Des articles

Tolérance et répression au sein de la famille byzantine: problèmes de genre

Tolérance et répression au sein de la famille byzantine: problèmes de genre

Tolérance et répression au sein de la famille byzantine: problèmes de genre

Par Judith Herrin

Tolérance et répression au Moyen Âge (2002)

Introduction: Bien que le sujet de cette conférence pose une tâche fascinante et stimulante pour l'étude comparative, je dois dire qu'en ce qui concerne les questions de genre et de famille, cela semble être exceptionnellement difficile. Étant donné que ces problèmes ne sont pas beaucoup étudiés par les byzantinistes, j'ai recherché des orientations méthodologiques et d'analyse par les historiens, sociologues et anthropologues modernes, mais immédiatement un grand fossé s'ouvre: dans le contexte de la famille, la tolérance et la répression semblent être des concepts qui s'appliquent à peine avant notre époque.

Les problèmes de maltraitance des enfants et de violence conjugale sont probablement universels, mais ils n'ont été identifiés comme répressifs et intolérables que récemment. Les droits humains individuels des femmes et des enfants n'ont été reconnus que lentement, au cours des dix-neuvième et vingtième siècles, et il est impossible de projeter de telles notions dans le passé médiéval.

J'ai donc essayé de trouver un type d'analyse qui attirera l'attention sur certains des documents les plus intéressants concernant ce sujet, tout en reconnaissant que la compréhension byzantine de la famille et du genre est assez différente de la nôtre.


Voir la vidéo: Passé Présent n177 - Celtes contre Romains (Octobre 2021).