébrons 30 ans dhistoire! Celebrating 30 Years of History! (Août 2022).