Des articles

Rosedale SP-3079 - Histoire

Rosedale SP-3079 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Rosedale

(SP-3079 : t. 938 ; 1. 216' (rég.) ; n. 34'2" (rég.) ; dr. 9' ; dph.
dix'; s. 13,9 k. ; cpl. 35)

Rosedale a été construit en 1877 à Norfolk, en Virginie, comme un bois,
vapeur à passagers et à marchandises à roues latérales pour le service fluvial. Il a été affrété le 10 juillet 1918 pour le service de la marine américaine par R. W. Bryson de Philadelphie, en Pennsylvanie, et mis en service le 22 juillet 1918. Le Rosedale a effectué des patrouilles locales et des missions de transport dans le 4e district naval jusqu'à ce qu'il soit rendu à son propriétaire le 31 mars 1919.


Une brève histoire de Rosedale

Quand j'ai commencé à travailler sur le Images d'Amérique : Homewood livre d'histoire il y a quelques années, je pensais que le travail consisterait simplement à retrouver quelques vieilles photos de Homewood et à rédiger un bref résumé sur chacune d'entre elles. Je n'ai pas réalisé que le processus deviendrait moins sur les photos et plus sur les personnes que j'ai eu l'occasion de connaître. Près de quatre ans plus tard, je suis toujours en contact avec beaucoup de ces personnes que j'appelle maintenant des amis. En travaillant sur le livre, je suis devenu particulièrement attaché à un quartier. C'était l'une des premières zones habitées par les habitants de Shades Valley, et ses habitants sont toujours fiers de leur histoire. Rosedale a une histoire unique, et j'ai trouvé que les gens de cette communauté étaient parmi les personnes les plus invitantes et les plus accueillantes que j'aie jamais côtoyées. C'est leur histoire.

John Wilkins, photographié ici avec sa famille, est un exemple frappant du genre de personnes qui sont venues à Rosedale au tournant du vingtième siècle. Né comme esclave dans le Mississippi, la légende raconte que Wilkins se rendit pieds nus à Rosedale à la recherche de travail. Il a créé une nouvelle vie pour sa famille à Rosedale, et plusieurs de ses descendants sont diplômés de l'école secondaire Homewood.

À l'hiver 2014, j'enseignais l'histoire en huitième année à la Homewood Middle School lorsque ma Ford Bronco 1993 a commencé à avoir des problèmes et j'avais bientôt besoin d'un nouveau moteur. Je n'habitais pas trop loin de l'école, alors j'ai décidé que je ferais du vélo pour aller à l'école. Chaque jour, je faisais du vélo dans Rosedale, le plus vieux quartier de Homewood, qui a été colonisé par d'anciens esclaves après la guerre de Sécession et qui s'étend du versant sud de Red Mountain à Oxmoor Road au centre-ville de Homewood, à la recherche de quelqu'un qui pourrait en avoir vieilles photos du quartier pour m'aider avec le livre.

Finalement, j'ai été invité à un dîner de poulet et de gaufres et à un service de Carême Bethel A.M.E. église juste à côté de la 18e rue. Par la suite, je me suis assis pendant quelques heures à regarder les vieux annuaires du lycée Rosedale et à découvrir les « Mighty Sons of Kong » avec M. Thomas Hamner, la famille Shepherd et M. Edwards Perkins Montgomery Jr. Tout comme mes amis et moi avons joué Wiffle ball et passaient nos après-midi chez Doug, Dino et Sam, ces hommes passaient leurs journées d'été à faire du sport et à manger chez Mme Carrie et Mme Johnson. Bien que la plupart des quartiers de Homewood soient restés relativement les mêmes, beaucoup de choses ont changé à Rosedale.

Le quartier occupe maintenant une fraction de l'espace géographique qu'il occupait il y a 100 ans. La 18e rue, autrefois bordée de maisons tout au sud jusqu'à Oxmoor Road, a lentement cédé la place à un développement commercial et commercial accru. En fait, certains des bâtiments de la 18e rue ont encore la charpente d'origine des maisons à l'intérieur. Avec la construction de la Red Mountain Expressway et de l'US Highway 280, la plupart des gens qui vivaient du côté nord de la 28th Avenue South ont vendu leur propriété pour la développer comme commerciale. Il ne reste plus qu'une seule maison dans cette partie de Rosedale.

Patrimoine familial de Montgomery

Permettez-moi de vous présenter mon ami, M. Montgomery. Edward Perkins Montgomery Jr. est né d'Edward Perkins "E.P." Montgomery Sr. (1899-1994) et la reine Esther Jackson (1902-1988) en 1941. La famille Montgomery était originaire d'une ville appelée Allemagne dans le comté de Monroe, en Alabama, et ils sont apparus pour la première fois à Homewood lors du recensement de 1920.

E.P. Sr. avait plusieurs frères qui sont également venus à Rosedale. Le frère le plus connu était l'évêque Martienne Montgomery, directeur de l'école secondaire Rosedale de 1925 à 1967. B.M. Montgomery, également connu sous le nom de « Fess », a fait autant que quiconque dans l'histoire du comté de Jefferson pour améliorer l'éducation des Noirs. Les élèves sont venus de tout Shades Valley pour fréquenter le lycée Rosedale, et lorsque les enfants vivaient trop loin pour se rendre seuls à l'école, il a convaincu le comté de Jefferson d'emmener les enfants à l'école en bus. Les élèves de l'école secondaire Rosedale déjeunaient dans le sous-sol d'une maison au sommet de la colline, et il est vite devenu difficile de nourrir tous les élèves. B.M. Montgomery a demandé au comté de l'argent pour construire une cafétéria et un auditorium. Lorsqu'on lui a dit qu'il n'y avait que de l'argent pour un seul, il a fait construire un «cafétorium». B.M. Montgomery a toujours trouvé un moyen de faire ce qui était le mieux pour ses étudiants.

M. Montgomery est devenu un collectionneur de tout ce qui concerne Rosedale. Comme le reste de sa famille s'est dispersé dans tout le pays, il est resté, vivant à l'arrière de l'ancien restaurant de barbecue de son père sur la 27e Avenue Sud. Une fois, il a mentionné comment le lycée Rosedale lui avait sauvé la vie. Au lycée Rosedale, tout le monde a appris à taper, même les garçons, a-t-il expliqué. Après que M. Montgomery a été enrôlé pour la guerre du Vietnam, l'armée a découvert qu'il pouvait taper, et il a rapidement été affecté au bureau. M. Montgomery n'essayait pas d'éviter le service actif, mais à sa connaissance, personne avec qui il a suivi une formation de base n'est rentré chez lui après la guerre. Son éducation à Rosedale High School lui a littéralement sauvé la vie.

Il a également beaucoup parlé de la fierté des élèves de l'école secondaire Rosedale. Les codes vestimentaires étaient strictement appliqués et la discipline à l'école n'a jamais été un problème. M. Coger, un autocar de 6 pieds 7 pouces qui dominait tout le monde, rencontrait les étudiants chaque jour alors qu'ils descendaient de l'autobus. Les étudiants faisaient la queue dehors tous les matins et devaient saluer le drapeau et réciter ensemble le serment d'allégeance. Transporter des élèves de tout le comté de Jefferson aurait pu créer des problèmes au lycée Rosedale, mais M. Coger a assuré qu'il n'y avait jamais eu de problèmes de discipline. B.M. Montgomery, M. Coger et le reste du personnel de l'école secondaire Rosedale ont créé un environnement où les enfants voulaient aller à l'école. Selon M. Montgomery, l'école était si bien gérée que « la seule chose que vous puissiez faire était de bien faire ».

Le meilleur souvenir de M. Montgomery de l'école secondaire Rosedale était de marcher avec la fanfare sur le chemin des matchs de football au Ball Diamond, juste à l'ouest de l'ancienne école secondaire Shades Valley. Le groupe menait les fans vers le sud sur la 18th Street, puis à gauche sur la 28th Avenue South, avant de faire un dernier virage à gauche en direction du nord sur ce qui est maintenant la Red Mountain Expressway.

Des années plus tard, il peut identifier tout le monde sur ses anciennes photos et vous dire ce que chaque personne fait maintenant. Rosedale High School a envoyé des médecins, des avocats et des enseignants dans tout le pays. Un jour, nous avons rencontré une femme debout au milieu de la route, et j'ai demandé qui c'était. Fermant les yeux et prenant une profonde inspiration, il dit : « Oooo… c'est Barbara Tubbs et Barbara Tubbs Pope. Elle est belle ! J'ai commencé à comprendre qu'elle était la même femme que plusieurs autres personnes m'avaient dit que je devais visiter, alors j'ai pris note d'aller chez elle.

Réunions de Rosedale

Personne ne semblait avoir le numéro de téléphone de Mme Barbara, mais tout le monde m'a dit d'aller chez elle. Hésitant à faire irruption dans la maison d'un inconnu, j'ai attendu quelques semaines avant de finalement trouver le courage de le faire. J'ai frappé, j'ai attendu et j'ai encore frappé. Enfin, une femme plus âgée, regardant par-dessus ses lunettes qui pendaient au bout de son nez, est venue à la porte et a dit : « Mon garçon ! Pourquoi n'êtes-vous pas simplement entré ?

Barbara Tubbs Pope est née d'Albert Tubbs (1905-1957) et d'Ethel Edgerton (1904-1976) en 1938. Les familles Tubbs et Edgerton sont toutes deux originaires du comté de Perry, en Alabama, et apparaissent toutes les deux à Homewood lors du recensement de 1930. Le grand-père maternel de Mme Barbara, Robert Burrell Edgerton (1866-1955), vivait au 19th Place à Rosedale et était bien connu pour sa calligraphie. Il a travaillé en étroite collaboration avec Damon Lee et, par conséquent, une photo de Lee est bien en évidence chez elle. Mme Barbara a même une lettre originale écrite à Damon Lee, peut-être l'homme d'affaires le plus connu de Rosedale à ses débuts, du Ku Klux Klan.

Mme Barbara a grandi sur la 19e Place, entre la 27e et la 28e Avenue Sud. La 28th Avenue South était la ligne de démarcation officieuse entre la section blanche et la section noire de Rosedale. Tout au sud de la 28e Avenue était blanc et tout au nord était noir. Si vous regardez le recensement fédéral de 1920, c'est un rappel clair du Sud autrefois séparé. Bien que les tensions raciales à Birmingham dans les années 1960 aient été tendues, Mme Barbara ne se souvient d'aucun problème majeur à Rosedale.

Mme Barbara planifie les réunions du lycée Rosedale un été sur deux et organise des Rosedaliens pour sortir des annonces pour une publication qui est vendue lors des réunions. Les familles remplissent ces livres de photos et de mises à jour et elles aident les personnes qui ne vivent plus dans le quartier à rester connectées. Ce qui me fascine le plus à propos de Rosedale, c'est à quel point tout le monde se connaît. Il ne s'agit pas d'un voisin curieux, mais plutôt d'une manière dont les gens prennent soin les uns des autres et veulent vraiment rester en contact les uns avec les autres.

Ce qui m'attire chez Mme Barbara, c'est qu'elle continue d'incarner les valeurs qui ont fait de Rosedale un quartier si merveilleux, même depuis sa création il y a plus de 100 ans. L'un de mes dictons préférés d'elle est: "Je n'ai pas grand-chose à vous donner, mais je peux vous donner de l'amour."

Il y a quelques semaines, Mme Barbara m'a appelé et m'a dit qu'elle voulait m'inviter à dîner pour rencontrer des membres de sa famille. M'attendant pleinement à rencontrer des cousins, des nièces et des neveux, j'ai été un peu surpris de me présenter et de trouver une famille blanche assise à sa table. J'ai vite découvert que Trent, un ancien étudiant de Samford, s'était lié d'amitié avec Mme Barbara il y a plusieurs années alors qu'il travaillait à Piggly Wiggly. Bien qu'il vive maintenant à Nashville, lui, avec sa femme et ses trois enfants, s'arrête toujours pour rendre visite à Mme Barbara lorsqu'ils traversent la ville.

Récemment, mes conversations avec Mme Barbara tournent autour de l'église, du football universitaire et de nos familles. Nous discutons rarement de l'avenir de Rosedale car je peux dire que cela l'attriste de voir à quel point le quartier a changé. Cependant, son point de vue sur Rosedale m'a énormément aidé, et je pense que nous pouvons tous apprendre d'elle. Elle veut voir le quartier prospérer et me dit toujours que la seule façon d'y arriver est d'aimer nos voisins. Selon Mme Barbara, nous sommes tous enfants de Dieu et nous devons nous aimer les uns les autres. Elle ne se soucie pas de votre couleur ou de votre quartier d'origine. Elle traite tout le monde de la même manière.

Cela fait plusieurs années que le livre d'histoire sur lequel je travaillais en 2014 a été publié, mais je reçois encore de temps en temps des appels de personnes qui ont des photos à partager. Je prends toujours du temps pour les gens, les M. Montgomery et Mme Barbara, et ce n'est pas seulement pour les photos. Les images à numériser ou les mots pour un livre ne peuvent pas capturer la joie que j'ai à développer des relations avec les gens. Je serai toujours reconnaissant pour ces balades à vélo à travers Rosedale qui m'ont conduit à tant de nouveaux amis. Je conduis toujours à travers Rosedale au moins une fois par semaine. Il ne s'agit pas de frapper à la porte d'inconnus pour demander des photos. Maintenant, c'est pour rendre visite à des gens que j'appelle des amis.


Visite de l'histoire hantée

Nos visites d'histoire hantée très populaires font fureur dans la ville reine ! Venez passer votre soirée avec la Charlotte Area Paranormal Society (CAPS) et le personnel de Historic Rosedale pour découvrir combien de nos anciens résidents ont choisi de rester. La visite complète de l'histoire hantée se tiendra à l'extérieur dans les jardins et les terrains entourant notre maison historique de 1815 et notre forgeron reconstruit. Les places pour cette visite sont limitées à 25 personnes pour une expérience personnelle mais bien socialement distanciée - et pour éviter que les invités ne soient laissés pour compte comme des âmes persistantes elles-mêmes ! Convient aux enfants de 8 ans et plus.

Cet événement a lieu beau temps mauvais temps – aucun remboursement ne sera accordé. C'est ne pas une chasse aux fantômes. Veuillez acheter vos billets en ligne et apporter une preuve de votre reçu (sur votre téléphone) le soir de l'événement pour une expérience sans contact - ce reçu servira de billet. Aucun autre billet ne sera émis.

Les portes ouvrent 30 minutes avant l'heure de la visite. L'enregistrement aura lieu juste à l'intérieur de la porte principale.


Histoire du comté de Jersey - Rosedale

Était-ce vraiment une vallée de roses lorsque l'homme blanc a pris possession pour la première fois de cette terre pittoresque et agréable ? Qui étaient les pionniers qui défrichaient les champs, construisaient les routes et construisaient les maisons, les églises et les écoles ? Nous sommes heureux que certains se soient souvenus, enregistrés et transmis tant de l'histoire ancienne que nous méditons maintenant. Pour une grande partie de cette histoire ancienne, nous sommes redevables au Histoire des comtés de Greene et de Jersey publié en 1885 par la Continental Historical Company, Springfield, Illinois, dans la préface de laquelle ils déclarent :
« L'importance de préserver sous une forme concise les traditions du passé n'a jamais été remise en question, ni l'utilité de l'histoire locale n'a été contestée. Estimant que les comtés de Jersey et de Greene offraient un excellent matériel pour une bonne histoire du comté, la Continental Historical Company a placé sur le terrain un corps complet d'historiens expérimentés, prêts à ne ménager ni temps ni argent pour compiler un travail complet et fiable. Le manuscrit de cette histoire a été soumis au comité choisi par vos concitoyens à cet effet, qui, après un examen critique d'eux, ont approuvé notre travail. Nous sommes convaincus que nous présentons ici à nos mécènes un travail aussi correct que possible pour l'humanité. »
Au comité général du comté de Jersey, M. Thomas Wedding a été membre du comité du canton de Rosedale.

Canton de Rosedale

Ce canton englobe tout le canton du Congrès 7 nord, rang 13 ouest, à l'exception de la rangée ouest de sections. De cette dernière rangée, des parties des sections 6, 7 et 18 sont également embrassées dans le territoire du canton de Rosedale. Il est délimité au nord par Richwoods, à l'est par Otter Creek, au sud par Quarry et à l'ouest par la rivière Illinois. Le canton est bien arrosé, avec la rivière Illinois à l'ouest, en plus du ruisseau Otter, du ruisseau Coon, du lac Fowler, du lac Long, du lac Deep, du lac Coon et du lac Horse Shoe. Otter Creek arrive de l'est sur la ligne entre les sections 1 et 12, et avec de nombreux virages, coule dans une direction généralement vers l'ouest, jusqu'à ce que ses eaux s'unissent à celles d'un bras de l'Illinois, sur la section 6. Coon Creek vient de Quarry Township à la ligne sud de la section 35 et se dirige vers le nord-ouest, se jetant dans l'Illinois sur la section 20. Coon Lake est situé sur les sections 7, 8, 17 et 18. C'est le plus grand lac du canton. Le lac Fowler est long et étroit et se situe dans les sections 20 et 29. Il est relié au lac Long, à l'extrémité nord de ce dernier, qui s'étend sur le reste de la section 29, sur la totalité de 32, et se projette légèrement dans le canton de Quarry. , et de là est relié à la rivière Illinois par un canal étroit. Deep Lake se trouve juste à côté de la rivière, sur les sections 29 et 32, son pied se trouvant dans la carrière. Horse Shoe Lake est presque entièrement sur les sections 3 et 4. Ce n'est pas, à proprement parler, un lac, étant simplement un bras en saillie du ruisseau Otter, qui a la forme d'une bobine, d'où son nom – – Horse La chaussure – – est dérivée.
Dans la partie ouest du township, à une distance moyenne d'environ un mille et quart de la rivière, se trouvent les falaises de l'Illinois, qui présentent un aspect assez pittoresque.
Le canton de Rosedale a un terrain accidenté considérable et ne manque certainement pas de cours d'eau. Il y a aussi une grande quantité de bois, plus ou moins fortement boisé. Malgré ces choses, de loin la plus grande partie de son sol a été obligée de succomber à la puissance de l'économie et du travail énergique, judicieusement appliqué sur sa surface, de sorte qu'il y a un grand nombre d'aussi belles fermes que l'on peut trouver n'importe où dans le comté. Les habitants ne manquent pas d'énergie, et l'on a généralement fait bon usage de tous les avantages offerts par la nature. Jones' Ferry offre des facilités aux habitants pour traverser la rivière Illinois. Le côté du comté de Jersey est sur la ligne ouest de la section 20. Dans l'ensemble, tandis que la surface du pays est plutôt accidentée dans ce canton, il y a de nombreux avantages compensatoires, qui contribuent tous à produire la prospérité générale de son peuple.
En 1868, une entreprise a commencé à forer du pétrole sur la section 4, canton de Rosedale. Après que les travaux se soient déroulés à une profondeur de 825 pieds, la corde s'est rompue, leur faisant perdre tous leurs outils, obligeant à abandonner les travaux. Une bonne source minérale a été développée par le forage.

Les premiers occupants

William Larue fut très probablement le pionnier de ce canton qui s'installa ici dès 1818. Il fit une clairière et érigea une cabane sur la section 8, où il vécut pendant de nombreuses années. En 1837 ou 38, il s'est vendu et a été transféré dans le comté de Greene, où il est décédé par la suite.
En 1819, Walter Cresswell s'installa dans ce canton, et l'année suivante reçut la nomination de juge de paix, la première dans le comté.
Parmi les premiers colons du canton de Rosedale figurait John Gillworth, qui, en 1820, construisit une cabane sur les rives du ruisseau Otter, là où il traverse les falaises de la rivière Illinois. En 1830, il déménagea dans ce qui est maintenant le canton de Ruyle, puis dans le comté de Greene. Pendant les jours de guerre, il acheta une propriété à Jerseyville et, de retour dans ce comté, résida dans le siège du comté jusqu'en 1871, date à laquelle il mourut.
Elisha Fowler a été l'un des premiers colons du canton de Rosedale. Il s'installa sur la section 21, et fut l'un des premiers à faire une clairière dans le canton. Il s'y installe en 1820 ou 1821.
Thomas, Samuel et William Cresswell ont établi des colonies ici au cours de l'année 1820. Thomas s'est installé sur le quart sud-est de la section 9, où il est entré au bureau des terres en mai 1829. Samuel s'est installé sur la section 4.
John Gilbert et A. P. Scott, en 1824 ou 1825, se sont installés dans le bois du canton de Rosedale, où ils ont vécu pendant de nombreuses années.
Silas Crain est arrivé dans ce qui est maintenant le canton de Rosedale vers 1825. Il était pasteur méthodiste et tenait des réunions dans différentes maisons. Il s'est installé dans la section 4, où il a vécu pendant 12 ou 14 ans, lorsqu'il a déménagé dans le canton de Richwoods, où il est décédé par la suite.
L'année 1828 vit l'avènement dans ce comté de John Stafford. En venant ici, il s'est installé dans le canton de Rosedale.
Lewis et Amos Lynn et Enoch Spaulding ont établi des colonies dans ce canton au cours de l'année 1828.Les Lynn étaient des fabricants de chaises de première classe, et souvent avec les machines les plus grossières produisaient des preuves si substantielles de leur travail manuel, qu'on dit d'eux qu'ils n'ont jamais fabriqué une chaise qui s'userait.
Au début de l'année 1829, plusieurs groupes du nom d'Ennis s'installèrent sur la section 16, près d'une source d'eau. Le père et la mère moururent tous les deux en 1833. Ils étaient Tennesséens.
William Starr, ________Perry, R.C. Bangle et Coe Edsall, faisaient partie des colons de 1829, établis dans ce canton.
John Dabbs a conclu un règlement en 1831, sur l'article 24, qu'il a acheté au gouvernement l'année suivante. Il a été résident ici pendant des années.
James Naron, probablement l'un des hommes les plus forts de cette région du pays, s'installa sur la section 17, en 1832. Il déménagea ensuite dans le comté de Calhoun, où il mourut.
Thomas Wedding situé dans le canton de Rosedale en 1835.

Éducatif

La première école du canton de Rosedale était en 1833, dans une petite cabane en rondins située à l'angle nord-est de la section 21. Elle était enseignée par Moses E. Morrill, qui avait été capitaine de navire et était un homme très bien informé. Parmi les premiers érudits se trouvaient Lloyd, John H. et Elizabeth A. Belt, deux ou trois enfants de Levi Larrison, Wm. Les enfants d'Ennis et les enfants d'Amos et Lewis Lynn. Morrill y a enseigné pendant six mois.
La deuxième école était enseignée par Coe Edsall, dans une baraque faite de poteaux creusés dans le sol et barricadés, sur la section 32. C'était au cours de l'été 1835.
La première école du district n° 1 a été construite en 1856 par Richard Whiten, entrepreneur. La dernière enseignante de ce bâtiment était Florence Houghtlin. Un nouvel édifice scolaire a été érigé dans ce quartier en 1884, par N. F. Smith, Jr. John Gavin a enseigné le premier trimestre de l'école dans cette maison, étant le trimestre d'hiver, 1884-5.
Le district n° 4 était une école à ossature soignée et substantielle, construite en 1883 par William Willis, entrepreneur. Emma Leggate a enseigné le premier trimestre dans cette maison, en 1884. Le bâtiment avant utilisé avait brûlé. Il a été construit en rondins et était situé dans ce qu'on appelle Good Hollow.
La première école du n° 5, ou district de Pleasant Cove, a été construite en 1866. Les habitants du quartier se sont déplacés et ont levé les bûches eux-mêmes, de sorte que la dépense était légère. Le nom du premier professeur était Miller. Lowery Pattison, a enseigné le dernier trimestre dans ce bâtiment. En 1883, la structure actuelle a été érigée par John Powell, entrepreneur. Il mesure 24 pieds et coûte 1 200 $. C'est la meilleure école du canton.

Moulins

Vers l'année 1840, Thomas Barnett a commencé un moulin à farine sur le côté nord du ruisseau Otter, sur la section 1. Il se trouvait à un peu plus d'un mile en aval du moulin de McDaniels, sur un terrain qui appartient maintenant à Henry Schaff. C'était un moulin en pierre lorsqu'il a été construit, mais il n'avait pas été construit depuis longtemps avant d'être emporté par une montée du ruisseau. Il a ensuite mis en place un moulin à cadre. Le moulin avait deux séries de buhrs et faisait un broyage considérable, ce qui était un très bon moulin pour ce jour-là. Le moulin est tombé en désuétude et il n'en reste plus aucune trace. Les meules ont ensuite été utilisées à la distillerie Demphey à Grafton.
Le moulin à scie qui est maintenant connu sous le nom de moulin de Preble, a été construit par W. H. H. West. Il l'a ensuite vendu à Squires et Payran, qui ont dirigé l'usine pendant un certain temps, puis l'ont vendu à James F. Seago et à deux autres. Le moulin a été incendié alors qu'il était entre ces mains, mais a été reconstruit. La propriété a ensuite été vendue à Preble & Grandstaff, la société composée de James F. Seago et H. D. Preble. Ils ont continué l'entreprise pendant environ quatre ans, lorsque Preble a acheté les intérêts de Grandstaff, et a depuis dirigé l'entreprise lui-même. L'usine a une capacité de sciage de 6 000 pieds de bois de chêne blanc par jour, avec une seule scie. Trois mains sont employées dans le travail. Une nouvelle chaudière a été récemment ajoutée et le moulin est capable de faire du bon travail.
HD Preble est né dans le comté de Preble, Ohio, le 29 août 1846. Vers l'âge de 11 ans, il a déménagé avec ses parents dans le comté de Boone, Mo. Au printemps 1862, il a déménagé dans le comté de Madison, Illinois, et sept ans plus tard, dans le comté de Macoupin, où il a résidé jusqu'en 1878. Il a ensuite déménagé dans le comté de Greene et, en 1879, est venu dans le comté de Jersey et a acheté une scierie, qu'il exploite depuis lors. Il est membre de la fraternité Odd Fellows.
Une scierie a été construite sur les rives du ruisseau Otter, sur la section 11, sur un terrain appartenant maintenant à Henry Belt. James Bryce en était le propriétaire et son moulin a été érigé en 1833. Le moulin a maintenant disparu, ainsi que toute trace de son existence. Bryce a vendu et est allé au Missouri, où il a érigé un autre moulin.
Le moulin à grains de Pleasant Cove a été construit en 1883 par T. K. Phipps. Ce moulin est équipé d'un buhr de maïs et a une capacité de broyage de 150 boisseaux de farine par jour. Il est actionné par une machine à vapeur, qui est utilisée pendant la saison, pour faire fonctionner une batteuse. M. Phipps bat de 32 000 à 40 000 boisseaux de céréales par an.

Cimetières

Au cimetière de l'Union, les premières inhumations ont eu lieu vers 1835, celles d'un couple âgé nommé Ennis. James H. Wedding y a été enterré en août 1837, et Nancy Wedding, en août 1841.
Lillie Belle Ratliff, une petite fille, a été la première personne enterrée dans le cimetière de Meadow Branch. C'était en 1871.

Ténériffe

Ce village du passé a été aménagé en 1836, par Joseph Hawkins, venu du Tennessee, sur le quart sud-ouest de la section 4.
Silas Crain ouvre le premier magasin, l'année même de l'aménagement de la ville. Son stock consistait en un assortiment de ce qui est généralement conservé dans un magasin de marchandises générales.
Aaron Ricketts a ouvert une épicerie immédiatement après l'ouverture de Crain's.
En 1837, le stock de ces deux magasins a été fermé et leur activité a cessé.
Jacob Smith a ensuite ouvert un magasin général, dans lequel il a fait des affaires pendant deux ou trois ans, quand lui aussi a fermé ses portes.
Depuis que Smith n'a pas réussi à faire payer un magasin ici, aucune autre tentative n'a été faite pour établir une entreprise à Ténériffe, et à l'heure actuelle, il n'y a même pas de point de repère pour désigner l'endroit où la ville a été aménagée et où ces premières tentatives commerciales ont été faites. Les bâtiments ont pourri et le site de la ville est maintenant utilisé à des fins agricoles.

Bureau de poste de Rosedale

C'est le seul bureau de poste dans les limites du canton de Rosedale.
Aucune ville n'a jamais été aménagée ici, mais certains échanges sont effectués à ce stade, tandis que de nombreux habitants de cette commune reçoivent leur courrier ici. Le groupe de bâtiments qui marque l'emplacement, est situé sur la section 16.
Le bureau de poste a été établi vers 1870, James Donald Sinclair étant le premier maître de poste. W. C. Gleason occupe actuellement ce poste.
Il y a un magasin général à cet endroit qui a été établi par James Donald Sinclair, à l'époque de l'emplacement du bureau de poste ici. Il dirigea l'entreprise environ deux ans, puis la vendit à J. G. Reed. Ce dernier ne resta que peu de temps, vendant l'entreprise à W. C. Gleason, l'actuel propriétaire.
Vers l'année 1875, Jesse Shoop a ouvert un petit magasin général, qu'il a exploité pendant un peu plus d'un an, lorsque le stock a été acheté par W. C. Gleason, qui l'a consolidé avec le sien. M. Gleason transportait un assortiment varié de marchandises qui sont habituellement manipulées dans les marchandises générales.
William Cleveland Gleason est né dans le comté de Gallia, Ohio, le 17 mai 1825. Il a passé sa jeunesse avec ses parents dans son comté natal, où il a reçu une bonne éducation. À 17 ans, il est allé dans le comté de Lawrence, Ohio, et s'y est engagé dans l'enseignement scolaire. Il résida dans cet état jusqu'à l'âge de 25 ans, puis se rendit en Virginie, où il suivit l'enseignement. Il est ensuite retourné en Ohio et a enseigné deux ans, après quoi il est venu à Galena, Ill., où il s'est engagé dans la même occupation. De là, il retourna à nouveau dans l'Ohio et enseigna à l'école et dirigea un magasin et un bureau de poste à Hamden, dans le comté de Vinton. Il est allé à côté de l'Iowa, et s'est engagé dans le merchandising, et a également gardé le bureau de poste un an, de là il est allé en Illinois, où il a enseigné à l'école, puis à nouveau dans l'Ohio. Il s'est marié dans cet état en 1860, à Cassandra Thornton. Son prochain déménagement fut dans le comté de Clay, dans l'Illinois, où il s'occupa de l'agriculture, et de là, il s'installa dans le canton de Rosedale, dans le comté de Jersey, qui est maintenant sa maison. Depuis, il a passé deux ans au Kansas. A son retour de cet état, il s'est engagé dans le marchandisage général à Rosedale, qu'il continue toujours, conserve également le bureau de poste. Le 29 janvier 1880, Mme Gleason décède à l'âge de 38 ans. M. Gleason est membre de la fraternité maçonnique et a obtenu le diplôme de l'Arche Royale.
Peu de temps après la création du bureau de poste de Rosedale, une forge a été ouverte, qui est toujours en activité. William H. Newell est le propriétaire actuel.
Ceux mentionnés sont les seuls intérêts commerciaux ou commerciaux qui ont jamais été tentés à Rosedale.
James Donald Sinclair est né dans les Highlands d'Écosse, le 27 mai 1829. À l'âge de 11 ans, il prit la mer, embarquant à Londres en tant qu'aspirant à bord d'une barque appelée le « Derwent », qui était engagée dans le commerce australien, c'était l'époque où l'or avait été récemment découvert en Australie. En 1847, lors d'un voyage de retour, le navire a rencontré une terrible tempête et a été poussé vers l'extrême sud, où sa progression a été obstruée par la glace, et les jours étaient si courts que le soleil n'était visible que pendant 25 minutes. Après un voyage fastidieux de 135 jours, ils arrivèrent à Londres. Ici, il a de nouveau embarqué comme officier en chef à bord d'un navire appelé "Minerva", à destination de Riga, en Russie. Sur le chemin du retour, le navire a rencontré de violentes tempêtes et a été retenu sur la côte norvégienne pendant trois mois. Après son retour à Londres, il est allé à Édimbourg, en Écosse, et a fréquenté l'école pendant une courte période, puis est allé à Liverpool, où il a embarqué comme matelot à bord d'un navire écossais appelé « St. Andrew », à destination du Canada. Au cours du passage, le navire a heurté la glace sur les rives de Terre-Neuve et a été retenu 21 jours, au cours desquels, les réserves s'amenuisant, son allocation a été réduite à une cuillerée de riz bouilli et à une de mélasse par jour. Lorsqu'ils arrivèrent enfin à Montréal, tout le monde déserta le navire, la moitié de l'équipage se rendant à Québec et l'autre moitié vers les lacs. Il embarqua à bord d'une goélette lacustre appelée « Henry Clay » et se rendit à Cleveland, Ohio. Ici, il a embarqué comme second à bord du même bateau, dont deux ans plus tard, il est devenu capitaine, et a navigué en tant que tel trois ans. Il s'est ensuite rendu dans le Michigan, puis de nouveau à Cleveland, où il a supervisé la construction d'une barque appelée "Ocean Wave". C'était en 1852-1853. Il a été capitaine de ce bateau un an, après quoi il a commandé différents navires jusqu'en 1858, date à laquelle il a abandonné la vie de marin, et a suivi pendant un an le métier de shipchandler, puis s'est lancé dans le transport maritime et la commission. En 1862, il s'engage dans la marine et reçoit l'ordre de servir à bord du « Clara Dolson », comme officier exécutif. Il était officier exécutif et capitaine de différentes canonnières, et dirigea tous les blocus sur le fleuve Mississippi, et un service vaillant jusqu'à la fin de la guerre. Il fit ensuite longtemps des affaires dans le Sud, se livra au commerce du coton, et fut capturé par Jesse James, perdant 25 000 $ puis se rendit à Chicago et suivit la fabrication du tabac, après quoi il commanda un bateau à vapeur sur la rivière Illinois deux ans . Il achète alors un bateau à vapeur et se lance dans le commerce du sud. Ce bateau a été brûlé, à la suite de quoi il a perdu beaucoup d'argent. Il vint ensuite à Coon Creek, dans le comté de Jersey, acheta un acre de bois sur lequel, après l'avoir défriché, il construisit un entrepôt et une forge. Il garda le premier bureau de poste à Rosedale. Il a travaillé pendant plusieurs années dans le commerce, qu'il a vendu à Gilbert Reed. Il retourna ensuite dans son pays natal en partant de New York le 5 juin 1875. Il passa environ neuf mois à visiter les principales villes de Grande-Bretagne et les points d'intérêt du nord de l'Europe. Il est retourné à Rosedale, où il a depuis pratiqué l'agriculture. M. Sinclair est le fondateur de la ville de Rosedale et s'est toujours clairement identifié à ses intérêts. Il enseigna à l'école d'écriture à Buffalo, N. Y., pendant l'hiver 1849-1850, ayant parmi ses élèves deux fils du président Fillmore. Il a fait trois fois le tour du monde et a navigué aussi loin au sud que la glace le lui permettait, une fois pourchassé par un bateau pirate au large du cap Horn. Trois verres d'eau par jour était son allocation pendant 135 jours au cours d'un de ces voyages. Il a sauvé 17 vies en nageant. C'est un homme de bonne éducation et possédant une grande quantité d'informations générales. En tant que citoyen, il est estimé de tous.

Mérite une mention

Sont les messieurs suivants, pour la plupart des hommes entreprenants et intelligents du canton.
John L. Reed est né dans le comté d'Adams, Ohio, le 18 janvier 1832. Ses parents, George et Lourana Reed, ont émigré de Virginie en 1825. Ils leur avaient donné six garçons et trois filles, dont trois vivent maintenant . L'énergie, la persévérance et l'intégrité sont les principales caractéristiques de la famille Reed, qui est toujours du côté du bon ordre et de la moralité. Généreux et hospitaliers, leur chaîne de verrouillage a toujours été sortie depuis l'époque de la cabane en rondins jusqu'à celle des résidences nobles actuelles, et ils ont été prêts à nourrir les affamés, à soutenir les opprimés et les malheureux. John L. a grandi dans une ferme jusqu'à l'âge de 16 ans, quand il a été envoyé à Greenfield, Ohio, dans un séminaire, et après à Hanover College, Indiana est resté un an, puis a fréquenté l'Université Weslyan, à Delaware, Ohio, un année. Son père a ensuite acheté pour lui la moitié des intérêts dans un magasin de marchandises générales à Cynthiana, dans le comté de Pike, en Ohio, en partenariat avec son frère. Ils ont couru ces deux années, quand il a vendu à son frère, et a acheté un magasin en partenariat avec son frère, J. G., à Jasper, sur le canal de l'Ohio. Il resta un an et vendit pour cause de maladie, et acheta 400 acres de terre sur la rivière Ohio, en aval de Portsmouth, qu'il améliora grandement, et après l'avoir détenue deux ans, vendit. Il a maintenant acheté un magasin à Berlin, Ohio. Il a continué ces 18 mois, et jusqu'à ce moment avait eu beaucoup de succès, et bien que très jeune avait fait beaucoup d'argent. Il a acheté un four en fer, l'a fait fonctionner un an individuellement, mais il a eu la malchance de perdre chaque dollar qu'il avait et est retourné à Portsmouth. C'est en raison de la dépression sans précédent du marché du fer que la perte est survenue. Les hommes plus âgés et plus expérimentés ont fait de même. Il a fréquenté une université commerciale à Portsmouth, et après avoir suivi un cours approfondi, il est allé à Jasper pour tenir des livres pour un établissement là-bas, et est resté à ce poste jusqu'en juillet 1863, lorsque le raid Morgan a soudainement arrêté l'entreprise. Il dit qu'il est arrivé très soudainement à la conclusion qu'il pouvait faire avancer les intérêts de l'entreprise, et plus particulièrement sa propre sécurité, en allant dans les bois, et avec tout l'argent du magasin plus de 2 000 $, (qu'il a caché sous un rocher dans les bois), il s'est retiré en aussi bon ordre qu'il pensait que sa sécurité le justifierait. Le magasin a été complètement emporté, par conséquent ses services n'étaient plus nécessaires. Il a ensuite été nommé greffier d'une commission pour tenir compte de la perte du comté de Pike. De nouveau, il s'est lancé dans le commerce mercantile et lombaire à Jasper, mais s'est rapidement vendu et est venu dans l'ouest, pensant qu'un changement serait bénéfique. Pendant son séjour dans l'Iowa, il a investi chaque dollar qu'il pouvait amasser dans la terre. Après avoir passé l'été, il revient et accepte un poste d'agent commercial. Le 21 mars 1870, il épousa Urselie Sharp. Le 16 décembre 1872, leur est né un enfant – – Louie. En février 1874, après huit ans de service comme voyageur, il démissionna et, avec sa femme et ses enfants, s'installa dans son lieu de résidence actuel et se lança dans l'agriculture. La ferme est située à un mille et demi au sud de Rosedale, et contient 536 cares, 250 0f qui est en culture, environ 60 en pâturage, et possède une belle maison, une grange, un grenier, des dépendances, des fruits, etc. le dernier septembre 1874, leur brillant enfant intelligent mourut. Le 21 juin 1875, Gussie est né. Le 29 mars 1885, la main cruelle implacable de la mort a jeté une ombre sur le parent et l'enfant et les a laissés sans abri, dans un monde morne, sans l'influence et la compagnie d'une mère et d'une épouse. Elle, avec son petit Louis, est du côté paisible de la rivière sombre, tandis que lui et Gussie sont laissés seuls face aux soucis de la vie et aux maux de cœur. Après la mort de sa femme, il a vendu sa ferme à des groupes à Saint-Louis, pour 17 000 $, et compte maintenant emmener Gussie à Jerseyville, où elle bénéficiera des avantages d'une bonne école et d'une bonne société. Lorsque le comté a adopté l'organisation du canton, il a été élu les deux premières années, pour représenter son canton à la cour du comté, en tant que superviseur, et à nouveau il a été élu cette année au même bureau, bien que ce canton soit largement démocratique.
David D. Gleason est né dans le comté de Gallia, Ohio, le 8 novembre 1820. Il y a résidé jusqu'à l'âge de 20 ans, recevant une bonne éducation. Il a commencé à enseigner, qu'il a continué un certain nombre de trimestres dans l'Ohio, puis est allé à ce qui est connu sous le nom de Kanawho Salt Works, W. Va., où il a enseigné deux ans, après quoi il est retourné en Ohio et est resté un an, pendant lequel il a suivi l'enseignement. En 1844, il se rendit dans l'État du Mississippi, puis un an plus tard en Virginie-Occidentale, où il enseigna à nouveau à l'école, y restant pendant l'épidémie de choléra en 1849. Le 9 novembre 1850, il épousa Emma Downward, originaire de Philadelphie. . Après le mariage, il a résidé en Virginie un an, puis a déménagé dans l'Ohio et a passé trois ans dans les comtés de Scioto et Jackson, engagé dans l'enseignement. Au printemps 1857, il immigra dans l'Iowa, s'installant près d'Ottumwa, où il vécut huit ans, enseignant à l'époque. En 1865, il déménagea dans le comté de Clay, dans l'Illinois, puis, en 1866, à St. Louis. Il a été engagé dans cette ville, en tant que directeur de l'école Lowell pendant 10 ans, puis en raison de sa santé défaillante, a démissionné de son poste et est venu dans le comté de Jersey, dans l'Illinois, qui est depuis sa résidence. Depuis son arrivée ici, il a suivi l'enseignement pendant la saison d'hiver seulement. M. et Mme Gleason ont quatre enfants vivants : Alice, née en Virginie, le 19 septembre 1851, maintenant mariée et vivant à St. Louis Mary Ellen, née dans l'Ohio, le 23 septembre 1853, maintenant mariée et vivant au Texas Ada Elizabeth, née dans l'Iowa, le 19 avril 1861 et décédée le 31 mars 1862 Etta Florence, née dans l'Iowa, le 21 octobre 1864, mariée et vivant au Texas, et Birdie Emma, ​​née à St. Louis, le 6 décembre , 1870. M. Gleason tient un rucher et possède maintenant 70 peuplements d'abeilles. Il est politiquement démocrate et a occupé la fonction de collectionneur. Il est actuellement trésorier de l'école.
John P. Stafford, un fils de Brook et Nancy (Parker) Stafford, originaire de Grafton Jersey County, Ill., né en 1862. Il a été élevé dans sa ville natale, bénéficiant d'excellents privilèges et obtenant son éducation à la écoles publiques incomparables de ce petit bourg romantique.Son père, étant un homme de moyens, n'a épargné aucun effort pour le préparer à la lutte de la vie. À l'automne de l'année 1881, sentant la vérité de l'injonction selon laquelle « il n'est pas bien pour l'homme de vivre seul », il s'unit en mariage avec Abigail Robinson, également originaire du comté de Jersey. Par cette union, il y a eu deux enfants intéressants, Mabel May et Lottie Amelia. Bien qu'un jeune homme, M. Stafford manifeste une capacité considérable, et est tenu de réussir dans les affaires de cette vie, et d'atteindre la proéminence dans les affaires du comté. Étant industrieux et économe, et béni d'une bonne épouse, chaque année le voit encore plus avancé sur la voie de la richesse et de l'honneur.
Thomas K. Phipps est venu dans ce comté en 1848 et a acheté alors quarante acres de terre dans la partie ouest du comté. Trois ans plus tard, il vendit cette terre et en acheta 40 autres, auxquels, en 1855, il ajouta 120 acres. En 1857, il acheta 200 acres de plus et partagea son domaine entre ses enfants, se réservant 200 acres. M. Phipps a défriché la quasi-totalité de ses terres, qui étaient couvertes de buissons et de petits bois. Il a été un agriculteur entreprenant et prospère. En 1878, il loua sa ferme à l'un de ses fils et s'installa à Rosedale, où il construisit une maison d'habitation ainsi qu'un entrepôt, et se lança dans le marchandisage, achetant un stock général de marchandises d'une valeur d'environ mille dollars. Il a continué en affaires il y a quatre ans, puis à cause de la mort de son fils, qui a été tué accidentellement, il est retourné à sa ferme où il vit maintenant. Il a construit un magasin près de sa résidence et vend maintenant des marchandises générales. Thomas K Phipps est né en Virginie, le 17 décembre 1819. Il est resté dans cet état jusqu'à l'âge de 17 ans, puis est venu vers l'ouest et a visité le Kansas, le Missouri et l'Iowa, après quoi il est allé au sud de la Louisiane et du Mississippi. Il épousa dans ce dernier État Martha Ruy, née le 9 mai 1829. En 1847, il déménagea dans l'Illinois et, trois ans plus tard, dans ce comté. M. et Mme Phipps ont eu quatre enfants – – Lewis, né le 1er juin 1855, décédé le 2 février 1882 John né le 23 mai 1857 Mary L., née en 1859 et décédée en bas âge, et Isabel, née le 10 février 1861, maintenant mariée à Leonard Ratcliff. M. Phipps est membre de la fraternité maçonnique et politiquement républicain. Il a occupé tous les postes du canton, y compris celui de juge de paix, et est l'un des principaux citoyens du canton de Rosedale.
T. S. Highfill, un agriculteur prospère du canton de Rosedale, est né dans le comté de Harrison, Indiana, le 8 septembre 1828. À l'âge de 18 ans, il quitta son comté natal et se rendit à Alton, dans l'Illinois, et y resta 12 ans. Il s'y maria en février 1855 avec Fanny Kipps. En 1858, il déménagea dans le comté de Jersey et acheta 120 acres de terrain dans le canton de Rosedale. À cela, il a depuis ajouté 80 acres, faisant 200 acres, sur lesquels il vit maintenant. Sa femme est décédée en 1864. Il s'est de nouveau marié le 21 juillet 1867 à Mme Amanda C. Sweet. De son premier mariage, M. Highfall a eu six enfants – – Alfred B., né le 21 décembre 1855, décédé le 16 mars 1878 Thomas B., né en juin 1857 Kate Bell, née le 26 décembre 1858 Lyman H ., né le 28 novembre 1860 et décédé le 9 mars 1861 Edward M., né le 2 février 1862, et Fannie, née le 22 mars 1864. Par le deuxième mariage, il y avait sept enfants – – James M., née le 12 sept. 1868 Mary Ann, née le 3 mars 1870 Charles B., né le 8 oct. 1872 Harry C., né le 12 juin 1874 John W., né le 12 juillet 1876 Hattie A. né le 22 mai , 1877, et décédé le 5 août de la même année et Clara B., née le 25 octobre 1882. M. Highfall est juge de paix depuis huit ans. Il est membre de l'église méthodiste et aussi de la fraternité maçonnique. Il est, politiquement, un démocrate.
William Davis est arrivé dans le comté de Jersey en 1853. Il est né dans le comté de Coles, dans l'Illinois, en 1843, et est le fils de Barney et Sallie (Brazee) Davis. Ils s'installèrent dans le canton d'Otter Creek en 1853, où William resta jusqu'en 1862. Il s'enrôla ensuite dans le 97th Ill. Inf. et y servit trois ans. C'était un vaillant soldat, participant à de nombreuses batailles, parmi lesquelles celles de Vicksburg, Champion Hills, Black River Bridge, la deuxième bataille de Vicksburg, Jackson, Fort Blakely et d'autres. Il était sous le général Grant dans toutes les campagnes du département du Mississippi occidental, et sous le général Banks dans celles des 12 derniers mois. Il a été retiré du service le 29 juillet 1865. M. Davis s'est marié en 1867 à Mary E. Myers, originaire du Missouri. Neuf enfants leur sont nés : William, Perry B. (décédé), Charles, Franklin, Laura Nevada, Luther F. (décédé), Viola Eliza, Mary A. et Olivia Florence.
William Larabee, du canton de Rosedale, est né dans le comté d'Ulster, NY, le 13 mars 1836. À l'âge de six ans, son père déménagea avec sa famille dans l'Ohio, et deux ans plus tard, à Pilot Knob, Mo. Il y vécut aussi deux ans, après quoi il se rendit dans le comté de Monroe, dans l'Illinois, et en 1855 il vint dans le comté de Jersey et s'installa à Newbern. William est resté ici jusqu'en 1861, lorsqu'il s'est enrôlé et a servi trois ans dans l'armée, avant de rentrer chez lui en 1865. Il s'est marié à Newbern en 1867 avec Mary E. Lamb. Après le mariage, il est resté ici quatre ans, puis a déménagé au Kansas, où il a résidé deux ans et demi. À l'expiration de cette période, il retourna dans le comté de Jersey et vécut à Newbern pendant deux ans, puis déménagea à Rosedale, où il habitait depuis, achetant à ce moment-là 40 acres de terre sur l'article 23. M. et Mme Larabee ont deux enfants – – un fils, né le 19 décembre 1867, et une fille, née le 2 septembre 1869. M. Larabee a été directeur d'école pendant trois ans.
William Johnson est un fils de Thomas Johnson et est né dans le comté de Madison, dans l'Illinois, en 1821. À l'âge de quatorze ans, son père s'est installé à Jersey, alors connu sous le nom de comté de Greene, où il a pénétré 80 acres sur Coon Creek. . Guillaume entra ensuite dans quatre-vingts acres, quarante à un moment et quarante à un autre, faisant, avec le terrain entré par son père, cent soixante acres. Il a environ vingt-cinq acres en culture et le reste en pâturages et en terres à bois. M. Johnson s'est marié en août 1846 à Nancy Elizabeth Mise, née le 13 avril 1830. Ils ont sept enfants vivants et deux morts. Les vivants sont Thomas, né le 18 mai 1848 Luvinia, née le 14 novembre 1851 Martha Ann, née le 27 avril 1856 Larkin M., né le 17 juillet 1859 William Allen, né le 30 octobre 1866 Luther Melvin, né le sept. 16, 1868 et Mary Elizabeth, née le 16 juin 1870. M. Johnson est politiquement un républicain.
D. M. Highfill, fils de Thomas Highfill, est né dans le comté de Harrison, Indiana, le 18 février 1822. À l'âge de 12 ans, son père est décédé et trois ans plus tard, sa mère, Mme Nancy Highfill, est également décédée. Il resta dans le comté de Harrison jusqu'en 1864. Le 31 mars de la même année, il épousa Mary Jane Chappell, née le 18 octobre 1826. Après son mariage, il déménagea à Alton, dans l'Illinois, où il travailla comme tonnelier. Il est venu d'Alton au canton de Rosedale, dans le comté de Jersey, et a acheté 40 acres de terre, auxquels il a depuis ajouté jusqu'à ce qu'il en possède à l'heure actuelle, 160 acres. Sa ferme est bonne et bien améliorée. Il a fait toutes les améliorations, défrichage, construction, etc. Il pratique l'agriculture générale. M. et Mme Highfall ont eu trois enfants - George Thomas, né le 13 août 1848 Francis, né le 12 novembre 1850 et Sarah Cornelia est l'épouse de James Adkinson de Jerseyville. M. Highfill est juge de paix depuis 16 ans et, depuis plusieurs années, occupe le poste d'assesseur du canton. Il est membre de la fraternité maçonnique.
James E. Suddeth, fils de Henry et Panelia Suddeth, est né dans le comté de Henry, Ky., le 26 juin 1824. Lorsque James avait deux ans, son père est décédé, laissant une femme et trois fils – – Henry , Guillaume et Jacques. Le sujet de ce croquis résidait avec sa mère jusqu'à son mariage avec Amanda Dawkins, née en février 1832. Après son mariage, il déménagea dans le comté de Lincoln, dans le Missouri, et y suivit le métier de constructeur de chariots pendant dix ans. En 1846, il s'engage dans la guerre du Mexique, dans un régiment de cavalerie commandé par le colonel Marshall. Il a participé à la bataille de Buena Vista, après quoi les hommes de Marshall ont été démobilisés. Il s'est ensuite porté volontaire sous les ordres du général John S. Williams et a participé à des engagements à Cerro Gordo et à la ville de Mexico. À l'éclatement de la rébellion, il s'est enrôlé dans le 2e Missouri Reg., et a servi quatre ans. Il a participé aux batailles de Farmington et Iuka, dans le Mississippi Drywood, Wilson's Creek, Elkhorn et Lexington, dans le Missouri, les batailles de Wilderness, Petersburg et Richmond, où il a assisté à la reddition de Lee. M. et Mme Suddeth ont huit enfants. Il possède 30 acres de terre, qui sont en grande partie cultivables. Il est, en politique, un démocrate.
William J. Carroll est né dans le comté de Gallatin, dans l'Illinois, le 29 juillet de l'année 1846. Ses parents étaient George et Hester Ann (Lane) Carroll, originaires de Virginie. Son père mourut en 1848, sa mère le suivant peu de temps après, laissant ainsi William orphelin alors qu'il n'avait que deux ans. Il a ensuite été emmené par sa grand-mère, pour l'élever, et il est resté avec elle jusqu'à l'âge de 21 ans. Ils vivaient alors dans le village de Fieldon, et il passait la plupart de son temps à aller à l'école. Le 29 janvier de l'année 1869, il épousa Emily J. Orm, veuve de John M. Orm. Six enfants sont nés de cette union, dont quatre vivent maintenant. Il s'agit de William C., Hester Rebecca, Alvira J. et Mary Ann Lucy.
William Grandstaff, l'un des éminents agriculteurs du canton de Rosedale, est originaire de l'État du Missouri, y étant né le 20 octobre 1835. Il est le fils d'Alexander Grandstaff, avec qui il a vécu jusqu'à la moment de sa mort, survenue le 15 juin 1851. En l'an 1860, Guillaume s'unit en mariage, à Saint-Louis, avec Clémence J. Preble. Il déménagea à Alton, dans l'Illinois, en 1860, où il resta jusqu'à la fin de la guerre. Là-bas, il a servi comme garde pendant un an. En 1867, il déménagea dans le comté de Macoupin et, en 1878, dans le comté de Greene. Il resta dans ce dernier jusqu'en 1880, date à laquelle il s'installa dans ses quartiers actuels, dans le comté de Jersey, et acheta 200 acres de terres à bois sur la section 13, qui étaient principalement constituées de chêne blanc. À un moment donné, il possédait une moitié d'intérêt dans une scierie, qu'il a ensuite vendue à son partenaire, M. Preble, qui continue toujours à exploiter la même. Après avoir cédé son intérêt dans le moulin, M. Grandstaff s'est tourné vers les activités agricoles, qu'il poursuit toujours. Il est membre en règle de l'I.O.O.F.
Andrew Jackson Thompson est né dans le comté de Lawrence, Indiana, le 3 février 1842. À l'âge de deux ans, il est allé avec ses parents dans le comté de Madison, dans l'Illinois, où il a passé sa jeunesse. En atteignant sa majorité, il est allé travailler comme ouvrier agricole dans le comté de Madison. En 1867, il était marié à Elizabeth Smith, et de cette union a eu sept enfants, dont six vivent – – Prieur Brooker, né le 28 décembre 1868 William Henry, né le 30 octobre 1871 Joseph Park, née le 17 mars 1874 Grant, née le 12 septembre 1877 Daisy, née le 26 février 1881, et Della, née le 22 juin 1885. Leur aînée, Marietta, est née le 10 novembre 1867 et est décédée le 7 février , 1868. M. Thompson est propriétaire d'une ferme de 180 acres, dont la plus grande partie est constituée de terres basses. Il cultive principalement du maïs et du blé, et est un agriculteur prospère. Depuis deux ans, il occupe la fonction de surveillant municipal. Il est membre de l'A.F. & A.M.
John Arbogast est originaire d'Alsace, en Allemagne, né le 22 avril 1828. À l'âge de 12 ans, son père a immigré avec sa famille en Amérique et s'est installé dans le comté de Tuscarawas, O. John y est resté jusqu'en février 1858, quand il est allé dans le nord de l'Illinois. Sept mois plus tard, il est venu dans le comté de Jersey et a acheté 120 acres sur Sec. 24, canton de Rosedale, où il habite depuis. Sa ferme comprend maintenant 200 acres de terres précieuses et bien améliorées. M. Arbogast s'est marié le 15 juin 1853 à Elizabeth Baungartner, née le 8 octobre 1836. Seize enfants leur sont nés, dont 13 vivent maintenant – – Christian, né le 10 octobre, 1856, vivant maintenant à Dakota Sueza, née le 15 septembre 1857 Rosa, née le 17 mars 1858 Jacob, né le 27 mai 1859, et décédée le 10 octobre 1864 Margaret, née le 22 mai 1866 Louise, née le 23 août 1867 Caroline, née le 7 septembre 1869 Lizzie, née le 14 juin 1871 Henry, née le 4 octobre 1873 Fritz, née le 4 octobre 1875 Lucinda, née le 23 février 1877 Charlie, née le 5 juillet 1879 Ella, née le février 13, 1882 et Eddie, né le 9 mars 1884. M. et Mme Arbogast sont membres de l'église luthérienne. Il appartient à la I. O. O. F. Lodge, n° 449, de Grafton, et est un démocrate.
Henry Leander Legate, décédé, est né dans le comté de Henderson, Ky., le 27 janvier 1818. Quand il était assez petit, ses parents ont déménagé dans le comté de Stoddard, dans le Missouri, puis dans le comté de Cape Girardo, d'où ils ont déménagé dans le comté de Jackson, Ill. Henry a vécu dans ce comté jusqu'en 1844, lorsque les inondations ont emporté la ferme et la maison où il vivait. Il s'est marié cette année-là à Mary Ann Skidmore, née le 7 août 1828. Il a ensuite déménagé dans le comté de Reynolds, dans le Missouri, où il est resté résident jusqu'en 1863. Cette année-là, il a déménagé dans le comté de Madison, dans l'Illinois, et y était employé comme directeur d'un chantier de charbon, chargeant des bateaux et vendant du charbon, employant un certain nombre d'hommes. Il a continué dans cette entreprise pendant trois ans, puis est venu dans le comté de Jersey et a acheté une ferme de 400 acres, qui est maintenant connue sous le nom de « Légat Ferme ». Il a résidé ici et s'est occupé de l'agriculture jusqu'au moment de sa mort, survenu le 14 février 1881. Il a laissé une veuve et neuf enfants pour pleurer sa perte. En 1845, lui et sa femme firent publiquement profession de religion, date à partir de laquelle ils menèrent une vie chrétienne dévouée. Il s'efforça d'élever sa famille dans la crainte de Dieu, leur apprenant à faire de la Règle d'Or leur guide dans la vie. Sa perte a été profondément ressentie, non seulement par sa famille, mais dans toute la communauté où il vivait. Il était membre de la fraternité maçonnique. Les enfants de M. et Mme Legate sont – – Edmund Kirby, né le 12 septembre 1846 Marshall Boles, né le 10 mars 1849 Nancy, né le 27 février 1851 James Franklin, décédé, né le 15 février , 1853 Samuel, né le 11 avril 1855 Elijah Burchard, né le 13 juillet 1858 Mary Evaline, décédée, née le 14 janvier 1860 Emily Ann, née le 30 octobre 1862 William Henry, né le 18 novembre 1865 George, né le 3 juillet , 1868 et Joseph Benjamin, né le 18 juin 1870. James Franklin a été tué par une équipe en fuite, le 20 mai 1870 Mary Evaline est décédée le 26 juin 1866. Le fils aîné, Edmund Kirby, réside dans le Nebraska le reste de la famille à Jersey County, Ill. La veuve de Henry L. Legate lui survit et réside maintenant à Jerseyville.
Marshall Boles Legate est né dans le comté de Reynolds, dans le Missouri, et avait huit ans lorsque ses parents ont déménagé dans le comté de Madison, dans l'Illinois. Il est venu avec sa famille dans le comté de Jersey en 1865. Il s'est marié en octobre 1873 avec Lizzie D. Holmes, du comté de Woodford, dans l'Illinois. Il est membre de l'I.O.O.F., Winchester Lodge No 70, et est un républicain en politique.
E. B. Legate, fils de Henry Legate, est né dans le comté de Reynolds, Mo. Il est venu avec la famille de son père dans l'Illinois et s'est installé dans le comté de Madison en 1863, il avait alors quatre ans. Il est arrivé dans le comté de Jersey trois ans plus tard et a été élevé ici dans une ferme. Il a enseigné à l'école trois trimestres dans le district de Meadow Branch. Il a occupé le poste d'assesseur au cours de l'année 1883 et est maintenant engagé dans l'agriculture avec son frère, M. B. Legate, dans le canton de Rosedale. C'est un républicain politiquement. Les frères Légat sont hautement estimés dans leur commune et dans tout le comté, et méritent à juste titre la réputation dont ils jouissent, d'être des gentilshommes chrétiens intègres et honnêtes.
William Nevlin est né en Allemagne, le 15 juin 1834. À l'âge de 10 ans, il est venu en Amérique avec ses parents, Nicholas et Mary A. Nevlin, également originaires d'Allemagne. Débarqués à la Nouvelle-Orléans, ils se rendirent de là à Saint-Louis, où en 1848, les parents moururent tous deux du choléra. William est resté dans cette ville jusqu'à l'automne 1851, quand il est venu dans le comté de Jersey et situé sur l'île de Macoupin. En 1865, il acheta 300 acres de terre au fond de la rivière Illinois et vécut les mêmes trois années, après quoi il se lança dans une entreprise de marchandises diverses, qu'il continua environ huit ans. Il a ensuite acheté 40 acres de terrain sur la section 8, canton de Rosedale, où il réside depuis. Il possède maintenant 340 acres de terrain, ainsi qu'un traversier sur la rivière Illinois, connu sous le nom de Nevlin's Ferry, également un entrepôt pour la réception de fret. En octobre 1860, M. Nevlin était marié à Millia Bacon, fille de John et Elizabeth Bacon. Huit enfants sont nés de M. et Mme Nevlin, dont quatre vivent – – John, Sarah, Hattie et Charlie. M. Nevlin dirige le traversier depuis environ cinq ans. C'est un homme d'intelligence et d'entreprise, et un homme d'affaires prospère.
William Sherman Brown est né dans la ville de Marion, dans le comté de Wayne, dans l'Illinois, le 16 mars 1822. Il a vécu dans son comté natal jusqu'à l'âge de 16 ans, puis a déménagé avec son père, John Brown, dans le comté de Coles. En 1843, ils ont déménagé dans le comté de Hancock, et un an plus tard dans le comté de DePage. Il s'est marié dans le comté de Kane, en 1847, à Amanda Durand. En 1854, il déménagea dans le comté de Jersey et s'installa à Grafton, d'où il déménagea à son emplacement actuel dans le canton de Rosedale. Il s'occupe de l'élevage des céréales et du bétail et s'occupe de l'agriculture générale. M. et Mme Brown ont quatre enfants vivant – – – Spaulding E. Laura F., William M. et Mary H. Il est membre de l'église baptiste et a occupé le poste de commissaire des routes, mais il est aucun demandeur de bureau.
George W. Ratcliff, propriétaire d'une grande ferme dans le canton de Rosedale, est le fils de James L. et de Mary A. (Howard) Ratcliff. Il est né en Virginie en 1832 et a grandi dans une ferme où il est resté jusqu'à l'âge de 22 ans. Il est ensuite allé à Alton, dans l'Illinois, et y a appris le métier de la fabrication de cigares. Il résida dans cette ville jusqu'en 1871, date à laquelle il vint dans le comté de Jersey et acheta une ferme de 181 acres, située dans le canton de Rosedale. M. Ratcliff s'est marié le 16 juin 1858 à Serena A. Smith, née dans l'Ohio. Ils sont les parents de sept enfants, Leonard R., vivant à Rosedale George W., Susan, Lewis J., Elvira, Edward et Charles, vivant avec leur père. Mme Ratcliff est décédée le 21 mars 1882 et est enterrée au cimetière de Meadow Branch. La ferme de M. Ratcliff comprend 230 acres de terrain en bon état de culture. Pendant la guerre de la rébellion, il a servi 10 mois dans le 144th Ill. Inf., en tant que batteur. Il est membre de la Loge I. O. O. F. de Grafton. James L. Ratcliff mourut à Alton en 1883, et sa femme Mary A., à St. Louis, en 1881.
William G. Thompson, l'un des principaux agriculteurs du canton de Rosedale, est originaire du Tennessee, né le 14 mai 1819.Il est resté avec ses parents au Tennessee jusqu'en 1836, puis a déménagé avec eux dans l'Indiana, où il a vécu sept ans, puis en 1842, est venu dans le canton de Rosedale et a travaillé comme ouvrier agricole jusqu'en 1847. Cette année-là, il a acheté 37 acres de terre. et est allé travailler pour lui-même. En 1849, il acheta 200 acres de plus et continua d'agrandir sa ferme jusqu'à ce qu'il possède maintenant 1 300 acres, dont la plupart sont des terres basses. Il a 700 acres en bonne culture et élève de grandes quantités de céréales et de bétail. Il s'est marié en 1849 avec Nancy Ann Smith, décédée en 1851. Il s'est de nouveau marié le 24 août 1854 à Mary Ann McCauley. Elle est décédée le 14 janvier 1874. Le 9 avril 1875, M. Thompson était marié à Lela Ann Duncan. Il a 10 enfants, quatre fils et six filles. Il a occupé les postes de commissaire et de directeur d'école pendant plusieurs années, même s'il n'a jamais sollicité un poste. Il est franc-maçon et, avec sa femme, membre de l'Église M. E..
Isom Matthews est né dans le comté de Boone, Missouri, le 28 juillet 1825. À l'âge de cinq ans, son père déménagea dans le comté de Calhoun, dans l'Illinois, où le sujet de ce croquis résida jusqu'en 1837. Depuis ce temps, il a été, une partie du temps, un résident du canton de Rosedale, dans le comté de Jersey. Il possédait 365 acres de terre dans le comté de Calhoun, qu'il vendit en 1861, date à laquelle il possédait 80 acres ici. Au début de sa vie, il a couru sur la rivière pendant neuf ans, d'abord comme garçon de cabine, à bord d'un bateau à vapeur, puis comme cuisinier. En 1851, environ un an après avoir quitté la rivière, il épousa Mary Ann Smith, née le 1er novembre 1822. La ferme de M. Matthews est en très bon état de culture. Il est le propriétaire du plus ancien traversier sur la rivière Illinois, connu sous le nom de Jones’ Ferry, qui est dans le meilleur état de fonctionnement de tous les traversiers sur cette rivière. Il possède également un grand entrepôt de 22 pieds de dimensions et de deux étages, l'étage supérieur étant utilisé pour un grenier et ayant une capacité de 7 000 boisseaux de blé. M. Matthews a été pendant plusieurs années membre du conseil de surveillance et a été directeur d'école pendant un an. M. et Mme Mathews sont les parents de 10 enfants : Luther, William Henry, George, Thomas Levi, Mary, Ann, Laura, Nancy, Alice et Katie.

75 ans de méthodisme dans le canton de Rosedale, 1902-1977

La première organisation d'église à Rosedale a commencé avec un petit groupe de personnes se rassemblant dans les foyers connus sous le nom d'église chrétienne. Un bâtiment en rondins a ensuite été construit en 1833 pour servir d'église et d'école. Celui-ci était situé dans le même quartier que notre mairie actuelle. L'Église chrétienne a été supprimée et la dénomination baptiste y a tenu des services pendant un certain nombre d'années. À l'automne 1898, une organisation religieuse de méthodistes a demandé à utiliser le bâtiment pour une réunion de réveil. Cette réunion s'est avérée être un tel succès qu'ils ont décidé de former une Église méthodiste. Les premiers administrateurs étaient William Larrabee, William Brown et James Wedding.
Ayant une vision et un désir d'avoir leur propre église, Mme Mary Crull Wedding, l'épouse de feu Thomas Wedding, et ses filles Effie, Flora et Anna ont décidé de donner un acte pour sept acres et un dixième de terre. Sept acres de ce terrain étaient déjà utilisés pour le cimetière Rosedale. Le dixième restant devait être utilisé pour une nouvelle église méthodiste. La description du terrain était la suivante : Situé dans le quart sud-ouest du quart sud-est de la section numéro seize (16) dans le canton de Rosedale numéro sept (7) nord, rang treize (13) à l'ouest du troisième méridien principal. Ils ont donné des terres dans le but spécifique du ministère et de l'adhésion à l'Église épiscopale méthodiste. L'acte a été enregistré le 17 octobre 1900.

Immédiatement après le don du nouveau terrain, la congrégation, qui se composait principalement de neuf familles pionnières qui vivaient dans les environs, a commencé à planifier la construction de la nouvelle église. Les bûches ont été données par F. W. Hoyt et Joshua Dabbs. Les hommes coupaient les grumes et les transportaient sur les trains roulants de chariots tirés par des chevaux jusqu'à la scierie Groppel. M. Herman Groppel et ses fils ont fait don de leur temps et de l'utilisation de leur moulin. Les rondins ont été sciés en bois d'œuvre pour l'utilisation de la charpente de l'église. Les femmes, sachant qu'un sandwich froid ne serait pas suffisant pour les hommes qui travaillaient dur, ont commencé à planifier des repas chauds. Ils avaient deux porcs et un bouvillon abattus et transformés selon les méthodes à l'ancienne. Ils ont également pris le don de farine, de sucre et de saindoux par la tasse de thé pleine. Mme Mary Wedding a non seulement fait don d'un terrain, mais elle a également donné l'usage de sa maison pour la préparation des repas des travailleurs. Les autres dames se relayaient pour les aider.
La construction a commencé en janvier 1901, sous la supervision de M. Rudolph Walkoff, qui était employé pour superviser et construire l'église. Il a été aidé par le travail bénévole des hommes des familles de pionniers suivantes : James Wedding et fils, Charles Crull et fils, Robert Ridenour et fils, Andrew Thompson et fils, John Schlansker et fils, Luther Johnson et fils, Joshua Dabbs et fils, George Shaw et Henry Gerson. Dès que M. Walkoff a été employé par l'église, il a immédiatement commencé à fabriquer les bancs et la chaire. Ceux-ci ont été solidement construits et sont encore utilisés aujourd'hui. L'église a été achevée en 1902, et a été consacrée le 2 septembre de la même année.
L'église a connu de nombreux changements au cours des soixante-quinze dernières années. Par exemple, pendant les vingt-cinq premières années environ, le sol de l'église était en chêne blanc. Les dames de l'église ont travaillé de nombreuses heures à frotter le sol avec de l'eau de lessive pour le garder propre. Un patin en caoutchouc s'étendait de l'entrée de l'église à l'autel. Une trentaine d'années plus tard, un plancher de pin a été posé sur celui d'origine. Cela a été gardé peint pendant plusieurs années. La peinture a été poncée et le vernis a été utilisé jusqu'à la pose de la moquette actuelle. Le tapis en caoutchouc a finalement été remplacé par un tapis et à ce moment-là, l'autel était également recouvert de moquette. Cela a ensuite été remplacé par la moquette mur à mur qui recouvre maintenant le sol. Les murs étaient enduits et tapissés au début. De nombreuses années plus tard, il a été décidé de louer un bateau à vapeur et d'enlever le papier. À la grande surprise des travailleurs, ils ont trouvé cinq couches de papier. La couche d'origine était composée de roses rouges. Depuis cette époque, l'église est toujours peinte.
L'église était d'abord chauffée par un poêle rond en chêne, qui était situé au centre du sanctuaire. Il brûlait du bois et du charbon et parfois une combinaison des deux. Le bois était toujours empilé à l'extérieur dans des cordes de nidification sur le côté gauche des marches. Des années plus tard, le conseil de l'église a décidé de remplacer l'ancien poêle par un poêle à mazout. De nombreux services ont eu lieu avec la congrégation assise autour du poêle, tandis que le pasteur se tenait à proximité pour livrer son message. Pourtant, le froid était presque insupportable. Ayant le désir d'une église plus chaude, il a été décidé d'abaisser le plafond et de l'isoler, ainsi que d'acheter deux fournaises au gaz. Ceux-ci sont encore utilisés.
Le premier système d'éclairage était des lampes à pétrole avec des réflecteurs fixés aux parements des fenêtres par des supports de chaque côté de l'église. Ensuite, les lanternes Coleman ont été suspendues au plafond par des tiges de fer. Celles-ci étaient éclairées à l'aide d'un escabeau. Les mêmes tiges ont été utilisées lorsque l'éclairage a été changé au gaz. Puis, lorsque l'électricité est arrivée à Rosedale, l'église a été remplacée par des lampes fluorescentes. C'était un cadeau de la loge maçonnique de Grafton.
Le premier instrument de musique était un orgue à l'ancienne. Cela a été pompé avec les pieds, tandis qu'en même temps les mains jouaient la musique. Depuis, il y a eu trois pianos. Le présent a été acheté neuf comme cadeau des jeunes, ainsi que des dons d'autres membres de l'église.
D'autres améliorations à l'extérieur de l'église ont consisté en un revêtement en aluminium, un toit de porche et un nouveau beffroi. La cloche de la tour a deux battants, l'un pour le péage et l'autre pour la sonnerie régulière. Avant que l'utilisation du téléphone n'arrive dans la communauté, la cloche a sonné pour informer les résidents d'un décès. Lorsque le cortège funèbre a contourné le virage au pied de Dug Hill, la cloche a sonné un coup pour chaque année du défunt. La sonnerie régulière de la cloche a toujours été utilisée pour les services religieux. Lors de l'installation du nouveau beffroi, le constructeur a pensé qu'il ne serait tout simplement pas complet sans une croix. Ainsi, il a construit une belle croix en bois pour l'inspiration des gens de l'église et aussi pour ceux qui parcourent la route dans la vallée.
Lorsque les écoles du comté de Jersey ont été regroupées, les petites écoles à classe unique du comté ont été fermées et vendues. L'église avait deux raisons de vouloir acheter l'école Rosedale. Tout d'abord, un habitant de la communauté a voulu l'acheter pour en faire une taverne, et l'église s'est fortement opposée à cette idée. Deuxièmement, de nombreuses églises rurales étaient fermées pour manque d'intérêt et difficultés financières. En pensant à l'avenir, les membres ont pensé que ce serait une bonne idée d'acheter ce bâtiment afin que si l'église était fermée, il y aurait toujours un lieu de culte. Le bâtiment a été vendu aux enchères le 13 juin 1957. Il n'y avait que deux enchérisseurs, l'église et l'homme intéressés à en faire une taverne. L'enchère la plus élevée est venue de l'église pour un montant de 943,00 $. De nombreuses utilisations ont été trouvées pour ce bâtiment : cours d'école du dimanche, loisirs, divers projets lucratives, réceptions de désherbage, artisanat, cercles de couture, école biblique, douches, réunions de famille et, dans certains cas, il a été utilisé pour l'église services lorsque le chauffage ne fonctionnait pas dans l'église. Le vestiaire et la bibliothèque ont été supprimés et une cuisine a été installée. Du linoléum a été posé sur le sol, un grand poêle de restaurant a été acheté et un évier à double vidange également. Les dames de l'église disposaient d'une douche de cuisine afin d'équiper la cuisine d'ustensiles et de linge.
Ayant le désir de ne plus servir le pique-nique à l'extérieur, il a été décidé de construire une salle à manger s'étendant du sous-sol du bâtiment actuel. M. Rose of Hardin a été embauché pendant la première semaine d'août 1969 pour superviser le projet. Les hommes de la communauté et de l'église se sont portés volontaires et les dames ont fourni les repas. Grâce à la détermination et au travail acharné des habitants, ils ont pu servir le pique-nique (annuel) dans le nouveau bâtiment. Au cours de la dernière année, des radiateurs électriques ont été installés, le plafond a été isolé et fini, les murs ont été peints et les armoires ont été repeintes.
À travers les générations, chaque congrégation a travaillé très dur pour répondre aux exigences spirituelles et financières de l'église. En aimant Dieu et en sachant qu'il nous aime, cela nous a aidés à traverser les vallées et à gravir les montagnes.
Rosedale est une église de charge. Il a fait l'objet de trois chefs d'accusation différents : Grafton, Kane et Hambourg. Le premier pasteur était le révérend Pollock qui venait de la charge de Grafton. Il montait habituellement à cheval ou marchait et restait une ou deux nuits dans la maison d'un membre. Les services religieux avaient lieu une fois par mois, sauf s'il s'agissait d'un réveil. Un réveil durait généralement de trois à quatre semaines. Plus tard, les services ont eu lieu deux fois par mois. Au cours des quatorze dernières années, nous avons eu la chance d'avoir des services religieux après l'heure de l'école du dimanche chaque dimanche, plus un service le dimanche soir. Au début, il y avait quatre classes d'école du dimanche. Maintenant, le nombre est passé à sept.
L'église a eu quarante-deux ministres dévoués et dix-huit surintendants. Chacun a apporté son temps, ses efforts, ses prières et les conseils de Dieu pour faire de l'église Rosedale ce qu'elle est aujourd'hui.
Au fil des ans, les congrégations ont eu de nombreux projets lucratifs. Il s'agit notamment de l'écaillage du maïs de choc, de la coupe et de la vente de bois, de fouilles et de ventes d'antiquités, de la vente de vanille, du service du déjeuner lors des ventes à la ferme, de divers types de dîners et du service de repas pour les chasseurs de renards. Le cours biblique pour adultes a servi des repas aux groupes juifs du temple Shaar Emith au Camp Ouatoga dans le parc Pere Marquette. Le produit de cet événement a été utilisé pour l'achat et l'installation de trois fours - deux dans l'église et un dans le bâtiment éducatif. Il y a quelques années, les dames de l'église fabriquaient chaque année du beurre de pomme et de citrouille. Une partie a été envoyée à l'orphelinat de Mount Vernon – – le reste a été vendu.
Le plus grand projet de tous a été le pique-nique annuel de la fête du Travail. À l'origine, il se tenait sur la pelouse de l'actuel bâtiment pédagogique. L'hôtel de ville a été utilisé à deux reprises pour la cuisine et le pique-nique a été servi dans le bosquet d'arbres derrière le bâtiment. Le poisson et le poulet étaient frits dans des paniers en fil de fer faits maison dans des bouilloires en fer. Une cheminée en brique a été construite plus tard. Le sommet se composait de vieilles cuisinières. C'était une grande amélioration. Ces pique-niques étaient de retour au bon vieux temps où les dames devaient apporter leurs propres ustensiles de cuisine, vaisselle et argenterie. L'eau des premiers pique-niques était transportée dans des citernes qui servaient à transporter l'eau jusqu'aux batteuses. Ces chars étaient tirés avec des chevaux. Cette méthode a été remplacée par des réservoirs d'eau dans les camions. Plus tard, l'eau a dû être transportée d'une source voisine. Ensuite, la source a été creusée plus grande et a été entourée de murs et de marches en béton. Après l'achat du bâtiment pédagogique, la citerne a été remplie au besoin avec l'eau d'une station de pompage dans le parc du Père Marquette. Le système d'eau rurale est utilisé aujourd'hui. Nos pique-niques sont mieux équipés que jamais. Lors de la construction de la salle à manger, la cuisine a été déplacée au rez-de-chaussée. Il y a une friteuse à gaz pour le poisson et des friteuses électriques pour le poulet. C'est devenu un événement annuel le jour de la fête du Travail, non seulement pour les membres de l'église, mais aussi pour la communauté.
Lorsque notre église a été fondée, les enfants et les jeunes anticipaient toujours l'étude de la Bible pendant deux semaines en été, ainsi que la Journée des enfants en juin. Il s'agissait toujours de programmes religieux. Notre école biblique de vacances actuelle a commencé en 1969. Il existe différents types d'études bibliques, d'artisanat et de musique pour les différents âges. Chaque génération d'enfants a vécu des programmes de Noël avec l'apparition du Père Noël.
Le premier groupe de jeunes était connu sous le nom d'Epworth League. Leurs réunions se tenaient principalement à l'église, à l'exception des mois d'été. Lorsque le temps le permettait, ils aimaient aller à Tucker's Knob au parc Pere Marquette pour un service au coucher du soleil. Les jeunes de cette époque avaient surtout des ventes de pâtisseries et divers soupers pour des projets lucratifs.
La génération suivante de jeunes a non seulement organisé des soupers et des ventes de pâtisseries, mais a également vendu du papier à lettres avec une photo de l'église sur le devant, et à un moment donné, les filles ont fait des beignets et des petits pains tandis que les garçons prenaient les commandes et les livraient dans toute la communauté. et les villes voisines. Ils ont également peint l'église et l'hôtel de ville pour aider à obtenir assez d'argent pour aller camper dans les Ozarks. La congrégation, réalisant que les jeunes n'avaient pas suffisamment de fonds pour une semaine de vacances, a comblé la différence et les a aidés de toutes les manières possibles.
Les activités les plus récentes du groupe de jeunes ont inclus, en plus de certaines des activités et projets rémunérateurs du passé, un dimanche des jeunes, au cours duquel ils prennent en charge le service de culte du matin. C'est très inspirant et apprécié à fond par les membres de l'église. Les jeunes sont les fiers parents d'accueil de Leileen VaVages. C'est une indienne de Maricopa, en Arizona. Ils la parrainent depuis trois ans par le biais du Christian Children's Fund. Ils font un don de 15 $ par mois pour son bien-être. Certains des projets lucratifs de ce groupe ont inclus un vélo-a-thon, un rock-a-thon, une vente aux enchères d'esclaves, la vente de bonbons, un lave-auto et l'entretien d'une machine à soda.
Les jeunes ont toujours parrainé la confiserie lors du pique-nique annuel de la fête du Travail.
La première fois que les jeunes sont allés en retraite, c'était en 1943 au McKendree College au Liban, dans l'Illinois. Depuis lors, divers groupes sont allés à Postal House, également au Liban, et au Jacksonville 4-H Camp à Jacksonville, dans l'Illinois. ont également fait partie de deux camps – – Little Grassy, ​​près de Carbondale, Ill., et l'Epworth Youth Institute à Louisville, Ill.
L'église Rosedale a été complètement bénie avec une bonne chorale et de bons musiciens pour l'accompagner. Ils ont non seulement chanté pour l'église, mais aussi pour les églises suivantes : les églises méthodistes et catholiques de Grafton, Godfrey, Brighton, Fieldon, Bunker Hill, Wood River, Jerseyville, Nameoki à Granite City, Bethel et WJBM, la station de radio locale. .
Des monuments commémoratifs dans notre église ont été donnés à la mémoire de diverses personnes. Il s'agit notamment de la croix lumineuse à la mémoire de Floy Crull Schallenberg, la Bible à la mémoire de Mary Stafford, la chaise d'autel à la mémoire de Harry et Grace Edwards, l'image "Sallman's Head of Christ" à la mémoire de James R. Warford, Sr. Lillies ont été donnés chaque Pâques et des poinsettias chaque Noël en mémoire de Ploughman L. Crull et John Hinrichsen, père d'Helen Spencer. Nos cantiques ont été donnés par des membres de l'église en mémoire d'êtres chers.
Un résident de la communauté souhaitait léguer une partie de sa succession au montant de 16 465 $ à l'église, montant qui est maintenant passé à 21 320 $. Le reste de la succession est allé au cimetière de Rosedale. Une copie de son testament est la suivante :
« Moi, Mark Matthews, de Fieldon, comté de Jersey, Illinois, étant sain d'esprit et de mémoire et sans aucune contrainte, je fais, publie et déclare ceci, et cela seulement, comme mon dernier testament.
Je révoque par la présente tous les testaments et codicilles que j'ai rédigés jusqu'à présent.
Par la présente, je nomme et nomme Laverne Crull, Grafton, Ill., en tant qu'exécuteur testamentaire de mes dernières volontés et testament, et il est expressément renoncé à l'octroi d'un cautionnement.
Dans le cas où Laverne Crull décéderait avant moi ou si nous mourions tous les deux en même temps, alors je nomme et nomme Mme Violet Crull, Grafton, Ill. est expressément renoncé.
Par la présente, j'ordonne à l'exécuteur testamentaire ou à l'exécuteur testamentaire de ma succession, selon le cas, de payer toutes les dettes, les frais funéraires, les frais de dernière maladie, les frais d'administration de ma succession et le coût d'un monument ou d'une pierre tombale sur ma tombe, comme peu de temps après ma mort, dans la mesure du possible.
Tout le reste, résidu et reliquat de mes biens, de quelque nature que ce soit et où qu'ils soient, réels, personnels ou mixtes, dont je meurs saisi et possédé, je donne, lègue et lègue à Laverne Crull et à sa mère, Violet Crull, Grafton , Ill., à avoir pour l'église méthodiste et le cimetière de Rosedale à Rosedale, Ill.
Le premier travail missionnaire de notre église était principalement dans notre communauté et les communautés voisines. Chaque fois qu'un appel à l'aide arrivait pour aider, lire la Bible ou prier dans des maisons où une maladie grave ou un décès était survenu, différents membres répondaient. Lorsque la première épidémie de grippe a frappé, de nombreuses maisons ont été mises en quarantaine. Les hommes fournissaient des chevaux de remplacement aux médecins fatigués. Les dames préparaient de grandes marmites de soupe et des portions étaient envoyées aux familles sinistrées.Notre congrégation a toujours aidé lors de catastrophes telles que les inondations et la perte de maisons par le feu. Des dons de nourriture et d'argent ont été donnés pour aider les victimes des inondations de Grafton. Quatre dames travaillaient également au rayon conserves. De l'argent, des douches et, si nécessaire, un logement ont été donnés aux victimes d'un incendie. Chaque Noël, notre église a fourni aux nécessiteux et aux reclus des paniers de fruits et des poinsettias. Les missions ont été payées par l'intermédiaire de nos demandeurs de conférence et des offres spéciales ont été utilisées pour la mission Red Bird, Lessie Bates, Davis House, United Methodist Committee on Relief et Karen Stokes.
Trois crèches vivantes ont été présentées. Les deux premiers étaient par les jeunes et le dernier par des personnages adultes. La première scène était près de l'église dans le parking. Les deux autres se trouvaient dans des jardins de maisons le long de la route 100 près de Rosedale. Un événement principal de la deuxième scène était lorsque les moutons se sont enfuis. Les automobilistes sur l'autoroute ne pouvaient pas croire qu'ils voyaient des anges en robes blanches et Joseph en tenue bleue, pourchassant un mouton.
Les hommes de notre église font partie des réunions des hommes du sous-district. Ils ont également un petit-déjeuner le dimanche matin à sept heures une fois par mois. Un homme, faisant office de chef, prépare le repas. Ils ont reçu des commentaires des dames quant à leur capacité à cuisiner. Ils décidèrent donc de préparer et de servir un repas aux femmes. Un délicieux repas servi dans un décor aux chandelles s'est avéré être un banquet exquis, messieurs. C'était peut-être ce que les dames essayaient de promouvoir !
De nombreux et divers baptêmes ont eu lieu dans notre église. Deux ont été immergés dans le ruisseau près du sanctuaire. Le dernier baptême a eu lieu dans la rivière Illinois. Onze personnes ont été immergées à ce moment-là. Il a été partagé avec six personnes de Grafton.
Cupidon a également joué un rôle dans l'histoire de notre église. Le premier mariage a eu lieu en avril 1947. Depuis lors, un total de douze couples ont reçu les vœux du Saint Mariage dans notre église.
Le révérend Robert Patterson est devenu notre pasteur en juin 1976. Lui et sa charmante épouse, Jean, sont les parents de trois fils. Steve, le plus jeune fils, reste à la maison. Il est un jeune musicien talentueux et aide son père avec la musique des églises. Jean, un chrétien dévoué, est capable d'assister dans n'importe quel travail. Elle enseigne actuellement une classe d'école du dimanche dans notre église. Le révérend Patterson travaille très dur. Sous sa direction fervente, la congrégation grandit spirituellement et en nombre.
Nous croyons que notre église est plus qu'un bâtiment, des bancs et une chaire. Nous croyons que notre église est plus que des gens. Nous croyons en la présence vivante du Christ dans nos vies, dans notre église et dans notre monde. C'est notre but d'aider les autres à s'engager de leur vie dans ce but.
Les pages précédentes de ce livre sont consacrées à ceux qui ont commencé ce travail il y a tant d'années et à ceux qui vivent aujourd'hui et qui se sont consacrés à poursuivre cet objectif. Nous espérons que grâce à l'amour et à la présence de Dieu dans nos vies, beaucoup seront aidés à poursuivre ce travail à l'avenir.
« Sois fidèle jusqu'à la mort et je te donnerai une couronne de vie. » – – Rév. 2:10.


Notre histoire

North Georgia Shippers a été formé et a fourni des services aux clients du Nord-Est, du Midwest et du Nord-Ouest à partir des usines de tapis de la Géorgie du Nord. Les livraisons ont été effectuées par des chauffeurs à l'arrière du camion.

Des réglementations strictes en matière de camionnage exigent que Rosedale soumette des demandes aux autorités d'exploitation et à diverses commissions de réglementation. Rosedale reçoit un soutien considérable de l'industrie des revêtements de sol et chaque application est réussie

Pour répondre aux exigences de service de sa clientèle en croissance rapide, Rosedale déménage ses opérations de Hamilton à Mississauga. Avec ce nouvel entrepôt, les zones de livraison sont élargies pour inclure la majeure partie du sud de l'Ontario

La majorité des usines de tapis étant situées au Québec, Rosedale est encouragée à ouvrir une deuxième usine à Montréal, au Québec. Cet emplacement offre des services de transport et de distribution à Montréal et à Québec, ainsi qu'un service à voie unique vers l'Ontario et les États-Unis

Rosedale réussit à nouveau avec un camion une fois par semaine de Dalton, en Géorgie, à l'Est du Canada. Pour mieux servir ce marché, Rosedale ouvre un entrepôt de consolidation à Dalton appelé Carpet Consolidators of Georgia.

Rosedale achète une société du nom de North Georgia Shippers pour aider à son expansion aux États-Unis

North Georgia Shippers ouvre un terminal au Minnesota

Un entrepôt supplémentaire à Ottawa est ouvert, ce qui permet à Rosedale d'offrir une norme de service améliorée dans l'Est de l'Ontario et la vallée de l'Outaouais à ses expéditeurs en Ontario, au Québec et aux États-Unis

Au cours des années 90, Rosedale continue de croître en tant que partie intégrante de l'industrie canadienne des revêtements de sol. Ses services permettent à de nombreux fabricants et distributeurs de fermer leurs entrepôts distants et d'utiliser Rosedale pour fournir des services de livraison juste à temps.

Rosedale poursuit son expansion au Canada avec de nouveaux terminaux à Québec et à Londres. La Société introduit également des services réguliers vers l'Ouest canadien, la plupart des points maritimes et les États-Unis

Le siège social de Mississauga organise l'inauguration de sa nouvelle installation ultramoderne. Des services supplémentaires aux industries du fret général sont lancés.

Rosedale ouvre de nouveaux terminaux à Barrie, Granby, Edmonton et Calgary pour mieux desservir les marchés dans chacune de ces régions

Rolly Uloth, élu personnalité internationale de l'année des clubs de transport

Le président Rolly Uloth a été finaliste du prestigieux Ernst & Young Entrepreneur of the Year
Rosedale ouvre également son 11e terminal à Winnipeg, MB

Rosedale se développe en Saskatchewan en ouvrant deux terminaux : Saskatoon et Regina

Rosedale poursuit son expansion vers l'ouest avec son 14e terminal à Delta, en Colombie-Britannique

Rosedale emménage dans ses nouvelles installations appartenant à l'entreprise à Winnipeg, avec plus de 6,5 acres de terrain, un accès facile à toutes les principales autoroutes et se trouve dans le port intérieur d'Amérique du Nord et la zone de commerce extérieur, CentrePort Canada

Rosedale emménage dans ses nouvelles installations à Calgary et à Ottawa

Rosedale ouvre une succursale à Kelowna, en Colombie-Britannique, pour mieux desservir la région de l'Okanagan

La propriété de Rosedale investit dans l'avenir en obtenant l'emplacement actuel de Rosedale Montréal et en achetant un terrain à Ottawa avec une nouvelle installation prévue, et en obtenant des permis pour ajouter au siège social existant avec une plus grande empreinte d'entrepôt et des bureaux supplémentaires


Fermeture Dôme COYOTE®

Les Fermetures de dôme COYOTE ® ont la polyvalence et les fonctionnalités qui en font un choix parfait pour les réseaux de fibre optique jusqu'aux locaux. Les conceptions de fermeture de dôme de 6,5" et 9,5" utilisent le système breveté de plaque d'extrémité segmentée de PLP qui permet un accès indépendant à chaque port de câble sans perturber les câbles environnants.

  • 6,5" x 17"
    • Capacité maximale d'épissure : (144) fusion simple (bac 80809958), (288) fusion de ruban/masse (bac LGSTR144)
    • Capacité maximale d'épissure : (240) fusion simple (LGSTS72), (648) fusion de ruban/masse (bac LGSTR216)
    • Capacité maximale d'épissure : (288) fusion simple (bac 80809958), (720) fusion de ruban/masse (bac LGSTR144)
    • Capacité d'épissure maximale : (720) Fusion simple (LGSTS72), (1728) Fusion de ruban/masse (bac LGSTR216)
    • Configuration d'épissure bout à bout/exprimée
    • Application : enterré directement, sous le niveau du sol, montage sur poteau/mur ou antenne
    • Rapide à assembler, aucun outil spécial requis
    • Testé conformément à GR-771-CORE par un laboratoire externe indépendant
    • Disponible en matériau ignifuge
    • Le système de collier permet une rentrée rapide
    • La conception de la plaque d'extrémité segmentée offre un accès indépendant à chaque câble
    • La technologie d'étanchéité des œillets flexibles prend en charge une large gamme et quantité de profils de câbles plats ou ronds.
    • Kits de dôme standard de 6-1/2" fournis avec (2) œillets 8003691 et (2) œillets 8003692. Kits personnalisés disponibles sur demande.
    • Kits de dôme standard 9-1/2" fournis avec (2) œillets 8003692 et (2) œillets 8003693. Kits personnalisés disponibles sur demande.
    • Options en ligne disponibles - Contactez PLP pour plus de détails

    Procédures d'application

    Fermeture dôme 6,5" x 17"

    Fermeture dôme 6,5" x 22"

    Fermeture dôme 9,5" x 19"

    Fermeture dôme 9,5" x 28"

    Pages du catalogue

    Matériel de vente


    Histoire

    Rosedale Park était la création du Jefferson Park District, créé en 1920 pour fournir des parcs de quartier à sa communauté en développement rapide du côté nord-ouest. Le district du parc a commencé à acheter des terrains pour le parc Rosedale en 1930. En 1933, le district avait passé des contrats pour l'aménagement du site, y compris un accord pour la construction d'un pavillon, l'un des trois conçus pour le district par l'architecte Clarence Hatzfeld. L'année suivante, le parc est passé sous le contrôle du Chicago Park District lorsque le Jefferson Park District et 21 autres commissions du parc ont fusionné pour former le nouveau district consolidé. Le parc Rosedale tire son nom de l'avenue qui longe sa frontière sud. La rue porte à son tour le nom de Rosedale, en Pennsylvanie, la ville natale de John Lewis Cochran (1857-1923), le développeur de la communauté Edgewater le long des rives du lac de Chicago.


    Nos avis

    Super de travailler avec Doug Shrauner, j'avais peur de me qualifier pour un nouveau prêt automobile mais il m'a trouvé un bon taux sur ma nouvelle Chevy Trailblazer, merci Doug

    Mon expérience globale était fantastique !! Doug était très sympathique, compétent, honnête et courtois. L'échange de ma voiture s'est fait sans effort. J'aime ma Malibu. Merci!

    Acheté un nouveau camion à Dewey et il a effectué une transaction rapide et transparente et était entré et sorti en moins de 20 minutes avec le diesel 3500 2021. Il a un excellent suivi et recherche agressivement des options lorsque l'inventaire est minimal !

    Merci Doug de m'avoir fait une bonne affaire sur ma voiture. Votre approche amicale et bienveillante est un témoignage de vous. Je recommanderai certainement vos services.

    J'étais vraiment inquiet d'être approuvé, Doug Shrauner était LE MEILLEUR ! M'a obtenu sans argent très heureux et satisfait de son service. Excellence

    Ils vous font sentir comme si vous étiez un ami pour la vie. Rosedale Chevrolet fait le travail avec un tel professionnalisme. Tout simplement incroyable et heureux d'y être allé en premier.

    Doug Shrauner était à nouveau mon héros ! Ma voiture que j'ai échangée était dans son dernier tour.! Il m'a eu celui que je voulais ! Demandez Doug !!

    Les employés des ventes et du service à Rosedale sont excellents. Toujours de bonne humeur et très compétent. J'aime regarder les nouveaux véhicules pour voir les changements de produits. Les Chevrolet ont fière allure !

    Je n'ai jamais rencontré une meilleure équipe de personnes. Ils font ce qu'ils disent et disent ce qu'ils font. Harry Pho a recherché la meilleure offre sur les pneus pour moi et m'a fait entrer tout de suite et ils n'avaient même pas les pneus et donc il les a envoyés d'un autre endroit et à la fin de la journée, il a tout fait. C'est une super star dans mon livre !! Merci Rosedale Chev !!

    Morgan était super et pas arrogant. Elle a écouté ce dont j'avais besoin/voulait et a répondu à cette demande. Elle m'a laissé prendre mon temps pour réfléchir à mon achat. Aucun regret du tout. Nous revenons quand j'ai besoin d'un autre véhicule.

    Je suis allé avec ma sœur célibataire. Doug était EXCELLENT. Très utile. A tout fait. Ventes, finances et documents finaux. Tellement agréable de n'avoir affaire qu'à une seule personne. Je le recommande vivement.

    La doublure a été installée dans le camion et pour le service, un avis de rappel a été adressé à Bob a été un plaisir de traiter avec cette évolution et lors de la vente du camion

    Mon conseiller de service Harry Pho fait un travail formidable pour moi. Ma voiture est toujours prête comme prévu. C'est un plaisir de travailler avec

    Nous avons toujours été traités avec courtoisie. Le personnel de Rosedale Chev fait partie des employés les plus respectueux avec lesquels nous avons été associés. Continuez votre excellent service et nous reviendrons.

    Nous avions toute une liste de désirs et de non-vouloirs pour une voiture d'occasion (nouvelle pour nous). Nous avons présenté la liste à Thomas et il est revenu avec exactement ce que nous recherchions. Nous avons eu un problème avec un bruit de cliquetis qui a été résolu avec un rapide voyage au service après-vente et nous sommes partis. Un gars formidable, sympathique, compétent et savait écouter nos désirs et nos besoins. Autre avantage, lors de la signature des papiers, nous avons été informés des différentes extensions de garantie disponibles sans aucune pression d'achat. Le SUV avait encore une garantie d'un an, nous n'avons donc pas ressenti le besoin d'en acheter un autre pour le moment. Dans l'ensemble, une expérience d'achat fluide. Merci Thomas.

    Le service après-vente de Rosedale Chev a été formidable. Ils ont pris toutes mes préoccupations. Tout le monde est très professionnel dans le service après-vente.

    Doug a fait un excellent travail en nous écoutant et en nous mettant dans la voiture que nous voulions. Il s'est assuré du bon déroulement des formalités administratives et a expliqué les différentes options de garantie afin que nous puissions choisir la bonne. Une belle expérience dans l'ensemble.

    J'ai reçu mon service en temps opportun, le personnel était sympathique. La salle d'attente était confortable et propre. Ils ont fourni d'excellentes collations et des rafraîchissements. Je serai de retour

    Ray Fitzsimmons et l'équipe de service traitent toujours mon véhicule et moi avec le plus grand soin. Ils ont rapidement identifié le problème et m'ont tenu informé tout au long du processus - faites-moi savoir les options de service - aucune pression.

    L'équipe est toujours courtoise et sympathique. Ils travaillent avec moi pour comprendre quel est le meilleur service pour mon véhicule et ne me poussent pas à effectuer des travaux que je ne peux pas me permettre.

    Tout s'est bien passé. Le camion a été bien nettoyé par la suite. On m'a posé des questions à l'avance si j'avais des problèmes particuliers à régler.

    Harry est toujours aussi serviable. Il fait tout ce qu'il faut pour remettre ma voiture sur la route dès que possible. Nous aimons Harry. :)

    Je suis d'abord allé chez Rosedale Chevrolet parce que j'avais un accord pour un essai routier gratuit qui me rapporterait une carte-cadeau pour Corsickle. J'avais été intéressé par une Chevy Equinox, alors j'ai décidé d'en tester une. Thomas Signorelli était le vendeur qui m'a emmené faire l'essai routier. J'ai été TRÈS impressionné par Thomas, ses connaissances, son souci de ce que je voulais dans une voiture et pourquoi je regardais un Equinox. Il était très sympathique et posait des questions qui m'ont aidé à vraiment réfléchir à ce que je voulais dans un véhicule. Mon expérience ce jour-là et les jours qui ont suivi m'ont confirmé que si j'allais acheter un nouveau véhicule, je voulais l'acheter chez Thomas. Je ne peux pas en dire assez sur lui ! Thomas est la raison pour laquelle j'ai acheté chez Rosedale Chevrolet. Je sais que si j'ai des questions ou des préoccupations, je peux appeler Rosedale Chevrolet et je serai pris en charge! Contrairement à toute expérience d'achat que j'ai eue!

    Le personnel était extrêmement sympathique. Je leur ai dit ce que je cherchais et ils ont trouvé le véhicule parfait pour moi. Je recommande d'aller chez ce concessionnaire.

    La transaction s'est déroulée aussi bien que possible. Très peu de temps investi pour obtenir le véhicule que je voulais. Merci à toutes les personnes impliquées d'avoir rendu les choses si faciles.


    Rosedale SP-3079 - Histoire

    Le ravin à côté de Rosedale Valley Road est une évasion inhabituelle au milieu de Toronto

    Rester dans la boucle

    Rosedale Ravine Lands n'est pas niché dans une forêt comme certaines des autres promenades de la ville, mais le sentier qui s'étend qui suit la Rosedale Valley Road constitue une promenade pittoresque à part entière.

    La promenade passe le cimetière St. James au sud-est.

    Passant sous l'un des quartiers les plus historiques de Toronto, le sentier situé du côté sud de la route peut être suivi de Park Road à Bayview Avenue.

    Elle est généralement connue comme une bonne piste cyclable car elle est assez droite et principalement en descente si vous vous dirigez vers l'est.

    Gardez à l'esprit que les conditions peuvent rendre difficile la descente à vélo en hiver.

    Bien qu'il ne s'enfonce pas dans une forêt, les côtés du ravin, qui sont tous deux en pente raide vers le bas, sont boisés de grands érables, ormes, chênes et pins.

    Bien que le sentier suive Rosedale Valley Road tout au long du trajet, vous pourrez toujours profiter d'un peu de nature.

    La région était très différente il y a environ cent ans lorsque le Castle Frank Brook coulait à travers, ou plutôt, créait le ravin.

    Vous pouvez également vous connecter à quelques-uns des Discovery Walks de Toronto le long de la promenade.

    Le ruisseau, qui partait de l'avenue Lawrence et de la rue Dufferin et coulait vers la rivière Don, est maintenant enfoui.

    Vous passerez sous quelques ponts au cours de la promenade. Le premier viaduc le long du sentier est Sherbourne Street.

    Il y a un énorme viaduc à Sherbourne Street.

    Il y a un escalier situé à l'extrémité sud du pont avec accès à la station de métro Sherbourne pour ceux qui souhaitent descendre dans le ravin à partir d'ici ou remonter dans la rue.

    Les stations de métro Rosedale, Sherbourne et Castle Frank sont toutes facilement accessibles le long de la vallée de Rosedale.

    Il y a aussi le petit pont piétonnier de Glen Road qui passe juste après Sherbourne Street.

    Vous pouvez vous connecter au pont piétonnier à Glen Road.

    Vous ne manquerez pas le viaduc du Prince Edward, plus communément appelé le viaduc de Bloor, qui enjambe également la Don Valley.

    Construit en trois sections, le pont qui enjambe la vallée de Rosedale a été le premier à être construit en 1915, suivi de la section emblématique sur le Don.

    La construction du viaduc a commencé en 1915 et il a été entièrement ouvert à la circulation en 1919.

    Le pont couvert de la vallée de Rosedale, situé assez parallèlement au viaduc, a été construit pour transporter les rames de métro après s'être rendu compte que le pont inférieur du viaduc ne serait pas utilisable pour les trains.

    Les trains de pont en béton de la ligne deux du métro traversent le ravin.

    Une fois que vous atteignez Bayview Avenue, il y a un grand escalier ascendant jusqu'à Wellesley Park, situé juste au nord de Riverdale Park.

    Assurez-vous de respecter le parc lors de votre visite en ramassant vos déchets pour laisser le secteur aussi beau que vous l'avez trouvé.


    Rosedale SP-3079 - Histoire

    Situé dans le sud-est du comté de McClain, Rosedale est situé le long de la State Highway 59 au sud-est de Purcell. Une communauté agricole, Rosedale a été fondée en avril 1908 après que quatre-vingt-dix acres du lotissement Chickasaw de Rose Hopping, l'homonyme de la ville, aient été mis à disposition pour la colonisation. L'Oklahoma Central Railroad (acquis par Atchison, Topeka and Santa Fe Railway en 1914) reliait Rosedale à Purcell et Byars. Rosedale avait une population estimée à environ deux cents habitants en 1908.

    Toutes les maisons d'origine de Rosedale étaient en bois et chacune avait son propre puits ou citerne. La plupart des commerces étaient construits en briques et comprenaient une banque, des magasins de marchandises diverses, un hôtel, des restaurants, un glacier, deux forgerons et deux usines d'égrenage de coton. La ville possédait également deux églises. Les rues de Rosedale n'étaient pas pavées. Il n'y avait pas d'électricité et la centrale téléphonique était située au sous-sol de l'hôtel Rosedale. L'école se tenait à l'origine dans l'église presbytérienne, mais un bâtiment scolaire en briques de deux étages a été achevé en 1909. Le lycée a été accrédité en 1925.

    Les zones entourant Rosedale ont contribué à son succès précoce. À l'est se trouvait la ville d'Okra, dont les résidents ont déménagé à Rosedale après la fermeture du bureau de poste d'Okra et la création de Rosedale en août 1908. Les lots à l'ouest et au sud-est de Rosedale ont été attribués aux affranchis Chickasaw.Les affranchis étaient des agriculteurs et leurs enfants fréquentaient les écoles primaires Douglas et Blue Branch. Autour de Rosedale s'étendaient de riches terres agricoles. Les agriculteurs locaux apportaient leur coton à Rosedale pour être égrené, leur maïs à moudre et leur beurre, crème et œufs à vendre ou à échanger.

    La Grande Dépression, l'arrêt de l'Oklahoma Central Railroad (Santa Fe), la construction de la State Highway 59 et les incendies d'entreprises ont entraîné le déclin de Rosedale. De plus, avec l'avènement de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux résidents ont quitté Rosedale pour trouver des emplois dans l'industrie de la guerre. Le district scolaire de Rosedale a fermé ses portes en 1968. La population de Rosedale en 1950 était de 136. Ce nombre est tombé à 98 en 1970 et à 66 en 2000, mais était de 68 en 2010.

    Bibliographie

    Hunter James, "Rosedale, New Oklahoma Central Town," Le magazine Sturm de l'Oklahoma 7 (novembre 1908).

    John W. Morris, Villes fantômes de l'Oklahoma (Norman : University of Oklahoma Press, 1977).

    Joyce Rex, éd., Comté de McClain, Oklahoma : histoire et patrimoine, 3 vol. (Purcell, Okla. : McClain County Historical and Genealogical Society, 1986).

    Aucune partie de ce site ne peut être interprétée comme étant du domaine public.

    Droits d'auteur sur tous les articles et autres contenus des versions en ligne et imprimées de L'Encyclopédie de l'histoire de l'Oklahoma est détenu par l'Oklahoma Historical Society (OHS). Cela inclut les articles individuels (droit d'auteur à OHS par attribution d'auteur) et collectivement (en tant que corpus complet), y compris la conception Web, les graphiques, les fonctions de recherche et les méthodes de liste/navigation. Le droit d'auteur sur tous ces documents est protégé par le droit américain et international.

    Les utilisateurs acceptent de ne pas télécharger, copier, modifier, vendre, louer, réimprimer ou autrement distribuer ces documents, ou de créer des liens vers ces documents sur un autre site Web, sans l'autorisation de l'Oklahoma Historical Society. Les utilisateurs individuels doivent déterminer si leur utilisation du matériel relève des directives de la loi sur le droit d'auteur des États-Unis et n'enfreint pas les droits de propriété de l'Oklahoma Historical Society en tant que détenteur légal du droit d'auteur de L'Encyclopédie de l'histoire de l'Oklahoma et en partie ou en totalité.

    Crédits photos : Toutes les photographies présentées dans les versions publiées et en ligne de L'Encyclopédie de l'histoire et de la culture de l'Oklahoma sont la propriété de l'Oklahoma Historical Society (sauf indication contraire).

    Citation

    Ce qui suit (selon Le manuel de style de Chicago, 17e édition) est la citation préférée pour les articles :
    Martha McGowan, &ldquoRosedale,&rdquo L'Encyclopédie de l'histoire et de la culture de l'Oklahoma, https://www.okhistory.org/publications/enc/entry.php?entry=RO028.

    © Société historique de l'Oklahoma.

    Société historique de l'Oklahoma | 800 Nazih Zuhdi Drive, Oklahoma City, OK 73105 | 405-521-2491
    Index du site | Contactez-nous | Confidentialité | Salle de presse | Demandes de site Web


    Voir la vidéo: Un mois.. une histoire 23 (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Andrian

    Oui c'est l'imagination

  2. Halebeorht

    Je m'excuse, mais à mon avis, vous admettez l'erreur. Je peux le prouver. Écrivez-moi en MP.

  3. Zukree

    Ce n'est pas clair pour moi.

  4. Asad

    À moi une situation similaire.Est prêt à aider.



Écrire un message