Des articles

L'aryanisation dans l'Allemagne nazie. Qu'est-ce que cela signifiait en réalité?

L'aryanisation dans l'Allemagne nazie. Qu'est-ce que cela signifiait en réalité?

Arthur Eichengrün était un chimiste juif qui vivait en Allemagne et dirigeait sa propre entreprise chimique. En 1938, son entreprise a été "aryanisée". Mais jusqu'en 1943, il a été arrêté pour avoir omis d'indiquer la judéité dans le nom de son entreprise. Il a passé 4 mois en prison, mais a été de nouveau arrêté un an plus tard pour la même accusation et a passé 14 mois dans un camp.

Comment cela peut-il être vrai ? Avait-il conservé une quelconque influence dans son entreprise après son « aryanisation » et si c'était la raison pour laquelle les nazis lui ont demandé d'indiquer la judéité du propriétaire au nom de l'entreprise ?


L'article de Wikipédia auquel vous donnez le lien est un peu vague. Il y a un meilleur récit de lui ici : http://www.encyclopedia.com/doc/1G2-2830905643.html

surtout ça :

« Le Cellon-Werke prospéra, mais en 1933, Eichengrün dut vendre une partie de ses parts dans l'entreprise à des Allemands d'origine aryenne. En 1938, les nazis l'obligent à se retirer complètement de son entreprise et, par conséquent, il vend son entreprise à la Chemische Fabrik Dr. Joachim Wiernik & Co. à Berlin-Waidmannslust. En raison de sa réputation et de ses contacts influents, Eichengrün est resté libre et a poursuivi ses recherches chez lui jusqu'à ce qu'il soit emprisonné pendant quatre mois en 1943 pour avoir omis d'inclure le statut « Israël » dans son nom dans une lettre à un fonctionnaire du Reich. En mai 1944, il est déporté au camp de concentration de Theriesenstadt jusqu'à sa libération par l'Armée rouge. Il est retourné à Berlin après la guerre pour poursuivre ses travaux scientifiques en privé.


Aryanisation

Aryanisation (Allemand: Arisierung) était l'expulsion forcée des Juifs de la vie des affaires dans l'Allemagne nazie, les États alignés sur l'Axe et leurs territoires occupés. Cela impliquait le transfert de biens juifs entre des mains « aryennes » afin de « dé-juif l'économie ».

Dans un sens plus large, le terme d'aryanisation est parfois utilisé pour désigner l'éviction de scientifiques et de personnes juifs engagés dans le secteur culturel et dans un contexte d'appropriation culturelle, par exemple le projet nazi de fournir des œuvres comme celle de Haendel. Judas Maccabée avec un nouveau texte retiré du cadre prévu de l'Ancien Testament. [1]

Le processus a commencé en 1933 dans l'Allemagne nazie avec des transferts de biens juifs et s'est terminé avec l'Holocauste. [2] [3] Deux phases ont généralement été identifiées : une première phase dans laquelle le vol des victimes juives a été dissimulé sous un vernis de légalité, et une seconde phase, dans laquelle les biens ont été plus ouvertement confisqués. Dans les deux cas, l'aryanisation correspondait à la politique nazie et était définie, soutenue et appliquée par la bureaucratie juridique et financière allemande. [4] [5] [6] [7] [8]

Michael Bazyler écrit que « [l]'Holocauste était à la fois le plus grand meurtre et le plus grand vol de l'histoire ». Entre 230 et 320 milliards de dollars (en dollars [US] de 2005) ont été volés aux Juifs à travers l'Europe, [9] avec des centaines de milliers d'entreprises aryanisées.


Violence politique nazie en 1933

À la suite de la nomination d'Adolf Hitler au poste de chancelier allemand le 30 janvier 1933, les organisations paramilitaires du parti nazi, les SA et les SS, ont déclenché des vagues de violence contre les opposants politiques et les Juifs. L'usage de la force par les nazis pour intimider, blesser ou même tuer des ennemis n'était pas nouveau, mais remontait aux premiers jours du parti. Dans les dernières années de la République de Weimar, cette violence augmenta. En Prusse, le plus grand État d'Allemagne, au moins 105 personnes ont été tuées dans des affrontements entre les nazis et leurs rivaux politiques de gauche en juin et juillet 1932, alors que les campagnes électorales du Reichstag battaient leur plein. Des centaines d'autres ont été blessés.

Après le 30 janvier 1933, le gouvernement de coalition d'Hitler a agi pour donner efficacement aux unités paramilitaires nazies le contrôle des rues allemandes. La SA, qui avait considérablement augmenté en taille avec le succès électoral des nazis, comptant quelque 3 millions de membres à la mi-1934, a perturbé ou fermé les assemblées et les manifestations de gauche, souvent avec le soutien de la police. À la mi-février, Hermann Göring, le nouveau ministre prussien de l'Intérieur, a ordonné à la police de ne pas entraver les actions des SA et des SS, mais de les aider. Peu de temps après, il crée une force de police auxiliaire à partir de ces deux ordres nazis. En conséquence, leurs actions violentes ont été sanctionnées par l'État.

Quelques jours après l'incendie du Reichstag et le décret présidentiel qui en a résulté pour la protection du peuple et de l'État (28 février), les SA et les SS ont intensifié la violence contre les opposants politiques nazis. Des milliers de communistes et de sociaux-démocrates ont été arrêtés et emprisonnés. En mars-avril 1933, on estime que 40 000 à 50 000 ennemis politiques ont été placés en « garde à vue » (Schutzhaft) et emprisonné dans des camps de concentration. Les SA et les SS ont régulièrement battu et torturé des opposants politiques et ont vandalisé, pillé ou détruit les bureaux des partis de gauche. Parfois, des individus ont été assassinés.

Même les personnes exerçant des fonctions politiques au niveau local ou national n'étaient pas à l'abri d'une telle violence. Quelque 500 administrateurs municipaux et 70 maires ont été démis de leurs fonctions à la fin du mois de mai 1933. À la fin du printemps, la violence s'était étendue à des personnalités politiques non de gauche. Le 26 juin, Heinrich Himmler, chef de la police politique de Bavière et chef des SS nazis, a ordonné à ses forces de placer tous les représentants du Reichstag et de l'Assemblée nationale du Parti populaire bavarois en « garde à vue ».

Le 14 juillet 1933, le gouvernement d'Hitler a adopté une loi interdisant tous les autres partis politiques, à l'exception du parti nazi, et interdisant la formation de nouveaux partis politiques. À ce stade, tous les nombreux partis allemands avaient été soit fermés, soit ordonnés de se dissoudre.


Non-Juifs[modifier | modifier la source]

L'aryanisation touchait principalement les Juifs, car ils occupaient souvent des postes professionnels influents dont les nazis souhaitaient les « purger ». Cependant, les lois interdisant les mariages entre Aryens et non-Aryens ont également affecté la petite population noire et métisse d'Allemagne, ainsi que les peuples slaves (c'est-à-dire les Polonais de souche, les Silésiens, les Tchèques, les Slovaques, les Sorabes, etc.) qui étaient également considérés comme des « sous-humain » par les nazis. Les Roms (Tsiganes) posaient un problème car ils étaient techniquement aryens (en tant que locuteurs natifs d'une langue indo-aryenne), mais étaient considérés par les nazis comme une race « extraterrestre » ou non européenne, et étaient « entachés de racisme ». Après une période d'ambiguïté, les Roms ont été traités comme « non-aryens ».


4. Questions à débattre

  1. Au-delà du gain matériel, quels étaient les objectifs de ceux qui cherchaient à aryaniser les biens des victimes juives de la persécution nazie ?
  2. Comment la connaissance du contexte historique de l'aryanisation de la propriété juive en Autriche nous aide-t-elle à interpréter la lettre qu'Anna écrivit à Dora en 1939 ?
  3. Qu'est-il arrivé à la propriété aryanisée en Autriche après la fin de l'Holocauste ?
  4. Pourquoi Dora Kallmus n'est-elle pas revenue plus tôt chez elle et sa sœur à Frohnleiten ?
  5. Qu'est devenue la maison de Dora Kallmus après sa mort ? Que devrait-il advenir des biens pris aux victimes juives nazies après leur mort ?

Arrestations d'hommes juifs

Les gardes SS forcent les Juifs, arrêtés lors de la Nuit de cristal (la "Nuit de verre brisé"), à traverser la ville de Baden-Baden. - Bildarchiv Preussischer Kulturbesitz

Alors que le pogrom se répandait, des unités de la SS et de la Gestapo (police secrète de l'État), suivant les instructions de Heydrich, arrêtèrent jusqu'à 30 000 hommes juifs et transférèrent la plupart d'entre eux des prisons locales à Dachau, Buchenwald, Sachsenhausen et d'autres camps de concentration.

Significativement, Nuit de cristal marque le premier cas où le régime nazi a incarcéré des Juifs à grande échelle simplement sur la base de leur appartenance ethnique. Des centaines de personnes sont mortes dans les camps à la suite des traitements brutaux qu'ils ont subis. La plupart ont obtenu leur libération au cours des trois mois suivants à condition d'entamer le processus d'émigration d'Allemagne. En effet, les effets de Nuit de cristal servira d'aiguillon à l'émigration des Juifs d'Allemagne dans les mois à venir.


Coco Chanel était-elle un espion nazi ?

Cela peut sembler être quelque chose d'arraché tout droit d'un film : un célèbre créateur de mode et un parfumeur glamour assumant secrètement des missions pour les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Gabrielle « Coco » Chanel était synonyme de haute couture et semblait avoir vécu une vie d'adulte plutôt charmée, alors est-il possible qu'elle s'aligne sur le Troisième Reich ?

En 1933, Joseph Goebbels, ministre des Lumières et de la Propagande du Reich, nommera un espion de l'Abwehr du nom du baron Hans Gunther von Dincklage au poste d'« attaché spécial » à l'ambassade d'Allemagne à Paris. À Paris, von Dincklage rencontrera – et s'impliquera de manière romantique avec – Coco Chanel. Les deux ont emménagé ensemble, vivant pendant un certain temps à l'hôtel Ritz de Paris.

Au cours des dernières années, les historiens se sont penchés sur des centaines de cartons de documents gouvernementaux déclassifiés qui avaient été fournis aux archives du ministère français de la Défense en 1999, documents qui ne sont accessibles qu'en personne. Les documents ont révélé que les services secrets français avaient des soupçons sur les relations nazies de Chanel à l'époque :

Ce fichier, une fois traduit de l'original français, se lit comme suit :

Une source madrilène nous apprend que Madame Chanel, en 1942-1943, était la maîtresse et l'agent du baron Gunther Von Dincklage. Dincklage était l'attaché de l'ambassade d'Allemagne à Paris en 1935. Il travaillait comme propagandiste et était un agent suspect.

Le documentaire en français intitulé "L'Ombre D'un Doute - Paris et Les Artistes sous l'Occupation", diffusé fin 2014 sur la chaîne de télévision française France 3, a détaillé l'implication de Chanel avec les nazis. Le documentaire a révélé, grâce à un examen plus approfondi des documents du ministère français et des documents officiels nazis, que Chanel était un code d'espionnage nazi nommé "Westminster" - une référence à ses liens antérieurs avec le duc de Westminster. Chanel faisait tellement partie de l'Abwehr nazie qu'on lui a même attribué un numéro d'agent : F-7124.

Document de la police française associant Chanel à son nom de code « Westminster »

Selon les dossiers, Chanel aurait été préparée pour une mission majeure en particulier, et cela a été surnommé l'opération "Modelhut" (qui se traduit par "chapeau modèle"). Cette mission aurait été détaillée à Chanel par le tristement célèbre Heinrich Himmler lui-même lors d'une rencontre personnelle que les deux ont eue à Berlin.

En 1943, Chanel a fait un voyage à Madrid avec le baron von Dinklage, elle devait remettre une lettre personnelle à sa connaissance, le Premier ministre britannique Winston Churchill. Le but de la lettre était de le persuader de mettre fin aux hostilités avec les nazis.

Pourquoi Chanel a-t-il travaillé avec les nazis ? On suppose souvent qu'elle avait un préjugé contre les Juifs. En réalité, il n'y a aucune citation d'elle ou aucune action qu'elle a prise qui indiquerait qu'elle était de quelque manière que ce soit une antisémite. Cependant, elle a eu un cas majeur de sentiments aigres avec une famille juive aisée, les Wertheimer.

En 1924, Chanel cherchait à étendre son empire et sa portée, mais elle avait besoin d'un soutien financier. Un homme d'affaires juif du nom de Pierre Wertheimer lui a apporté le soutien dont elle avait besoin, mais a pris la majorité des actions pour lui-même —— lui laissant une maigre participation de 10 % dans sa propre entreprise. Ce contrat a laissé Chanel amère pendant de nombreuses années, au point qu'elle a même fait appel aux nazis pour le contrôle de son entreprise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dans les années 1930, les nazis ont commencé à adopter des lois qui « aryaniseraient » les entreprises dans toute l'Allemagne et dans toute région occupée par les Allemands. Les lois de Nuremberg de 1935 empêchaient tout Juif de posséder une entreprise en Allemagne. Cette « aryanisation » était bien avancée en 1941, puisque près des deux tiers de toutes les entreprises allemandes appartenant à des Juifs avaient alors été « vendues » à des non-Juifs pour un coût bien inférieur à la valeur marchande.

Ce sont ces lois que Chanel a estimé pouvoir manipuler après l'occupation nazie de 1940 en France, où elle vivait à l'époque. Wertheimer avait fui en Amérique pour éviter le régime nazi et Chanel pensait qu'elle avait son ouverture. Le 5 mai 1941, Coco Chanel a écrit ce qui suit dans une lettre aux responsables du parti nazi, exposant son cas pour le retour de Parfums Chanel à sa pleine propriété :

Parfums Chanel est toujours la propriété des Juifs… et a été légalement « abandonné » par les propriétaires. J'ai un droit de priorité incontestable. Les bénéfices que j'ai reçus de mes créations depuis la fondation de cette entreprise… sont disproportionnés.

Les efforts de Chanel ont échoué, car Wertheimer a eu la prévoyance de transférer l'entreprise à un ami non juif avant de s'enfuir. Elle n'a pas pu obtenir légalement le contrôle de l'entreprise, à son grand regret. La Maison Chanel reste fermement sous le contrôle de la famille Wertheimer à ce jour.

Chanel ne serait jamais légalement tenue pour responsable de son implication nazie, menant une vie confortable jusqu'à sa mort en 1971. La maison de couture Chanel a commenté ses liens nazis dans un communiqué de presse après la sortie du livre de Hal Vaughn, Dormir avec l'ennemi : la guerre secrète de Coco Chanel. Cependant, la société a strictement gardé ses commentaires sur sa relation amoureuse avec un espion nazi connu :

Ce qui est sûr, c'est qu'elle a eu une relation avec un aristocrate allemand pendant la guerre. Ce n'était clairement pas la meilleure période pour avoir une histoire d'amour avec un Allemand même si le Baron von Dincklage était anglais par sa mère et qu'elle (Chanel) le connaissait avant la guerre.

Bien que les preuves semblent fortement biaiser en faveur de la collecte d'informations par Chanel au moins pour les nationaux-socialistes, il est important de noter que rien de tout cela n'a jamais été officiellement confirmé.

Musée mémorial de l'Holocauste des États-Unis. « Législation antijuive dans l'Allemagne d'avant-guerre. »
Consulté le 6 mars 2017.

Copping, Jasper. "Les nazis 'ont proposé de quitter l'Europe occidentale en échange d'une main libre pour attaquer l'URSS'."
Le télégraphe du jour. 26 septembre 2013.

Warner, Judith. « Coco Chanel était-elle un agent nazi ? »
Le New York Times. 2 septembre 2011.


Vol de propriété

Le 1er janvier 1938, il était interdit aux Juifs allemands d'exploiter des entreprises et des commerces, et d'offrir des biens et des services. Le 26 avril 1938, les Juifs ont reçu l'ordre de déclarer toute richesse supérieure à 5 000 Reichsmarks et leur accès aux comptes bancaires a été restreint. Le 14 juin 1938, le ministère de l'Intérieur ordonna l'enregistrement de toutes les entreprises juives. L'État a fixé la valeur des ventes des entreprises juives à une fraction de leur valeur marchande et a utilisé diverses tactiques de pression pour garantir les ventes uniquement aux personnes souhaitées. Parmi les plus grands « profiteurs de l'aryanisation » figuraient IG Farben, la famille Flick et les grandes banques. Le produit des entreprises « aryanisées » devait être déposé sur des comptes d'épargne et n'était mis à la disposition de leurs déposants juifs qu'en quantités limitées, de sorte qu'en dernière analyse, l'aryanisation équivalait à une confiscation presque sans compensation.

À l'automne 1938, seules 40 000 des 100 000 anciennes entreprises juives étaient encore entre les mains de leurs propriétaires d'origine. L'aryanisation s'est achevée par la promulgation d'un règlement, le Verordnung zur Ausschaltung der Juden aus dem deutschen Wirtschaftsleben (Règlement pour l'élimination des Juifs de la vie économique allemande) du 12 novembre 1938, par lequel les entreprises restantes ont été transférées à des propriétaires non juifs et les bénéfices prélevés par l'État. Bijoux, actions, biens immobiliers et autres objets de valeur devaient être vendus. Soit par la force directe, soit par des interventions gouvernementales telles que des réclamations fiscales soudaines, soit par le poids des circonstances, les biens juifs ont changé de mains pour la plupart en deçà de leur juste valeur marchande. Les employés juifs ont été licenciés et les travailleurs indépendants ont été interdits de travailler dans leurs professions respectives.


Aryanisation

Alors qu'Hitler consolidait le pouvoir, il poursuivait son objectif d'éliminer les «non-aryens» du tissu social et économique de l'Allemagne. En 1938, des milliers de Juifs avaient été licenciés ou "retraités de force" de leur travail en raison de lois (par exemple, la "loi pour la restauration de la fonction publique professionnelle") et de décrets. Les Juifs n'avaient pas le droit d'occuper des postes gouvernementaux, de pratiquer le droit, de participer à des entreprises culturelles telles que le théâtre, le cinéma, les arts et la littérature (29 septembre 1933) et de servir dans la presse (4 octobre 1933).

En 1938, avec les rênes du pouvoir totalement entre les mains d'Hitler, les nazis ont lancé un programme visant à retirer systématiquement les Juifs de la participation à l'économie allemande. Cette politique, appelée “aryanisation, s'est appuyée sur plusieurs décrets gouvernementaux :


Voir la vidéo: ALTÉRITÉ (Décembre 2021).