Des articles

Navires mal gérés: soulever des boissons et lancer des insultes dans la littérature et le droit gallois médiévaux

Navires mal gérés: soulever des boissons et lancer des insultes dans la littérature et le droit gallois médiévaux


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Navires mal gérés: soulever des boissons et lancer des insultes dans la littérature et le droit gallois médiévaux

Par Michael Cichon

Revue canadienne d'histoire, Vol.43: 2 (2008)

Résumé: «Mishandled Vessels» explore le geste d'insulte dans le pays de Galles médiéval au moyen d'un examen détaillé de l'intersection de la littérature, du droit et de l'art. L'article prend comme point d'étourneau l'illustration du «sarhaed» ou insulte, dans le codex juridique gallois du milieu du XIIIe siècle NLW Latin ms Peniarth 28. Il examine ensuite les attitudes qui se cachent derrière le geste, à savoir celles que les anthropologues ont identifiées comme propres aux cultures qui se disputent, et les cartographie à travers des textes littéraires et juridiques sélectionnés. Cette enquête permet de faire la lumière sur la façon dont les Gallois médiévaux ont géré le manque d'honneur perçu dans leur culture.

Introduction: Le codex juridique gallois du milieu du XIIIe siècle NLW Latin ms Peniarth 28 est célèbre autant pour ses illustrations que pour son contenu, en particulier l'image de deux hommes enfermés dans une bagarre à cheveux. Sans surprise, l'image illustre sarhaed, un terme qui signifie à la fois insulte et réparation et qui se produit à plusieurs reprises dans la littérature et le droit gallois médiévaux. La loi galloise traite de nombreuses formes d'insultes, dans de nombreux endroits, qui nécessitent toutes une compensation. La littérature galloise décrit de nombreuses actions qui demandent réparation, dont certaines font directement écho aux scénarios décrits dans les lois. En effet, cette représentation illustre les aspects de la querelle qui se cachent derrière les descriptions juridiques et littéraires du sarhaed. Les participants presque identiques suggèrent une égalité de statut et semblent impliquer que «ce qui se passe vient» - chacun pourrait tout aussi bien être la victime ou l'agresseur. La loi galloise contient des commentaires sur l'ordre social, la hiérarchie et le comportement approprié, et cela se reflète dans les contes arthuriens Peredur et Owein, qui illustrent dans une certaine mesure les principes qui sous-tendent les lois en action. Les lois, à côté des contes, mettent en lumière les valeurs de la société qui a produit cette littérature, ce qui aide à élucider comment les contes donnent un sens. Pris ensemble, les trois exemples - contes, textes de loi et images - soulignent la mentalité qui se cache derrière la transaction d'honneur et de pouvoir dans la société galloise médiévale.

Les hommes et les femmes médiévaux prenaient leurs insultes beaucoup plus au sérieux que peut-être nous, et souvent des commentaires ou des gestes, qu'ils soient involontaires ou calculés, pouvaient déclencher une violente vendetta. Aujourd'hui, le terme `` querelle '' a des connotations négatives: il y a un préjugé culturel occidental actuel contre les groupes qui pratiquent la violence d'auto-assistance associée à l'insulte et à la réparation, mais pour les participants au processus de querelles, une telle violence fonctionnait comme une "... raisonnable et éminemment morale forme d’action sociale. »

La querelle peut être engendrée par une insulte et une fois commencée, elle est elle-même traitée comme une forme d'insulte exigeant réparation. Essentiellement, la querelle est une compétition sociale agressive faisant partie intégrante de la création et du maintien de l'ordre social. La querelle est motivée par la rareté, à la fois matérielle et morale, et prend la forme d'un jeu joué entre des égaux relatifs qui marquent le score et s'efforcent de prendre la tête l'un de l'autre. Ce jeu d'échanges est potentiellement interminable, mais la compréhension d'un conflit sans fin motive les parties impliquées à limiter leur conflit. Pourtant, même après une résolution, tout affront ou assaut déclenchera probablement de nouvelles hostilités. C'est ce concept de talion qui explique la nature cyclique de l'insulte et de la réparation dans la littérature et le droit gallois. En termes simples, tout acte qui entraîne le déshonneur doit être expié ou remboursé. Enfin, la querelle est motivée par la conviction des participants que leur honneur a été en quelque sorte menacé ou compromis. «La querelle était plus que la série d'actions manifestes qui la composaient», selon un chercheur. «C’était la relation entre les groupes, l’état d’esprit des participants, les postures de défi, d’antagonisme et de froideur remplissant les intervalles de temps entre les affrontements hostiles. Ces choses faisaient tout autant partie de la querelle que le meurtre par vengeance.

Voir aussi Peniarth 28: illustrations tirées d'un livre de droit gallois


Voir la vidéo: Cest la faute des élites politiques qui gouvernent! (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Truett

    Quelle est la phrase ... Super

  2. Goltiramar

    Bravo, phrase remarquable et est dûment

  3. Alson

    Non. Rien de tout cela n'est vrai. Je ne parle pas de la conversation, je parle enfin. Tous les arguments sont GAMNO.

  4. Colyer

    À mon avis, ils ont tort. Écrivez-moi dans PM, discutez-en.

  5. Fesar

    il y a des règles.

  6. Mojinn

    Eh bien, ils donnent la chaleur

  7. Anatolie

    Après un certain temps, votre message deviendra populaire. Souvenez-vous de ma parole.



Écrire un message